Thierry Solère, porte-parole de François Fillon, annonce sa démission

PRESIDENTIELLE Il ne serait pas le seul à prendre le large...

C. Ape. avec AFP
— 
Thierry Solère à Paris le 6 mai 2015.
Thierry Solère à Paris le 6 mai 2015. — WITT/SIPA

C’est désormais officiel, François Fillon n’a plus de porte-parole. François Fillon fait face ce vendredi matin à une nouvelle défection, et pas des moindres, celle de son porte-parole Thierry Solère.



« Organisateur de la primaire, j’ai décidé de mettre fin à mes fonctions de porte-parole de @francoisfillon », a déclaré Thierry Solère sur Twitter.

D’autres départs à venir ?

Mais Thierry Solère ne serait pas le seul à prendre le large. Jean-Claude Gaudin, le maire de Marseille, Christian Estrosi, le président de la région PACA, mais aussi Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France étaient réunis avec des élus LR et UDI de la région Hauts-de-France pour débattre de la situation.

Bernard Accoyer, le secrétaire général du parti, proche de François Fillon de longue date, « reste volontairement un peu en retrait », explique RTL. Il a fait part de sa très grande réserve à François Fillon quand il l’a vu en tête à tête mercredi matin. Toutefois, il l’a assuré de sa loyauté, tout comme Gérard Larcher. « Le week-end sera déterminant », dit-on dans leurs entourages. « Ils ne feront rien l’un sans l’autre », assure-t-on.

Des départs en cascade

Mercredi, Gilles Boyer, conseiller d’Alain Juppé et jusqu’à présent trésorier de la campagne de François Fillon, a jeté l’éponge.

Trois parlementaires proches du maire de Bordeaux ont fait de même, Benoist Apparu, Edouard Philippe et Christophe Béchu car la campagne prend une « tournure incompatible » avec leur « façon d’envisager l’engagement politique ».

De son côté, l’ancien Premier ministre Dominique de Villepin a tancé François Fillon qui, dit-il, « emporte son camp dans une course vers l’abîme ».

L’eurodéputée Nadine Morano (LR) a demandé vendredi que François Fillon arrête sa campagne en vue de la présidentielle et qu’il « accompagne » Les Républicains « dans un processus de désignation d’un nouveau candidat ».