VIDEO. Régionales 2015: Aubry «fière», Cuvillier «regrette» le désistement PS en Nord-Pas-de-Calais-Picardie

REGIONALES L'ancien ministre des Transports a imputé une partie de cet échec de la gauche à son éparpillement...

M.C. avec AFP

— 

Pierre de Saintignon et Frédéric Cuvillier lors d'un meeting dans le Nord, le 26 octobre 2015.
Pierre de Saintignon et Frédéric Cuvillier lors d'un meeting dans le Nord, le 26 octobre 2015. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

«C'est comme ça que l'on redonnera confiance en la politique», juge Martine Aubry. La maire de Lille s'est dite «fière» de la décision du socialiste Pierre de Saintignon de retirer sa liste, arrivée troisième dimanche au premier tour des régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. L'ancien ministre des Transports Frédéric Cuvillier (PS) a lui «regretté» ce retrait.

>> A lire aussi: Pierre De Saintignon se retire, la gauche n'aura aucun élu

«Moi je suis fière que Pierre de Saintignon ait pris cette décision», a déclaré Martine Aubry, visiblement très affectée, devant quelques journalistes. «Il a montré que les valeurs étaient plus fortes que tout le reste, plus que les postes. C'est comme ça que l'on redonnera confiance à ceux qui se sentent aujourd'hui oubliés de la politique», a poursuivi l'ancienne ministre de l'Emploi du gouvernement Jospin.

Arrivé en troisième position, largement derrière la liste Les Républicains de Xavier Bertrand (24,96%) et surtout du Front national de Marine Le Pen (40,64%), Pierre de Saintignon avait annoncé dans la soirée de dimanche le retrait de sa liste pour faire «barrage au Front national».

«Nicolas Sarkozy sera comptable des résultats de la semaine prochaine»

A l'inverse, le député-maire de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) Frédéric Cuvillier a lui fait part de ses doutes. «Je regrette cette décision. Je l'ai dit à Jean-Christophe Cambadélis», le premier secrétaire du PS, a indiqué l'ancien ministre des Transports. Cependant, il a critiqué la posture de la droite, estimant que «lorsqu'il s'agit de choisir entre l'extrême droite et la République, certains n'assument pas la clarté du choix. Je pense à Nicolas Sarkozy» qui, a-t-il dit, «sera comptable des résultats de la semaine prochaine».

>> Tous les résultats des élections par ici

>> Revivez la soirée du premier tour en direct

Frédéric Cuvillier ne s'est pas privé d'imputer une partie de cet échec de la gauche à son éparpillement, notamment avec une liste EELV-PG et PCF alors que ces trois entités font partie de la majorité sortante dans la région Nord-Pas-de-Calais.

«Comment est-il possible ainsi d'hypothéquer les chances de réussite ? C'est ce qui s'est produit ici et les électeurs, très clairement, ont sanctionné la division de la gauche, le fait qu'un certain nombre aient refusé l'évidence (alors) qu'il fallait avoir une cohésion et une cohérence politique. Ceux qui ont fait ce choix portent la responsabilité de l'échec de la gauche», a-t-il affirmé.