Fusion EELV-PS en Pays de la Loire: «Il n'y a pas de remise à plat du dossier Notre-Dame-des-Landes», assure Clergeau

ELECTIONS REGIONALES Les deux formations politiques ont détaillé, ce mardi midi, les termes de l'accord signé en vue du deuxième tour des élections régionales de dimanche...  

Julie Urbach

— 

Sophie Bringuy (EELV), Christophe Clergeau (PS) et Alain Pagano (PCF appellent les électeurs de gauche à se mobiliser
Sophie Bringuy (EELV), Christophe Clergeau (PS) et Alain Pagano (PCF appellent les électeurs de gauche à se mobiliser — J. Urbach/ 20 Minutes

Les explications étaient attendues. Au lendemain de l’annonce de la fusion des listes PS et EELV pour le second tour des élections régionales en Pays de la Loire, leurs responsables ont défendu leur position. Notamment au sujet de Notre-Dame-des-Landes, projet soutenu par l’un et combattu par l’autre, qui occupe une place importante de leur accord.

« Il est nécessaire de prendre en compte les années supplémentaires d’exploitation de Nantes Atlantique [l’aéroport existant], peut-on lire dans le texte commun, qui acte aussi les positions respectives, et donc un désaccord sur le fond, des deux listes. Une étude indépendante sur son optimisation sera décidée par la région ».

>> Suivez notre live spécial élections régionales par ici

Pas d’étude alternative

« Ni Sophie Bringuy ni moi-même n’avons changé d’un iota sur nos convictions, assure Christophe Clergeau, la tête de liste. Ce sur quoi nous nous sommes mis d’accord n’est pas une étude d’alternative à Notre-Dame-des-Landes ni une remise à plat du dossier. C’est une démarche pour des travaux d’optimisation de l’aéroport actuel, qui va de toute façon avoir des années d’exploitation supplémentaires, quel que soit le calendrier de réalisation de celui à Notre-Dame des-Landes, choisi par le gouvernement. »

>> A lire : La synthèse du premier tour des régionales en Pays de la Loire

Avançant ces incertitudes du calendrier, les deux têtes de liste n’ont pas répondu clairement sur leur position à venir en cas d’expulsions et de démarrage des travaux avant septembre 2016, date à laquelle ils souhaitent que la fameuse étude soit conclue.

« Un chemin d’équilibre par rapport à nos désaccords »

« Nous voulons continuer la synergie réalisée depuis 2004, avec une majorité régionale plurielle, diverse et de liberté d’expression, se félicite Sophie Bringuy, vice-présidente sortante. Sur Notre-Dame-des-Landes, nous avons trouvé un chemin d’équilibre par rapport à nos désaccords afin de faire ce qui n’a jamais été réalisé jusque-là : piloter une étude et mettre tous les acteurs autour de la table, opposants et partisans. »

« Je demande à Christophe Clergeau de ne pas céder aux injonctions d’EELV qui soutiennent clairement les zadistes (…) et à appeler au plus vite à l’évacuation de la ZAD, au début des travaux (…) », a déjà réagi Alain Mustière, président des ailes pour l’Ouest (association pro-NDDL), qui ne semble pas sensible à cette nouvelle proposition.

25 candidats EELV

Au total, 25 candidats EELV intègreront la liste menée par Christophe Clergeau, mais aucun en tête de liste départementale. Par ailleurs, plusieurs idées du programme de Sophie Bringuy ont été insérées dans le projet : « l’objectif de créer 45.000 emplois via la transition écologique », « l’expérimentation des Chronobus régionaux », ou encore la proposition de « réduire à 35 minutes le temps de transport scolaire pour tous les jeunes de la région ».

La liste PCF d’Alain Pagano, qui n’a totalisé que 3,33 % des voix dimanche, n’était pas autorisée à fusionner, mais a formulé elle aussi différentes propositions.