Régionales 2015: Malgré le désaccord sur Notre-Dame-des-Landes, PS et EELV fusionnent en Pays de la Loire

ELECTIONS Christophe Clergeau (PS) et Sophie Bringuy (EELV) ont trouvé un accord pour le second tour des élections régionales...

Julie Urbach

— 

Illustration panneaux Lancer le diaporama
Illustration panneaux — J. Urbach/20 Minutes

Si leur désir d’union ne faisait aucun doute, les termes de l’accord étaient cependant inconnus. Notamment au sujet de l'épineuse question du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, défendu par l’un et rejeté par l’autre, et alors que le gouvernement a annoncé la reprise des travaux.

Au lendemain du premier tour des élections régionales, PS et EELV ont finalement annoncé par communiqué, ce lundi soir, la fusion de leurs listes pour le deuxième tour. « Dans un contexte inédit de triangulaire, il apparaît en effet plus que jamais nécessaire de faire un front commun tant face au FN qu’à une droite régionale dure », écrivent les deux têtes de liste. Le socialiste Christophe Clergeau, arrivé en deuxième position, a récolté dimanche soir 25,75 %. La liste EELV, menée par Sophie Bringuy, a totalisé le score de 7,82 % des voix.

Une étude indépendante pour optimiser Nantes-Atlantique

Finalement, il semble que le candidat socialiste ait répondu favorablement à l’une des demandes chères à Sophie Bringuy : « Il est nécessaire de prendre en compte les années supplémentaires d’exploitation de Nantes Atlantique [l’aéroport existant], peut-on lire dans le texte commun, qui acte les positions respectives des deux listes. Une étude indépendante sur son optimisation sera décidée par la région ».

La déclaration dénonce aussi « l’accélération brutale par AGO Vinci, concessionnaire de l’Etat, des procédures d’expulsion de familles et d’agriculteurs habitant légalement sur le site ».

>> Suivez notre live spécial élections régionales par ici

D’autres propositions, qui seront détaillées lors de la campagne, ont été élaborées conjointement : on y trouve « la priorité accordée à l’emploi, en utilisant la transition énergétique et écologique comme un levier pour de nouveaux gisements d’emplois », « le développement des transports ferroviaires » ou encore « un droit de pétition citoyenne enfin, pour permettre aux citoyens de se saisir des débats régionaux ».