VIDEO. Propos sur la «race blanche»: Claude Bartolone reconnaît que «l'expression n'était pas calibrée»

POLITIQUE Le candidat malheureux aux Régionales est revenu sur sa sortie polémique, alors qu'il a été reconduit comme président de l'Assemblée nationale, ce mardi...

M.G.

— 

Claude Bartolone, candidat du Parti Socialiste (PS), à l'annonce des résultats des élections régionales en Ile-de-France et de sa défaite face à son adversaire du parti «Les Républicains» (LR), Valérie Pécresse.
Claude Bartolone, candidat du Parti Socialiste (PS), à l'annonce des résultats des élections régionales en Ile-de-France et de sa défaite face à son adversaire du parti «Les Républicains» (LR), Valérie Pécresse. — Revelli-Beaumont/SIPA

Il le concède, « l’expression n’était pas calibrée ». Après son échec à conserver l’Ile-de-France face à Valérie Pécresse, Claude Bartolone s’est exprimé devant les députés socialistes, qui l’ont reconduit président de l’Assemblée nationale, ce mardi.

Il est revenu sur ses propos visant Valérie Pécresse, qu’il avait accusée pendant la campagne de « défendre en creux Versailles, Neuilly et la race blanche ». Instant sur « la poussée de l’extrême droite » en Ile-de-France lors de ces élections régionales, Claude Bartolone a entre autres déclaré, dans une allusion à sa formule controversée qu’il n’a pas citée à nouveau : « Je reconnais que mon expression n’était pas forcément calibrée », rapporte en effet BFMTV ce mardi.

>>A lire aussi : Les raisons de la défaite de Claude Bartolone

Claude Bartolone a par ailleurs été reconduit ce mardi, par acclamation, président de l’Assemblée nationale par le groupe socialiste, après avoir remis son poste entre ses mains après sa défaite aux élections régionales en Ile-de-France.

>> Tous les résultats des élections par ici

Bruno Le Roux, président du groupe PS à l’Assemblée, a déclaré que « Claude Bartolone a été un très bon président de l’Assemblée nationale », avant de proposer aux députés de son groupe de lui « redonner » leur « confiance », selon des députés présents à la réunion de groupe.

Tous les députés socialistes ont ensuite applaudi Claude Bartolone et lui ont fait une standing ovation, « ce qui dispense d’un vote formel », a précisé une élue.