Régionales 2015: LR et le PS «foulent aux pieds la démocratie», selon la tête de liste FN

ÉLECTIONS Marion Maréchal Le Pen a dénoncé « le barrage républicain »…

A.R. avec AFP

— 

Marion Maréchal-Le Pen, le 29 mai 2015.
Marion Maréchal-Le Pen, le 29 mai 2015. — CHAMUSSY/SIPA

La cheffe de file du Front national Marion Maréchal-Le Pen, arrivée en tête en Provence-Alpes-Côte d’Azur (40,55 %) au premier tour des régionales, a estimé ce lundi que Les Républicains et le Parti socialiste « foulent aux pieds la démocratie », après le retrait de la liste PS pour faire un « barrage républicain ».

Régionales 2015: En PACA, le FN largement en tête au premier tour, le PS se désiste au second

« Tous ces gens aujourd’hui, qui se drapent dans les valeurs de la République, ont manifestement oublié que la première valeur de la République, c’est la démocratie », a déclaré Marion Maréchal-Le Pen.

« Contraints pour rattraper leur retard d’additionner leurs faiblesses »

« Ils sont contraints pour rattraper leur retard d’additionner leurs faiblesses pour contrer la force de nos résultats », a-t-elle ironisé, trouvant « scandaleux de priver les électeurs de la juste représentation qui leur est due, que ce soit d’ailleurs les électeurs de gauche qui ont été hier sacrifiés par les manœuvres d’appareil » ou « nos électeurs qui ont le droit d’être représentés ».

Le socialiste Christophe Castaner, arrivé troisième avec 16,59 % des voix, a annoncé dimanche le retrait de sa liste pour « faire barrage » au FN, laissant ainsi Les Républicains de Christian Estrosi (26,48 %) seuls face au parti d’extrême droite au second tour.

Elle a également raillé Christian Estrosi, « le candidat de la gauche », estimant que le retrait de Christophe Castaner avait donné lieu à des contreparties. « Rien n’est jamais gratuit », a-t-elle assuré. « Ce Christian Estrosi est le même qui, en 1992, appelait à des alliances avec le Front national pour sauver son siège » au conseil régional, a-t-elle encore dénoncé.

Régionales 2015: Christian Estrosi se pose lui-même en « résistant » face au Front national