Affaire Fillon: Tiens, tiens, revoilà (en douce) Nicolas Sarkozy

POLITIQUE L'ancien chef de l'Etat est un absent très présent depuis quelques jours dans la campagne...

T.L.G.

— 

François Fillon et Nicolas Sarkozy
François Fillon et Nicolas Sarkozy — VALERY HACHE / AFP

Depuis sa cinglante défaite au premier tour de la primaire, il s’est, officiellement, retiré de la vie politique. « Il est temps pour moi d’aborder une vie avec plus de passion privée et moins de passion publique », lâchait Nicolas Sarkozy en novembre dernier. Trois mois plus tard, les « passions publiques » ont-elles ressurgi ? Au moment où François Fillon est englué dans les affaires d’emplois fictifs présumés, le nom de l’ancien président revient presque tous les jours. Nicolas Sarkozy influence-t-il la campagne de la droite ? 20 Minutes fait le point.

Les putschistes sont (pour beaucoup) des sarkozystes

Lundi soir, un groupe de 17 parlementaires se retrouve pour dîner et… pour évoquer l'« impossibilité de faire campagne » après le PenelopeGate. La rencontre est organisée par les sarkozystes Sébastien Huyghe et Georges Fenech. Plusieurs parlementaires favorables à l’ancien président sont conviés, comme Alain Gest, Nadine Morano, ou le sénateur Alain Houpert.

Le lendemain, Georges Fenech tente de renverser François Fillon en demandant la convocation d’un bureau politique. Un putsch commandité par Nicolas Sarkozy ? « Il n’y avait pas que des sarkozystes au dîner lundi. Et, d’ailleurs, la garde rapprochée de Sarkozy ne dit rien et ne fait rien », coupe Alain Houpert. « Nous ne sommes pas tirés par des ficelles. Le malaise est général. Nous étions 17 au dîner, mais une bonne vingtaine de personnes n’a pas pu venir. »

Un déjeuner chez « Don Sarkozy »…

François Fillon (troisième en partant de la gauche)
François Fillon (troisième en partant de la gauche) - ALAIN JOCARD/AFP

L’image est cruelle pour François Fillon. Mercredi, en pleine crise politique, le candidat fragilisé se réfugie chez… Nicolas Sarkozy. Ironie de l’histoire : après avoir critiqué les déboires judiciaires de l’ancien chef de l’Etat, François Fillon déjeune, à sa demande, avec l’ancien président pour demander de l’aide et apaiser la fronde. Une aubaine pour l’ancien président, qui aime se présenter en parrain de la droite. « Vous vous rendez compte ! Il m’a fallu deux ans pour remettre la famille en ordre de marche, et il ne lui aura pas fallu deux mois pour raviver toutes les guerres internes. Quel gâchis », aurait-il déclaré, selon Le Parisien.

…Et Fillon sort de son chapeau une mesure sarkozyste

Peu après le déjeuner, François Fillon sort une nouvelle mesure : l’abaissement de la majorité pénale à 16 ans car « les individus de 16 ou 17 ans profitent de la clémence du système », indique-t-il. Hasard ? Coïncidence ? Cette mesure était une des propositions du candidat Sarkozy.

Un ticket Fillon-Baroin imposé par Sarkozy ? 

Depuis quelques jours, François Baroin fait la tournée des médias pour défendre les propositions et la candidature de François Fillon. « Je ne suis pas son porte-parole, je ne suis pas son avocat, je suis son soutien, je l’accompagne et je pense qu’il peut gagner », a estimé le maire de Troyes jeudi.

Et si, lors du déjeuner, Nicolas Sarkozy avait poussé le pion Baroin, celui qui aurait pu être son Premier ministre ? Un élu LR témoigne, à l’AFP : « En toute logique, Sarkozy demande quelque chose en échange : Matignon pour François Baroin. »