Régionales: Virginie Calmels espère encore faire basculer la grande région à droite

ELECTIONS La première adjointe d'Alain Juppé espère rattraper son retard de trois points d'ici au second tour dimanche en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes...  

Mickaël Bosredon

— 

Virginie Calmels, tête de liste LR en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes
Virginie Calmels, tête de liste LR en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes — JEAN MICHEL NOSSANT/SIPA

Elle espère encore faire basculer la grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes à droite. Première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux, Virginie Calmels, 44 ans, met en avant son profil de chef d'entreprise à succès nouvellement arrivée en politique. Sa liste (LR-UDI-MoDem-CPNT) a recueilli dimanche 27,2 % des voix, en deuxième position, derrière Alain Rousset.

Née en 1971 à Talence (Gironde), près de Bordeaux, d'un père viticulteur rapatrié d'Algérie et d'une mère originaire du Lot, cette femme blonde aux yeux bleus, mère de deux enfants, souriante mais pugnace, a occupé dès 29 ans des postes de direction chez Canal+ et la société de production de télé-réalité Endemol France, dont elle deviendra présidente en 2007. Après plusieurs années à Paris elle est revenue s'installer à Bordeaux, où elle s'est engagée en politique auprès d'Alain Juppé. Durant la campagne des régionales, sa première en tant que tête de liste, elle a montré un profil de battante.

« Endemol ? Une fierté, pas une honte »

Elle se définit elle-même comme un « OVNI » en politique: « Je suis engagée depuis peu de temps, je suis une femme de la société civile, et c’est tout à fait normal que certains puissent s’étonner voire émettent des questionnements sur qui je suis, car cela casse les codes habituels » déclarait-elle ainsi au lendemain de son investiture par le parti Les Républicains aux élections régionales.

Quant à son passage chez Endemol, qui lui est très souvent rappelé, elle estime qu'avoir « dirigé le premier groupe mondial de production audiovisuelle, c'est une fierté et pas une honte. Endemol réunit tous les jours des millions de téléspectateurs, et je n’ai aucun problème avec ça. Endemol n’a jamais eu d’autres prétentions que de s’adresser au plus grand nombre, de les divertir. »

La question de sa candidature à la mairie de Bordeaux devrait se poser d'ici aux prochaines municipales de 2020.