Présidentielle: Les jeunes séduits par Le Pen et Macron

SONDAGE Le cœur des jeunes balancerait entre le FN et le mouvement « En marche » selon un dernier sondage…

N. Se. avec AFP

— 

Photomontage des candidats à la présidentielle, Marine Le Pen et Emmanuel Macron, réalisé le 21 février 2017, donnés en tête d'un sondage sur les intentions de vote des jeunes.
Photomontage des candidats à la présidentielle, Marine Le Pen et Emmanuel Macron, réalisé le 21 février 2017, donnés en tête d'un sondage sur les intentions de vote des jeunes. — JOEL SAGET / AFP

Les jeunes de 18 à 34 ans seraient aussi nombreux à souhaiter la victoire de Marine Le Pen que d’Emmanuel Macron, avec 24 % de préférence pour chacun de ces deux candidats à l’élection présidentielle selon une enquête Harris Interactive pour RTL Girls publiée mercredi.
Des chiffres qui confortent les résultats des derniers sondages effectués sur l’ensemble des tranches d’âge de la population, donnant la candidate FN et le candidat de « En marche » au coude à coude.

Arrivent ensuite Jean-Luc Mélenchon avec 19 % puis Benoît Hamon, avec 14 %. François Fillon, le candidat de la droite, en perte de vitesse suite au scandale des emplois fictifs, n’aurait pas la cote chez les jeunes. Sa victoire étant souhaitée par seulement 10 % d’entre eux, il arrive en cinquième position.

Les jeunes intéressés par l’élection présidentielle

Cette année, les jeunes devraient être nombreux à se déplacer aux urnes. D’une manière générale, ils sont 70 % à se déclarer intéressé par l’élection présidentielle (73 % parmi les jeunes hommes, 68 % parmi les jeunes femmes). Sorti à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, le sondage s’est aussi intéressé aux attentes des 18-34 ans dans ce domaine.

>> A lire aussi : Présidentielle: Seul un Français sur quatre souhaite que Fillon reste candidat

L’enquête révèle qu’ils se montrent partagés quant à la capacité du prochain président à mettre en œuvre une politique visant à réduire les inégalités entre les hommes et les femmes. Pour 56 % d’entre eux, le prochain chef de l’Etat mettra en œuvre une politique permettant d’atteindre l’égalité salariale d’ici la fin de son mandat en 2022 alors que 44 % pensent le contraire.

*Sondage réalisé en ligne, du 2 au 6 mars, auprès d’un échantillon représentatif de 808 personnes représentatives des Français de 18 à 34 ans, avec la méthode des quotas.