Régionales: 800.000 Français pourront voter grâce au report des inscriptions

LISTES ELECTORALES Le Parlement avait voté ce report en raison de la tenue en toute fin d'année des élections régionales...

N.Bg. avec AFP
— 
Illustration: une carte électorale française.
Illustration: une carte électorale française. — ALLILI MOURAD/SIPA

Quelque 800.000 Français ont profité de la prolongation de la période d’inscription sur les listes électorales pour s’inscrire et être en mesure de voter aux élections régionales, a annoncé vendredi le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

>> Régionales 2015: Mode d’emploi en quatre questions

« Grâce à cette réforme, 800.000 Français qui auraient été mal inscrits ou non-inscrits pourront voter » dimanche et le 13 décembre, a indiqué le ministre dans un communiqué. Sur ce total, 200.000 personnes « ont pu s’inscrire grâce à la révision exceptionnelle » et il s’agit de « personnes nouvellement inscrites », soit « parce qu’elles se sont inscrites pour la première fois, soit parce qu’elles se sont réinscrites après une période d’interruption », ajoute Bernard Cazeneuve.

La réforme a par ailleurs « permis à un certain nombre d’électeurs de s’inscrire dans la commune où ils venaient d’emménager, facilitant ainsi leur possibilité de voter », ce nombre étant évalué à plus de 600.000.

« Un corps électoral plus sincère »

« A la fin du mois de septembre, sur l’ensemble des neuf premiers mois de l’année 2015, le nombre d’inscriptions sur les listes électorales en ligne avait dépassé celui de l’année 2014 entière », écrit encore Bernard Cazeneuve. « Une très forte augmentation des inscriptions a eu lieu au mois de septembre 2015 » où elles ont été « multipliées par dix par rapport à un mois normal ».

« Cinq mille inscriptions en ligne sont enregistrées en moyenne par mois sur les huit premiers mois de l’année 2015 », a aussi détaillé le ministre pour qui « ce chiffre a été de 49.996 » en septembre. Théoriquement closes au 31 décembre, les inscriptions sur les listes électorales pour les élections régionales des 6 et 13 décembre avaient été ouvertes exceptionnellement jusqu’au 30 septembre en raison de la tenue tardive du scrutin en fin d’année.

Le Parlement avait voté en ce sens le 8 juillet cette réouverture des listes. L’objectif du gouvernement était d’obtenir « un corps électoral plus sincère, à partir de listes plus représentatives » et de faire éventuellement reculer l’abstention.