Régionales 2015: Le FN peut gagner «quatre, cinq régions», prévoit Marine Le Pen

JOURNAL DES REGIONALES Principaux faits, petites phrases et off… Toutes les infos de la campagne pour les élections régionales à retrouver sur « 20 Minutes »…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Marine Le Pen, présidente du FN, le 27 novembre 2015 à Nice.
Marine Le Pen, présidente du FN, le 27 novembre 2015 à Nice. — Lionel Cironneau/AP/SIPA

Premier tour des régionales J-3

Vous nous parlez de votre région, de nouvelles prises de position contre le Front national, des phrases assassines… Les faits de ce jeudi de campagne.

>> A lire aussi : Le mode d’emploi du scrutin en 4 questions

Les internautes très attachés à leur région

A l’approche des élections régionales, 20 Minutes a interrogé les internautes. « Pourquoi êtes-vous attachés à votre région ? De quoi êtes-vous les plus fiers ? » Paysage, histoire, spécialités culinaires… Les internautes égrènent les raisons de leur attachement à leur territoire. Mylène, du Nord-Pas-de-Calais, évoque « les terrils rappellent notre passé dans les mines », quand Catherine parle de l’Ain : « Passez le col du Berthiand et la magie opère ». Tous vos témoignages sur vos régions à retrouver par ici.

>> A lire aussi : Les candidats, région par région

Pour Martine Aubry, l’actuel candidat PS en Nord-Pas-de-Calais-Picardie est « meilleur » qu’elle

Alors que l’on a vivement reproché à Martine Aubry, de ne pas concourir aux régionales, la maire de Lille a répété ce jeudi sur BFMTV que l’actuel candidat dans la région du nord est « meilleur » qu’elle. « Tous ceux qui disent ça, personne ne m’a demandé d’y aller. On cherche plutôt un alibi au cas où. (…) J’ai été, et c’est ma grande fierté, élue à trois reprises par les lillois. » Pierre de Saintignon, bras droit de Martine Aubry, est largement distancé dans les sondages face à ses concurrents Marine Le Pen (FN) et Xavier Bertrand (LR). Elle a par ailleurs réaffirmé qu’un retrait de la liste de gauche n’était pas à l’ordre du jour avant le premier tour.

Xavier Bertrand assuré de sa victoire contre Marine Le Pen

Le candidat de la droite en Nord-Pas-de-Calais-Picardie s’en est pris ce jeudi matin à sa rivale FN aux régionales.

L’ancien ministre a réaffirmé qu’il n’y aurait aucun front républicain, c’est-à-dire une alliance avec la gauche, pour empêcher le FN de gagner ces élections.

Marine Le Pen estime que le FN peut gagner « 4 ou 5 régions »

La présidente du FN a jugé ce jeudi matin sur Europe une victoire de son parti dans « 4 ou 5 régions ». « Il y a quatre ou cinq régions où nous sommes en situation de pouvoir gagner », a-t-elle déclaré, mais a ajouté : « Il y a une série d’éléments que nous ne maîtrisons pas. Est-ce que l’UMP [Les Républicains] et le PS vont fusionner ? Est-ce qu’ils vont se retirer l’un pour l’autre ? (…) Une élection n’est jamais gagnée tant que les électeurs n’ont pas voté », a-t-elle souligné.

Le patron des députés du parti Les Républicains ne croit pas en une victoire du FN

Christian Jacob l’a répété ce jeudi sur Radio Classique : il ne croit pas en une victoire du parti d’extrême droite en régions.

Le patron de la CFDT juge « le programme du FN nuisible »

Après le patron du Medef, Laurent Berger, secrétaire général du syndicat CFDT, prend position contre le Front national. Dans une interview à l’Opinion ce jeudi, il explique que « la CFDT a toujours agi contre tout type de totalitarisme, contre le repli sur soir, la recherche de boucs émissaires et les risques d’une société autoritaire. » C’est pourquoi il estime : « il est de notre responsabilité de nous opposer au FN. »

En Midi-Languedoc, l’écart se réduit entre PS et FN

Selon un sondage publié jeudi dans La Dépêche, la liste PS-PRG de l’ex-secrétaire d’État Carole Delga l’emporterait au second tour des régionales en Midi-Pyrénées-Languedoc Roussillon. Mais l’écart se réduit des deux tiers par rapport à la mi-novembre, selon cette enquête. En cas de triangulaire au second tour, la gauche remporte 37 % des voix, le FN 34 %. La liste Les Républicains-UDI est stable à 29 %.

Passe d’armes à distance entre le Premier ministre et la présidente du FN

Manuel Valls et Marine Le Pen ont les oreilles qui sifflent. Mercredi soir, le Premier ministre a appelé les Français à se réunir dans une « manifestation nationale pour la République » en allant voter dimanche contre la « supercherie » que représente selon lui le FN. La présidente du parti d’extrême droite l’accusait, dans un meeting à Nîmes, d’avoir mené la « guerre totale » contre le plutôt que contre les djihadistes.

Un FN élu en région apporterait du « désordre », juge Nicolas Sarkozy

Mercredi soir, Nicolas Sarkozy, président du parti Les Républicains, a mis en garde à Saint-Jean-le-Blanc (Loiret) contre « le désordre qu’impliquerait l’arrivée du FN » à la tête des régions en cas de victoire. Il faut mener « le combat contre le désordre qu’impliquerait l’arrivée aux responsabilités dans une région du Front national et de Marine Le Pen », a déclaré Nicolas Sarkozy à l’occasion d’un meeting de soutien à Philippe Vigier, candidat à la présidence de la région Centre-Val-de-Loire.

Alain Juppé s’en prend au candidat-ministre Jean-Yves Le Drian en Bretagne

Le maire de Bordeaux s’en est pris mercredi soir au ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Selon lui, le ministre n’a « pas voulu choisir » entre ses fonctions au gouvernement et sa candidature à la présidence de la Bretagne, appelant les électeurs Bretons à « choisir à sa place ». La tête de liste de la gauche dans la région a récemment assuré qu’il « restera ministre tant que le président de la République le jugera nécessaire ». Il n’a pas exclu une période de cumul au cours de laquelle il « gérera avec les compétences de ses vice-présidents ».

En Auvergne-Rhône-Alpes, les candidats s’accusent de faire le jeu du FN

Laurent Wauquiez pour la droite et le centre et le socialiste Jean-Jack Queyranne se sont mutuellement accusés mercredi soir, lors de leurs derniers meetings à Lyon, de faire le jeu du Front National. « Je sais bien que certains de nos compatriotes sont en colère (…) et veulent voter FN. C’est exactement ce qu’attendent Queyranne et le Parti socialiste », a balancé Laurent Wauquiez. Le candidat socialiste a affirmé de son côté que « la préférence régionale de Laurent Wauquiez est la fille adoptive de la préférence nationale de Marine Le Pen ».