VIDEO. Régionales: Manuel Valls définit le FN comme une «arnaque» et une «supercherie»

JOURNAL DES REGIONALES Principaux faits, petites phrases et off… Toutes les infos de la campagne pour les élections régionales à retrouver sur «20 Minutes»...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Le Premier ministre Manuel Valls, le 3 décembre 2015 en meeting à Paris.
Le Premier ministre Manuel Valls, le 3 décembre 2015 en meeting à Paris. — Revelli-Beaumont/SIPA

Second tour des élections régionales J-4

Le second tour des élections régionales, c’est dimanche prochain. Le premier tour, dimanche, a vu le Front national dominer le scrutin dans six régions sur treize. La droite vire en tête dans quatre régions, la gauche dans trois. 20 Minutes vous livre toutes les informations en ce mercredi de campagne…

Manuel Valls définit le FN comme une « arnaque » et une « supercherie »

Manuel Valls a expliqué ce mercredi que gauche n’avait « pas d’hésitation à avoir » pour ce second tour des régionales. Elle devait voter pour les candidats de droite en cas de duel face au FN, qu’il a défini comme une « arnaque » et une « supercherie ». Il a par ailleurs assuré sur BFMTV-RMC qu’il resterait à Matignon si le FN remportait sa ou ses premières régions au second tour des élections régionales dimanche. « Parce que le combat, c’est le combat d’une vie », a répondu le chef du gouvernement socialiste.

« Qu’on arrête de me donner mauvaise conscience », rétorque Jean-Pierre Masseret

Le candidat socialiste d’Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne Jean-Pierre Masseret, seul contre beaucoup. Alors qu’il a refusé de retirer sa liste, malgré les pressions du PS, le candidat souhaite ce mercredi « qu’on arrête de lui donner mauvaise conscience dans cette affaire ». Son refus de retirer sa liste pour favoriser une victoire du candidat FN Florian Philippot. Interrogé sur France Info ce mercredi, Jean-Pierre Masseret s’est défini ainsi : « Je suis le candidat des citoyens libres, de ceux qui ne se couchent pas devant le diktat ».

Florian Philippot salue le « courage » de Jean-Pierre Masseret

Florian Philippot, candidat FN dans le Grand-Est, a viré en tête du premier tour avec 36,06 % des suffrages. Mercredi sur RTL, il a estimé son concurrent de gauche Jean-Pierre Masseret, qui a refusé de retirer sa liste au profit de la droite. Le numéro 2 du FN a salué le « courage devant les pressions immenses qui ont été menées contre [Jean-Pierre Masseret] de manière incroyable ». Florian Philippot a par ailleurs critiqué « la drague bien lourde » de Nicolas Sarkozy en direction des électeurs du FN.

Nicolas Sarkozy et la question de la « moralité » du vote FN

Nicolas Sarkozy, président du parti Les Républicains, s’est exprimé ce mercredi à propos du FN. Sur France Inter, il a expliqué que ce parti « l’attaquait beaucoup plus que tous les autres réunis ». Mais « dire que le vote pour le FN est anti-républicain cela n’a aucun sens », a-t-il dit. Il a redit que le vote FN n’était « pas immoral ». « Voulez-vous me dire le nombre de fois où François Hollande a reçu Marine Le Pen ? Si c’était immoral, pourquoi l’aurait-il reçue ? », a-t-il lancé.

Marine Le Pen ironise sur Nicolas Sarkozy qui « peut toujours essayer » de siphonner les voix FN

La présidente du Front national Marine Le Pen a moqué Nicolas Sarkozy mercredi sur Europe 1. Selon la candidate dans le nord, il peut « toujours essayer » de siphonner les voix du FN, « ça n’a marché qu’une fois [en 2007], les neuf autres fois ça n’a pas marché du tout ». Les élus du parti Les Républicains sont, selon elle, « tous la caricature d’eux-mêmes. Honnêtement, c’est une bande de faux-jetons ! ».

Xavier Bertrand (LR) demande aux ténors du parti et à Nicolas Sarkozy de se taire

Xavier Bertrand, candidat du parti Les Républicains seul en lice face à Marine Le Pen dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, a vivement attaqué mercredi les ténors de son parti. Il a ciblé Nicolas Sarkozy et les a enjoints de « se taire ». A propos de Nicolas Sarkozy, qui a déclaré que le vote FN n’était pas « immoral », « il a un devoir, de dire dans la même phrase que les dirigeants du FN, que Marine Le Pen, elle, a un comportement immoral », a estimé le député de l’Aisne sur Europe 1.

Ile-de-France : Valérie Pécresse donnée vainqueur de peu devant Bartolone, selon un sondage

La candidate de droite Valérie Pécresse est donnée vainqueur de justesse (42 %) devant son rival socialiste Claude Bartolone (40 %) en Ile-de-France, selon un sondage Odoxa pour Le Parisien et BFMTV publié mercredi. « Un si faible écart de deux points - dans les marges d’erreur statistiques des sondages - rend l’issue très incertaine », souligne Odoxa.

Ile-de-France : Claude Bartolone trouve Valérie Pécresse « ringarde »

Donné perdant d’un cheveu selon un sondage (lire ci-dessus) publié mercredi, le candidat PS en Ile-de-France, qui vient de fusionner sa liste avec les écologistes et le Front de gauche, appelle à la mobilisation. Dans une interview au Parisien ce mercredi, il critique la candidate de la droite, Valérie Pécresse. Il trouve sa grande rivale « ringarde ». « Ma concurrente interprète la vieille compile de la droite avec tous les vieux tubes conservateurs », a-t-il ajouté.

« Nous sommes capables de défendre la région [du nord de la France] en dehors », assure Martine Aubry

Martine Aubry, maire PS de Lille, a appelé mercredi les électeurs de gauche à voter pour Xavier Bertrand au second tour des régionales en Nord-pas-de-Calais-Picardie. Elle a estimé dans La Voix du Nord que les élus de gauche sont « capables de défendre la région en dehors » de celle-ci. « Que se serait-il passé si nous avions maintenu notre liste ? Nous aurions eu 15 ou 16 élus qui n’auraient servi à rien ou presque. Nous sommes capables de défendre la région en dehors de ça ! », a affirmé Martine Aubry.

Jean-Luc Mélenchon refuse de donner une consigne de vote pour les duels LR-FN

Jean-Luc Mélenchon, ancien coprésident du Parti de Gauche, ne donne pas de consigne de vote en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et PACA. Dans ces régions, la gauche est absente du second tour des régionales. L’ex-ministre a dit comprendre « la réaction d’honneur blessé » de Jean-Pierre Masseret (PS), qui a maintenu sa liste de gauche dans le Grand Est. Il a évoqué sur France Info une « insurrection civique froide » montrant une France qui « tourne le dos aux partis traditionnels ».

Le programme du FN « n’est pas moral », juge Jean-Christophe Lagarde (UDI)

Le président de l’UDI a réagi aux propos de Nicolas Sarkozy évoquant la « moralité » d’un vote FN. Le centriste a évoqué sur RFI ce mercredi : « Je ne juge pas la moralité d’un bulletin de vote ou d’un électeur ». « C’est le programme du FN qui n’est pas moral (…) et pas acceptable », a-t-il ajouté, évoquant la condamnation d’un colistier de la candidate Marion Maréchal-Le Pen dans le sud-est.

En Paca, les représentants juifs appellent à voter Christian Estrosi (LR)

Les représentants de la communauté juive à Marseille appellent les électeurs de Provence-Alpes-Côte d’Azur à voter dimanche pour la liste LR de Christian Estrosi. « Nous, Français de confession juive, à travers nos institutions, Crif, Consistoire, Fonds social, appelons tous les Français à se rendre massivement aux urnes dimanche 13 décembre afin que les valeurs qui sont le socle de nos actions au quotidien prévalent sur la haine et l’obscurantisme », écrivent le Crif Marseille Provence, le consistoire israélite et le Fonds social juif unifié dans un communiqué.