Affaire Fillon: «L’emploi de mon épouse n’était pas fictif», a affirmé le candidat devant les juges

PRESIDENTIELLE Suivez en direct la situation après la mise en examen du candidat à la présidentielle François Fillon...

C. A., O. P.-V. et P. B.

— 

François Fillon, lors de la présentation de son programme lundi 13 mars, à Paris.
François Fillon, lors de la présentation de son programme lundi 13 mars, à Paris. — Francois Mori/AP/SIPA

L'ESSENTIEL : 

  • François Fillon était initialement convoqué mercredi devant les juges d’instruction.
  • Il a finalement été mis en examen ce mardi, dans l’enquête sur des soupçons d’emplois fictifs de sa femme, Penelope Fillon, et de deux de ses enfants.
  • Les chefs d'inculpation sont «détournements de fonds publics», «manquement aux obligations déclaratives auprès de la Haute autorité», «recel» et «complicité d'abus de biens sociaux».

À LIRE AUSSI : 

Les enfants du candidat ont reversé une partie des salaires à leurs parents

Comme si de rien n'était, François Fillon veut relancer sa campagne

Trois questions sur les costumes de luxe de François Fillon

 

Ce live est terminé, merci de l'avoir suivi

19h55: Les Républicains au travail

C'est l'image que souhaite projeter Bernard Acoyer, en pleine conférence téléphonique. «Intensifions notre campagne avec @FrançoisFillon», tweete le secrétaire général LR.

 

19h25: Pendant ce temps-là, rencontre entre Marine Le Pen et Nigel Farage

C'est l'artisan principal du Brexit en personne qui a tweeté cette photo. Dans l'immédiat il n' pas encore officiellement apporté son soutien à la candidate FN.

 

19h10: «Dans ce dossier, tout fuit», dénonce l'avocat de Fillon

Maître Antonin Lévy justifie sur BFMTV le choix d'une déclaration lue par François Fillon, qui n'a pas répondu aux questions des juges. «Dans ce dossier, tout fuit», dénonce l'avocat. Selon lui, une déclaration par la suite rendue publique était la meilleure solution. Il explique que les juges n'ont pas laissés assez de temps au candidat pour se préparer à une séance de questions/réponses, et qu'il a de toute façon déjà répondu aux questions des enquêteurs.

18h35 : « L’emploi de mon épouse n’était pas fictif »

Dans sa déclaration lue aux juges, François Fillon conserve la même stratégie nie le caractère fictif de l’emploi et contester la compétence des juges :

« La réalité de ce travail est établie, l’emploi de mon épouse comme collaboratrice parlementaire n’était pas fictif et il n’appartient pas à l’autorité judiciaire de porter une appréciation sur la qualité ou la teneur de ce travail.

Entendons-nous bien et dissipons tout malentendu. Les élus ne bénéficient pas d’une immunité absolue confinant à l’impunité dans l’emploi des ressources mises à leur disposition par le Parlement. Bien entendu, ce n’est pas le cas. (…)

Dès lors que l’emploi de mon épouse n’était pas fictif, ce que démontre le dossier, il n’est pas possible, sans violer cette séparation des pouvoirs, de porter un jugement sur le travail d’un parlementaire et la manière dont celui-ci s’organise avec ses collaborateurs parlementaires. »

18h15: «Fillon lui-même s'est mis dans la nasse», selon Marine Le Pen

 

 

18h05: «Les enjeux de l'élection doivent dépasser cette affaire», estime Baroin

Un temps pressenti comme possible candidat à un «plan B», François Baroin est désormais chargé du rassemblement au sein de la campagne de François Fillon. Au micro de BFMTV, il rappelle son «attachement à la présomption d'innocence». Selon lui, «les enjeux de l'élection doivent dépasser cette affaire, nous avons six semaines pour convaincre».

 

17h55 : Les Français « privés de débat à cause des affaires de Fillon », dénonce le Front national

Son secrétaire général Nicolas Bay s’exprimait sur BFMTV.

