Présidentielle: Fillon lâché par son directeur de campagne qui craignait un second tour Macron-Le Pen

DEFECTION Patrick Stefanini, directeur de campagne de François Fillon, a remis ce vendredi matin sa démission. « Irrévocable », elle sera effective « dimanche soir »...

20 Minutes avec AFP

— 

Patrick Stefanini n'est plus le directeur de campagne de François Fillon.
Patrick Stefanini n'est plus le directeur de campagne de François Fillon. — CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

C’est peut-être la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Quoi qu’il en soit, le coup est rude pour François Fillon. Alors que plus d’une centaine de ses soutiens politiques ont déjà fait défection, Patrick Stefanini, le directeur de campagne du candidat LR, s’est joint à cette cohorte et a présenté, ce vendredi matin, sa démission dans une lettre publiée par le JDD.

« Patrick Stefanini a présenté ce matin sa démission à François Fillon qui l’a acceptée. Patrick Stefanini sera en responsabilité jusqu’à l’issue du grand rassemblement populaire de dimanche place du Trocadéro. Il sera remplacé lundi matin à la direction de campagne par Vincent Chriqui », maire de Bourgoin-Jallieu (Isère), a annoncé l’équipe de François Fillon dans un communiqué à l’AFP.

Les raisons du départ

François Fillon avait pourtant répondu dans un premier temps à l’AFP que Patrick Stefanini s’était ravisé et avait « repris sa lettre » de démission. Dans ce texte, le directeur de campagne de François Fillon avance deux raisons à sa décision. « La première est personnelle », Patrick Stefanini s’estimant « minoritaire » au sein de l’équipe de campagne depuis l’annonce, mercredi, du maintien du candidat malgré une probable mise en examen à la mi-mars. « Il me paraissait préférable que tu arrêtes ta campagne », souligne-t-il.

« Je ne suis donc plus le mieux placé pour diriger ta campagne et j’en tire les conclusions », poursuit-il. L’homme avance une seconde raison « politique » car, même s’il juge que François Fillon « peut encore gagner l’élection présidentielle », cette « victoire n’est pas certaine pour autant », écrit-il.

>> A lire aussi : EN DIRECT. Affaire Fillon: La démission de Stefanini officielle... Estrosi demande à Fillon de renoncer au meeting de dimanche...

« Ta défaite au soir du premier tour ne peut donc plus être exclue. Elle placerait les électeurs de la droite et du centre devant un choix cornélien. Je me refuse à assumer cette perspective », écrit-il avant d’ajouter : « Voter pour Macron serait voter pour la gauche (…). Voter pour la candidate du Front National serait également tourner le dos à ton projet mais aussi renier l’engagement européen qui a toujours été le mien. S’abstenir ou voter blanc serait jouer l’avenir de mon pays à la roulette russe, ce que le haut fonctionnaire que je suis ne peut envisager »