Régionales: La droite et le PS n'envisagent aucune fusion ni retrait au deuxième tour dans le grand Est

POLITIQUE Philippe Richert, candidat Les Républicains-UDI-Modem en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, et Jean-Pierre Masseret, candidat socialiste, ont réaffirmé leur refus d’une alliance ou d'un retrait. Un dernier sondage annonce le FN gagnant en cas de triangulaire dans le grand Est…  

Floréal Hernandez

— 

Philippe Richert, tête de liste Les Républicains-UDI-Modem aux régionales 2015, votant dans son village à Wimmenau lors du premier tour des élections régionales de 2010.
Philippe Richert, tête de liste Les Républicains-UDI-Modem aux régionales 2015, votant dans son village à Wimmenau lors du premier tour des élections régionales de 2010. — G. VARELA / 20 MINUTES

Une triangulaire au second tour des régionales pourrait permettre au Front national de s’imposer en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, le 13 décembre. C’est ce qui ressort d’un sondage Elabe pour Les Echos et Radio classique en partenariat avec Alila, paru mardi. Interrogé sur France Bleu Alsace, mercredi, Philippe Richert, président sortant de la région Alsace et tête de liste Les Républicains-UDI-Modem, a répété sur France Bleu Alsace, mercredi : « Il n’est pas question de fusionner avec le PS. »

>> A lire aussi: Un sondage donne Florian Philippot gagnant dans le grand Est.


En cas de duel Richert-Philippot, la droite l’emporte

Car ce même sondage indique que si Jean-Pierre Masseret, candidat socialiste crédité de 30 % au second tour des régionales, venait à ne pas se maintenir, Philippe Richert l’emporterait face à Florian Philippot (56 % contre 44 %).


Selon L’Opinion et « le petit doigt d’un ministre », « Jean-Pierre Masseret aurait déjà passé un accord avec Philippe Richert pour le second tour ». Une affirmation battue en brèche par le candidat socialiste. «L’information qui est diffusée selon laquelle il y aurait des discussions “secrètes” depuis deux mois est totalement mensongère et aberrante», a-t-il précisé dans un communiqué ce mercredi. Le président sortant de la région Lorraine le répète: «Il n’y aura ni retrait ni accord avec la liste de droite!»

Lors d’un meeting à Schirmeck, le candidat socialiste a affirmé : « Je ne la laisserai pas cette région à la seule droite et extrême droite ». Et précédemment, Jean-Pierre Masseret avait exclu l’hypothèse d’un conseil régional sans élu socialiste.