Régionales 2015: «Ni fusion ni retrait» au second tour pour Les Républicains, quasi-unanimes

POLITIQUE Mis à part NKM et Raffarin, les cadors du parti ne sont pas favorables à faire barrage au FN, coûte que coûte...

20 Minutes avec AFP

— 

Régionales: Sarkozy refuse toute fusion et tout retrait de liste
Régionales: Sarkozy refuse toute fusion et tout retrait de liste — -, Farid Addala Les Républicains

Pas de retrait, ni de fusion. Réunis en en bureau politique ce lundi matin, les ténors des Républicains gardent le cap. Exceptés Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM) et Jean-Pierre Raffarin, ils ont souhaité conserver la ligne énnoncée par le président du parti, Nicolas Sarkozy, dès dimanche soir: « Ni retrait ni fusion ».

« On ne change pas de stratégie au milieu du gué », a affirmé François Fillon. « La fusion ou le retrait n’est pas à la mesure de la gravité de la situation politique. C’est lutter contre la mer qui monte avec des sacs de sables. On serre les dents et on fait campagne sans états d’âme, on reporte après le second tour les examens de conscience ». « La situation est très sérieuse. On ne peut pas la résumer en parlant d’un vote de colère ou en répétant une énième fois qu’on a entendu le message des Français », a ajouté l’ancien Premier ministre.

>> A lire aussi: Les retraits du PS sont-ils vraiment payants pour contrer le FN au 2e tour?

Reynié, troisième, ne se retire pas

NKM a demandé le retrait de la liste droite/centre en région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, où la tête de listes des Républicains Dominique Reynié est arrivé en troisième position avec 18,84 % des voix.

Nicolas Sarkozy lui a rétorqué que la position qu’elle avait exprimée pour le Doubs lors des départementales de mars, « nous a (vait) déjà coûté très cher ». NKM, tout comme Alain Juppé, avait appelé à voter à gauche pour contrer le FN. Jean-Pierre Raffarin l’a soutenue.

«Choc violent»

« Le choc est encore plus violent que nous le pensions. La fusion non, le retrait non plus », a affirmé Alain Juppé. Toutefois, selon certaines sources, le maire de Bordeaux a précisé que sa position valait « pour cette élection », mais qu’elle ne valait « pas jurisprudence ».

Régionales 2015: Résultats du premier tour
Create your own infographics

 

Alain Juppé a fait valoir que le retrait de Dominique Reynié en Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon « profiterait au FN » et que le total gauche était « très élevé », a expliqué son entourage.