 

17h50: Meeting surprise de Fillon mercredi dans le Vaucluse

"François Fillon tiendra une réunion publique en présence de Bruno Retailleau le mercredi 15 mars à 18h30 à Pertuis (Vaucluse)", selon un communiqué de sa campagne. Ce meeting n'avait pas été annoncé.

17h45: «La saison 3 de HouseofSarthe», selon Ménard

Le maire de Bézier est visiblement fan de la série de Netflix. Il prédit également «un chemin de croix» pour Fillon.

 

17h45: Alliance signée entre Les Républicains et l'UDI

Joli timing pour Fillon, qui annonce à l'instant la signature d'un accord avec l'UDI.

 

17h40: Guedj (PS) dénonce «le parjure» de Fillon

Jérôme Guedj, ancien député PS, porte-parole de Benoît Hamon, a réagi sur BFMTV:

«C'est un événement essentiel de cette campagne électorale. C'est d'abord et avant tout le parjure de M. Fillon: il y a quelques semaines, les yeux dans les yeux devant les Français, sur un 20 heures, il expliquait qu'il renoncerait à être candidat à l'élection présidentielle s'il était mis en examen. Depuis c'est ''M. Et alors?'', qui nous dit que tout cela n'est pas grave et adresse ce faisant un formidable bras d'honneur à l'ensemble des Français au moment où la probité, la vertu républicaine devraient être au coeur de cette élection présidentielle.»

17h30: Cette mise en examen est-elle vraiment un «non-événement»?

C'est la stratégie suivie par le candidat. Qu'en est-il en réalité? On fait le point ici.

17h25: Fillon veut «être traité comme tous les citoyens» par la justice
Le Figaro publie sa déclaration faite aux juges: «J'attends d'être traité comme tous les citoyens de notre pays, sans précipitation et avec le seul souci que la justice soit rendue en toute impartialité», a notamment dit le candidat.

17h20: Jean-Luc Mélenchon passe le cap des 500 signatures

Le candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a dépassé le seuil des 500 parrainages requis pour se présenter à l'élection présidentielle, selon le décompte diffusé mardi par le Conseil constitutionnel. Il rejoint sept autres candidats: François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, Nicolas Dupont-Aignan, Nathalie Arthaud, Marine Le Pen et François Asselineau.

17h20: Le porte-parole de Fillon sur RTL à 18h30

Luc Chatel va sans doute tenir la ligne Il n'y a rien de nouveau / ce n'est pas une condamnation.

 

17h15: Hamon sera l'invité du 20h de TF1

 

17h10: Les soutiens de Fillon s'affichent sur Twitter

 

17h: Pour Dupont-Aignan, «la présidentielle tourne au référendum sur l’intégrité»

Le candidat de Debout la France a envoyé un communiqué en réaction à la mise en examen de François Fillon : «Les trois favoris des sondages, à des degrés divers, sont mis en cause, ou en voie de l’être. C’est à un véritable référendum, à un référendum imprévu que les Français sont désormais conviés à répondre le 23 avril prochain. Ils auront l’occasion de dire s’ils veulent un Président irréprochable ou non.»

16h56: Qui est Serge Tournaire, l'un des trois juges d'instruction qui ont mis Fillon en examen ?

>> A lire: «Omniprésent et invisible», un juge «qui fuit la lumière»… Qui est Serge Tournaire, le juge d'instruction en charge de l'affaire Fillon?

 

16h54: «Qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen ?»

 

16h47: Aucune mesure de contrôle judiciaire imposée à François Fillon

Selon une source judiciaire à 20 Minutes. Le candidat sera libre de ses mouvements durant les six semaines de campagne restantes, pourra voir qui il le souhaite, et n'a pas à verser de caution.

