Présidentielle: Bartolone a «du mal à (se) reconnaître» dans la campagne Hamon

PARTI SOCIALISTE Il se donne « une quinzaine de jours » pour faire son choix…

20 Minutes avec AFP

— 

Claude Bartolone en juillet 2015 à Saint-Denis.
Claude Bartolone en juillet 2015 à Saint-Denis. — ISA HARSIN/SIPA

Il hésite encore. Claude Bartolone, président socialiste de l’Assemblée nationale, a déclaré ce mardi qu’il avait « du mal à (se) reconnaître » dans la campagne de Benoît Hamon et a dit réfléchir à un vote en faveur d’Emmanuel Macron pour contrer le FN.

« J’ai des divergences de fond avec lui, notamment sur la question de la fin du travail », a affirmé Claude Bartolone à propos de la campagne du candidat socialiste à la présidentielle, dans une interview au Monde. Il a appelé à « entendre » ceux qui jugent « qu’une part des électeurs sociaux-démocrates qui votent traditionnellement pour le PS, ne se sentent pas pleinement représentés ».

Un vote utile en faveur de Macron « me préoccupe tous les jours »

Egalement interrogé sur Emmanuel Macron, Claude Bartolone a jugé qu’il avait été « le premier à affirmer qu’un parti n’aura pas à lui tout seul la majorité à l’Assemblée nationale », mais que ses « propositions actuelles […] ne suffiront pas », l’invitant à « préciser son projet, sur la reconstruction de l’appareil de production », « la révolution numérique », ou encore « la réorganisation des services publics ».

>> A lire aussi : Le président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone annonce qu'il ne se représentera pas aux législatives

Le président de l’Assemblée, qui a soutenu Manuel Valls à la primaire, a également déclaré que la question d’un vote utile en faveur d’Emmanuel Macron contre le FN au premier tour de la présidentielle le « préoccupe tous les jours ». « Parce je suis militant socialiste engagé à gauche, je ne peux pas être attiré par une aventure personnelle. Mais dans le même temps, […] on ne peut pas laisser le Front national caracoler en tête du premier tour, avec un écart qui pourrait la mettre dans une position dangereuse en vue du second », a-t-il dit. Il se donne « une quinzaine de jours » pour faire son choix.