Diffusion d'images violentes: Le Parlement européen lève l'immunité de Marine Le Pen

POLITIQUE Cette levée concerne uniquement cette enquête et n'a pas de lien avec les soupçons d’emplois fictifs d’assistants de députés du FN...

20 Minutes avec AFP

— 

Marine Le Pen, présidente du Front national au Salon des Entrepreneurs, le 1er février 2017 à Paris
Marine Le Pen, présidente du Front national au Salon des Entrepreneurs, le 1er février 2017 à Paris — ERIC PIERMONT / AFP

Le couperet est tombé. Le Parlement européen a approuvé ce jeudi la levée de l’immunité parlementaire de la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen. Une décision réclamée par la justice française qui lui reproche d’avoir diffusé des images d’exactions du groupe Etat islamique sur son compte Twitter.

>> A lire aussi : Les magistrats répondent aux polémiques lancées par Fillon et Le Pen

Cette levée, à effet immédiat, ne concerne que cette enquête et pas celle sur des soupçons d’emplois fictifs d’assistants de députés du Front national au Parlement européen, dans laquelle Catherine Griset, la cheffe de cabinet de Marine Le Pen, a été mise en examen.

« Daesh c’est ça ! »

Convoquée en avril 2016 par un juge d’instruction français dans cette affaire, Marine Le Pen avait refusé de s’y rendre, invoquant son immunité parlementaire. « Je pense que le résultat est clair : une grande majorité est pour la levée d’immunité », a déclaré Dimitrios Papadimoulis (GUE, extrême gauche), qui présidait les débats, à l’issue d’un vote à main levée des eurodéputés en l’absence de l’intéressée.

Cette levée d’immunité était demandée par le parquet de Nanterre (région parisienne), qui a ouvert une information judiciaire à l’encontre de Marine Le Pen pour « diffusion d’images violentes ». En décembre 2015, la présidente du FN avait diffusé sur Twitter trois photos montrant un soldat syrien écrasé vivant sous les chenilles d’un char, un pilote jordanien brûlé vif dans une cage et une photo de l’otage américain James Foley avec la tête posée sur le dos. Le tout était accompagné de la légende « Daech c’est ça ! ».