Nicolas Dupont-Aignan lors de la conférence de presse tenue dans ses locaux de la rue Courty, ce lundi 7 décembre.
Nicolas Dupont-Aignan lors de la conférence de presse tenue dans ses locaux de la rue Courty, ce lundi 7 décembre. — F.Pouliquen / 20 Minutes

REGIONALES 2015

Régionales 2015: Nicolas Dupont-Aignan ne veut ni fusion, ni consigne de vote en Ile-de-France

207.318 Franciliens ont voté pour Debout la France dimanche. Ils seront l’objet d’un jeu de séduction entre Les Républicains de Valérie Pécresse et le FN de Wallerand de Saint-Just, tous deux en quête de réserves de voix…

Ni FN, ni LR. Les consignes de vote de Nicolas Dupont-Aignan étaient scrutées avec attention, ce lundi matin, par Valérie Pécresse, la tête de liste Les Républicains, comme par Wallerand de Saint-Just, la tête de liste FN. Vers qui le candidat de Debout La France allait-il diriger les 207.318 (6,57 %) électeurs franciliens qui ont voté pour sa liste dimanche soir à l’issue du premier tour ?

>> Tous les résultats des élections par ici

« Je les incite juste à aller voter »

« Vers personne », a finalement tranché le maire de Yerres (Essonne) à l’issue d’un bureau national tenu dans son QG de la rue Courty ce lundi midi. « Je ne donnerai aucune consigne de vote. Personne n’est propriétaire des voix des Français. Je les incite juste à aller voter. »

>> Toutes les infos sur le premier tour des régionales 2015 en direct, dans notre live

Nicolas Dupont-Aignan ne fusionnera pas non plus ses listes, même si son parti était en mesure de le faire en Bourgogne et en Ile-de-France où les listes de Debout la France ont dépassé la barre des 5 %.

Quatrième en Essonne et en Seine-et-Marne

En Ile-de-France, Nicolas Dupont-Aignan ne se dit pas déçu des 6,57 % obtenus dimanche soir. Même s’il répétait ces dernières semaines espérer dépasser la barre des 10 %. « Contenu de l’absence de campagne, des attentats, de la tripolisation de ces élections par les médias et des sondages qui ont minimisé nos scores, je m’estime plutôt content. » Le candidat de Debout la France préfère mettre l’accent sur ces bons résultats en Essonne et en Seine-et-Marne où « Debout la France s’est classé quatrième force politique, indique-t-il. Mais aussi à Versailles et à Fontainebleau où nous sommes à 10 %. »

Les électeurs de Dupont-Aignan dragués de toute part

Et maintenant ? Nicolas Dupont-Aignan dit d’ores et déjà se tourner vers la prochaine élection. Tout n’est pourtant pas fini pour son parti dans ces élections régionales. Les 6,57 % d’électeurs franciliens qui ont voté pour lui dimanche soir devraient être l’objet d’un étrange jeu de séduction entre Wallerand de Saint-Just et Valérie Pécresse, tous deux en quête de nouvelles réserves de voix pour améliorer leur score au second tour.

Sur les plateaux télévisés, dimanche soir, la tête de liste FN a d’ores et déjà lancé un appel du pied aux électeurs de Debout la France. Nicolas Dupont-Aignan dit aussi avoir reçu un coup de fil de la candidate des Républicains dimanche soir, sans en dévoiler la teneur. Dans l’entourage de Valérie Pécresse, on reconnaît cette nécessité d’aller chercher des voix dans cet entre-deux-tours. Et ceci tout azimuth. « Valérie Pécresse s’adresse à tous les Franciliens. Aux abstentionnistes, aux électeurs de Dupont-Aignan, à ceux du Front National… »