Régionales 2015: Comment Marc Le Fur peut-il rebondir en Bretagne ?

ELECTIONS Le candidat de la droite et du centre a été largement devancé par Jean-Yves Le Drian…

Jérôme Gicquel

— 

Le député des Côtes d'Armor Marc Le Fur est tête de liste de la droite et du centre aux régionales en Bretagne. Ici le 10 novembre à Rennes.
Le député des Côtes d'Armor Marc Le Fur est tête de liste de la droite et du centre aux régionales en Bretagne. Ici le 10 novembre à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

La soirée de dimanche a pris des allures de douche froide pour la droite en Bretagne. Alliée au centre, la tête de liste Marc Le Fur n’a totalisé que 23,46 % des voix, très loin du score de son rival socialiste Jean-Yves Le Drian (34,92 %). Le ministre de la Défense devance très largement le député des Côtes d’Armor dans les quatre départements bretons, même dans le Morbihan et les Côtes d’Armor, emportés par la droite lors des dernières départementales en mars.

>> Tous les résultats des élections par ici

« Ces résultats ne sont pas à la hauteur de nos espérances », a déclaré Marc Le Fur dans la soirée. Même constat d’échec pour Isabelle Le Callennec, députée d’Ille-et-Vilaine, qui évoque « un score décevant ».

« Réintroduire la Bretagne dans les débats »

La défaite avalée, l’équipe de campagne de Marc Le Fur cherche maintenant à rebondir pendant l’entre-deux-tours. Comment ? En tapant notamment encore et toujours sur le candidat-ministre Jean-Yves Le Drian, qui aura marqué la campagne par son absence. « Nous avons dû faire face à un déficit de notoriété de Marc Le Fur face à un ministre. Mais nous sommes surtout déçus car il n’y a pas eu de campagne ni de débat projet contre projet », souligne Isabelle Le Callennec.

Cette semaine, Marc Le Fur va donc s’attacher « à réintroduire de la Bretagne dans les débats », taclant au passage Jean-Yves Le Drian « qui ne parle que de la situation au Moyen-Orient ». « J’en appelle donc à un sursaut breton au second tour », lance Marc Le Fur.

Marc Le Fur drague les abstentionnistes et les régionalistes

Pour mobiliser ses troupes, le député estime qu’il a encore une importante réserve de voix, tant « chez les abstentionnistes que chez bon nombre de régionalistes qui se sentiront à l’aise avec nous ».

Dragué de toute part, le candidat régionaliste, plutôt à gauche, Christian Troadec a déjà fait savoir qu’il ne donnera aucune consigne de vote à ses électeurs pour dimanche prochain.

>> Toutes les infos sur le premier tour des régionales 2015 en direct, dans notre live