Le politologue Yves-Marie Cann dans l'émission #DirectPolitique, le 8 décembre 2015.
Le politologue Yves-Marie Cann dans l'émission #DirectPolitique, le 8 décembre 2015. — Dailymotion

POLITIQUE

VIDEO. #DirectPolitique: «Une victoire de Claude Bartolone en Ile-de-France est possible»

Le directeur des études politiques au sein du cabinet Elabe était l’invité de l’émission de «20 Minutes», Linternaute.com et «Ouest-France» ce mardi 8 décembre à 8h30...

Et si Claude Bartolone succédait à Jean-Paul Huchon ? Deux jours après le premier tour des élections régionales, Yves-Marie Cann, directeur des études politiques à l’institut Elabe, était l’invité de l’émission #Directpolitique, où il a estimé que les cartes sont en tout cas « un peu rebattues dans cette région Ile-de-France ».

>> Tous les résultats des élections par ici

Selon lui, l’écart avec Valérie Pécresse s’est en effet « considérablement resserré » et la si candidate des Républicains dispose, selon le sondeur, de « réserves pour le second tour », elles sont « moins importantes que celle de Claude Bartolone ». La victoire de ce dernier deviendrait donc « possible, à condition que les reports de voix soient bons », estime Yves-Marie Cann.

Sur ce point, l’accord entre le PS, EELV et le Front de Gauche, annoncé dès lundi, « devrait permettre d’assez bons reports », estime d’ailleurs Yves-Maris Cann. Les chances de la candidate Les Républicains de l’emporter au second tour vont donc dépendre « du comportement des électeurs du FN ».

>> Toutes les infos sur le premier tour des régionales 2015 en direct, dans notre live

Car « si on se réfère à ce qui s’est passé lors de précédents scrutins, une partie des électeurs du FN, dont le candidat n’a plus aucune chance de l’emporter, pourraient décider de voter utile et de se reporter sur Valérie Pécresse », rappelle le politologue. Quant à savoir si cela permettra de faire basculer la situation, « il est encore tôt pour le dire », dans une région où « le rapport de force politique est plus serré qu’attendu », reconnaît le sondeur.


Evoquant par ailleurs la situation de la région Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine, où le candidat PS Jean-Pierre Masseret a décidé de se maintenir, le sondeur estime que ce dernier n’a « aucune chance de l’emporter ». Si on y ajoute les consignes du PS et le contexte, « il est possible qu’il y ait même une déperdition de voix et on ne sait pas si elle permettra à Philippe Richert (Les Républicains) de rattraper son retard », poursuit le politologue. Selon lui, l’Alsace est donc la « principale région où le FN peut s’imposer ».