Régionales: Les Verts veulent rejoindre la liste de Le Drian en Bretagne

ELECTIONS La tête de liste EELV René Louail a réuni 6,70% des suffrages dimanche soir…

Jérôme Gicquel

— 

La tête de liste EELV René Louail dans son QG à Rennes ce lundi après-midi.
La tête de liste EELV René Louail dans son QG à Rennes ce lundi après-midi. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

Y’aura-t-il un accord d’entre-deux-tours entre le Parti socialiste et Europe Ecologie Les Verts en Bretagne ? C’est en tout cas le souhait du candidat écologiste René Louail qui a lancé un appel ce lundi après-midi à Jean-Yves Le Drian pour rejoindre sa liste. « Nous demandons le respect de la proportionnelle », a indiqué René Louail, qui est arrivé en cinquième position dimanche soir en récoltant 6,70 % des suffrages en Bretagne.

>> Tous les résultats des élections régionales par ici

« Si la majorité socialiste exclut les écologistes de l’assemblée régionale, il faudra qu’elle assume », a-t-il poursuivi. Dans les négociations engagées dès dimanche soir, René Louail réclame donc quelques sièges mais également un accord sur des éléments de programme. « Nous ne voulons pas de la centrale au gaz de Landivisiau ni aucun financement public pour l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes », a précisé René Louail.

Les Verts et le PS n’avaient pas trouvé d’accord en 2010

Des demandes spécifiques sur la question des transports, de la rénovation énergétique ou du modèle agricole breton ont également été formulées à l’équipe de Jean-Yves Le Drian. La réponse des socialistes sur la fusion éventuelle des deux listes pour le second tour est attendue dans la soirée ou au plus tard mardi matin. « Nous partons dans de bonnes conditions car il n’y a aucun point de blocage », glisse-t-on dans l’entourage de René Louail.

>> Toutes les infos sur le premier tour des régionales 2015 en direct dans notre live

Lors des dernières régionales en 2010, le Parti socialiste et les Verts n’avaient pas réussi à se mettre d’accord pour le second tour, ni Jean-Yves Le Drian ni Guy Hascoët n’ayant voulu céder. Cela avait débouché sur une triangulaire, remportée par l’actuel ministre de la Défense.­­