 

16h43: François Fillon s'est contenté d'une déclaration devant les juges, refusant de répondre aux questions

Lors de son audition, le candidat LR a lu une déclaration publiée par Le Figaro. «Le code de procédure m'offrait le choix de répondre à vos questions, de me taire ou de faire une déclaration. C'est le calendrier de cette procédure, en plein cœur de la campagne présidentielle, qui m'impose le choix de cette déclaration», a-t-il écrit.

 

16h34: Le chroniqueur Jean-Michel Aphatie a besoin d'aide pour trouver d'autres adjectifs

 

16h31: Le maire de Béziers Robert Ménard est en revanche d'humeur plus caustique

 

16h30: Eric Woerth a une «pensée amicale» pour François Fillon

 

16h24: Le 26 janvier, François Fillon assurait qu'il ne serait pas candidat en cas de mise en examen

Le 1er mars, François Fillon avait lui-même annoncé sa future mise en examen. Pour rappel, le 26 janvier, au lendemain des premières révélations du Canard enchaîné sur l'emploi de collaboratrice parlementaire de son épouse Penelope, l'ancien chef du gouvernement avait assuré que seule une mise en examen pourrait l'obliger à renoncer à sa candidature.

16h16: «Il a été mis en examen par les chasseurs et c’est plutôt réussi», plaisante Gérard Larcher

Notre journaliste était présent avec François Fillon lors de sa visite devant la Fédération nationale des chasseurs ce mardi. Le président du Sénat Gérard Larcher, soutien du candidat LR, a balayé l'annonce, tombée pendant sa visite : «Il a été mis en examen par les chasseurs et c’est plutôt réussi».

Fillon, seul candidat avec Emmanuel Macron à s'être rendu auprès des chasseurs, a prononcé un discours de quinze minutes : «Je peux vous confier en souriant qu'il ne me déplaît pas d'être aux côtés de vrais chasseurs», tandis que les «balles volent bas» dans la campagne, a lancé l'ancien Premier ministre, plutôt détendu, sans rien laisser filtrer.

16h12: Le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon veut au passage mettre la Ve République en examen

Tant qu'à y être.

 

16h08: «Il n'y a rien de nouveau, ce n'est pas une condamnation», selon Philippe Gosselin

Le député LR de la Manche Philippe Gosselin a estimé sur BFMTV qu'il «n'y a rien de nouveau, ce n'est pas une condamnation» et que «tout le monde savait que cette mise en examen serait là».

16h02: «L'audition a été avancée pour qu'elle se déroule dans des conditions de sérénité»

«La mise en examen est intervenue ce (mardi) matin. L'audition a été avancée pour qu'elle se déroule dans des conditions de sérénité», a précisé son avocat Me Antonin Levy.

16h: À noter que Penelope Fillon n'a pas (encore) été mise en examen

L'épouse du candidat est convoquée par la justice en vue de sa mise en examen le 28 mars.

15h50: Une mise en examen pour l'ensemble des faits reprochés

François Fillon a été mis en examen pour l'ensemble des faits dont les trois juges d'instruction sont saisis. Abus de biens sociaux, détournement de fonds publics et manquement aux obligations vis-à-vis de la HATVP. Les juges d'instruction ont donc estimé qu'il existait des indices «graves» ou «concordants» le concernant dans le dossier.

15h40: «Détournements de fonds publics», «manquement aux obligations déclaratives auprès de la Haute autorité», «recel» et «complicité d'abus de biens sociaux»

«Je vous confirme que M. Fillon a été mis en examen pour ''détournements de fonds publics'', ''manquement aux obligations déclaratives auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique'' (HATVP) et ''recel'' et "complicité d'abus de biens sociaux"», indique une source judiciaire à 20 Minutes.

15h30 : Fillon mis en examen, notamment pour détournement de fonds publics

Il avait annoncé lui-même qu'il était convoqué le 15 mars. François Fillon a finalement été mis en examen, dès ce mardi matin, a appris 20 Minutes auprès d'une source judiciaire, confirmant une information publiée par Le Canard enchaîné sur son compte Twitter.