Régionales 2015: A Strasbourg, le PS s'effondre, le FN progresse

ELECTIONS Le Front national a gagné 50 % d’électeurs depuis les municipales de 2014 à Strasbourg. Dans le même temps, l’électorat socialiste a fondu…

Floréal Hernandez

— 

Strasbourg, le 06 décembre 2015. - Bulletins de votes des élections régionales 2015 où le Parti socialiste s'est effondré à Strasbourg alors que le FN augmentait de 50% son nombre d'électeurs.
Strasbourg, le 06 décembre 2015. - Bulletins de votes des élections régionales 2015 où le Parti socialiste s'est effondré à Strasbourg alors que le FN augmentait de 50% son nombre d'électeurs. — G. Varela / 20 Minutes

En tête dans la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine avec 36 % des suffrages exprimés, le Front national n’arrive qu’en troisième position à Strasbourg. Mais qu’on ne s’y trompe pas : le FN a réalisé un très bon score dans la capitale européenne avec 11.613 voix recueillies.

>> Toutes les infos sur le premier tour des régionales 2015 en direct, dans notre live.

Le FN a gagné à Strasbourg 50 % d’électeurs par rapport aux municipales

« C’est une grosse progression du Front national qui gagne 50 % d’électeurs par rapport au premier tour des municipales [7.779 votes], souligne Philippe Breton, professeur des universités et directeur éditorial de l’Observatoire de la vie politique en Alsace. Jusqu’à présent, jamais le FN n’avait réussi à s’ancrer à Strasbourg. » Un constat déjà visible lors des élections départementales où le parti avait atteint les 11.003 voix.

>> Tous les résultats des élections par ici.

Si le Front national grimpe dans la capitale alsacienne, le Parti socialiste « s’effondre, dixit Philippe Breton. Strasbourg, c’était le dernier bastion de la gauche en Alsace ». Lors du premier tour des municipales, Roland Ries avait obtenu 22.206 votes contre 13.769 pour la liste de Jean-Pierre Masseret aux élections régionales. « Les quartiers populaires de Strasbourg votaient à gauche. Aujourd’hui, ils nourrissent l’abstentionnisme », souligne Philippe Breton qui prend l’exemple de la Cité de l’Ill où l’abstention avoisine les 80 %.

A lire aussi : Si Jean-Pierre Masseret se maintient dans le Grand Est, ce sera sans « étiquette socialiste »

Cinq élus strasbourgeois appellent au retrait de la liste socialiste

Le politologue stigmatise le lapsus du maire strasbourgeois Roland Ries qui a appelé à voter Jean-Pierre Chevènement et non Jean-Pierre Masseret, jeudi soir. « Dans une situation normale, tout le monde aurait ri. Mais là, ça montre un décrochage par rapport à la réalité. Le PS est dans le passé. »

>> Le lapsus de Roland Ries.



>> A lire aussi : Florian Philippot peut-il gagner dans le grand Est en cas de duel ?

Le maire de Strasbourg, le président de l’Eurométropole, Robert Herrmann, le maire d’Illkirch Jacques Bigot, le député Philippe Bies et Mathieu Cahn, adjoint au maire, conseiller départemental et ex-président de la fédération bas-rhinoise du PS, ont cosigné une lettre appelant Jean-Pierre Masseret « au retrait immédiat » de sa liste. Les cinq élus font « le constat que Philippe Richert n’a pas su ou voulu engager une dynamique républicaine de regroupement des listes LR-PS-EELV. Il en porte la responsabilité ». Ce que Jean-Pierre Masseret vient de refuser.