Régionales 2015: 23% des électeurs PS renvoient dos à dos FN et LR dans la gestion d'une région

SONDAGE Selon une enquête exclusive* de Harris Interactive pour 20 Minutes...

T.L.G.

— 

Xavier Bertrand (LR) et Marine Le Pen (FN), lors d'un débat sur France 3 Lille.
Xavier Bertrand (LR) et Marine Le Pen (FN), lors d'un débat sur France 3 Lille. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

L’incertitude demeure pour le second tour des régionales. Le Front national a frappé un grand coup, dimanche dernier, réalisant un score historique au niveau national (27.73%), et faisant la course en tête dans six régions métropolitaines sur treize. En Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marine Le Pen et Marion Maréchal-Le Pen devancent largement leurs concurrents.

Le Parti socialiste a décidé de retirer ses listes pour le second tour dans ces régions et appelé à voter pour les candidats de droite afin de faire barrage au Front national. L’appel sera-t-il entendu par les électeurs?

>> A lire aussi: Notre infographie des enjeux du second tour

« Le transvasement des voix socialistes ne sera pas total »

Selon une enquête exclusive* de Harris Interactive pour 20 Minutes, 23 % des électeurs ayant voté socialiste au premier tour pensent que la politique que mènerait un Conseil régional FN ne serait « ni meilleure, ni moins bonne » que celle d’un conseil à une majorité de droite. « Cette relative indifférence entre les deux partis pourrait être décisive en cas duel droite-FN. Il indique que le transvasement des voix socialistes ne sera pas total », souligne Jean-Daniel Lévy, directeur du département Politique et Opinion d’Harris Interactive.

En Nord-Pas-de-Calais-Picardie, la présidente frontiste a obtenu 40.64 % des voix, devançant Xavier Bertrand (LR-UDI-MoDem) à 24.97 %. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marion Maréchal-Le Pen fait la course en tête, à 41.26 %, loin des 26.48 % de Christian Estrosi. Accusant un retard de près de 15 points chacun, les candidats de la droite auront pourtant besoin d’un maximum de voix à gauche pour s’imposer dimanche. Mais 39 % des électeurs du Front de gauche et 19 % des électeurs d’Europe-Ecologie-Les-Verts renvoient également dos à dos Front National et Les Républicains dans l’éventuelle gestion d’une région.

« En cas de duel FN-droite au second tour, entre un quart et un tiers des électeurs de gauche déclarent qu’il sera très difficile pour eux d’aller voter pour un candidat de droite », précise Jean-Daniel Lévy. Une autre réserve de voix pourrait alors fait pencher la balance, celle de l'abstention.

>> A lire aussi: Comment les candidats chassent les abstentionnistes

*Enquête réalisée en ligne du 8 au 10 décembre 2015 selon la méthode des quotas sur un échantillon d'inscrits sur les listes électorales dans les 12 régions de France métropolitaine, issu d'un échantillon de 1.019 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus.