José Rossi et Camille de Rocca Serra.
José Rossi et Camille de Rocca Serra. — AFP

ÉLECTIONS

Régionales 2015: En Corse, deux listes communes pour les nationalistes et la droite

Les deux listes des partis nationalistes corses ont fusionné ainsi que deux listes de droite...

En Corse, où les électeurs votent pour élire le conseil territorial, quatre listes restent en lice pour le second tour des élections territoriales après trois fusions, celles de deux listes nationalistes, de deux listes de gauche, de deux de droite auxquelles s’ajoute la liste du Front national.

A lire aussi : Tous les résultats du premier tour en infographies

Et aussi : Vos candidats en Corse

Une liste « Per a Corsica »

Côté nationalistes, les listes de Femu a Corsica (Faisons la Corse) - arrivée en deuxième position au premier tour avec 17,62 % des voix - et Corsica Libera (Corse libre) - à la sixième place - ont présenté ce mardi à Corte leur liste de fusion, « Per a Corsica » (Pour la Corse).

« Compte tenu de la situation de notre pays et face à l’enjeu historique qui se présente pour la Corse et son peuple, Femu a Corsica et Corsica Libera ont décidé de s’unir pour le second tour de l’élection territoriale », ont annoncé ces deux partis.

Fusion de deux listes de droite 

En outre, comme elles l’avaient annoncé durant la campagne, les deux principales listes de droite ont annoncé leur fusion. Il s’agit de celle conduite par l’ancien ministre José Rossi, qui avait obtenu l’investiture des Républicains et de l’UDI et s’est classée troisième au premier tour avec 13,17 % des voix, et de celle du député Les Républicains de Corse-du-Sud Camille de Rocca Serra, en quatrième position avec 12,70 %.

Cette liste dite du « Rassemblement » recevra jeudi à Ajaccio le soutien du président des Républicains, Nicolas Sarkozy.

Fusion de deux listes de gauche

A Ajaccio, les deux principales listes de gauche ont signé de leur côté un accord de fusion pour le second tour : la liste DVG du président sortant de l’exécutif régional Paul Giacobbi (en tête du premier tour avec 18,42 % des voix) et celle du Front de gauche de Dominique Bucchini, arrivée sixième (avec 5,56 % des voix).

Ces trois listes de fusion affronteront celle du Front national/Rassemblement Bleu Marine, qui a obtenu 10,58 % des voix au premier tour.