Régionales 2015: Vos candidats en Aquitaine-Limousin-Poitou Charentes

ELECTIONS « 20 Minutes » vous présente les principaux candidats dans votre région...

Mickaël Bosredon

— 

Le conseil régional d'Aquitain
Le conseil régional d'Aquitain — AFP

Dix listes se présenteront dimanche 6 décembre aux élections pour la grande région Aquitaine-Limousin Poitou-Charentes. Il semble que l'on se dirige vers une triangulaire entre Virginie Calmels (LR), Alain Rousset (PS) et Jacques Colombier (FN) au second tour, si l'on en croit les derniers sondages.

Virginie Calmels (Les Républicains, UDI, MoDem, CPNT)

 
Sa proposition principale. Si la candidate n'entend pas délaisser les trains régionaux et veut faire une région 100 % numérique, sa principale mesure repose sur son intention d'investir massivement dans les routes. « L'Aquitaine est la seule région à ne pas y mettre un centime contrairement à Limousin ou Poitou-Charentes et même Midi-Pyrénées qui y a affecté 200 millions d'euros. Dans mon budget, 110 millions d'euros sont prévus pour participer, aux côtés de l'Etat et d'autres collectivités, à l'amélioration de nombreux axes routiers, l'axe Fontenay-Rochefort, le contournement d'Oloron ou la rocade bordelaise » a-t-elle déclaré il y a quelques jours. « C'est un enjeu du développement du territoire » rappelait-elle dans une interview à 20Minutes.
 

Sa déclaration marquante. Celle qui se présente désormais comme la « Dame de Faire » met en avant sa « culture du résultat » apprise lors de son passage dans le monde de l'entreprise, notamment chez Endemol. « J’ai une culture du résultat, et on peut l’importer en politique où, parfois, des personnes n’ont pas le bilan escompté et se maintiennent pourtant. »

Ses chances de gagner. Elles sont devenues réelles, puisque les deux derniers sondages la donnent à égalité ou devant Alain Rousset au premier tour, et à quelques encablures (37 %) derrière au second.

Alain Rousset (PS, PRG)

 

Sa proposition principale. Connu pour son implication envers le monde industriel et les PME innovantes, Alain Rousset veut poursuivre le développement économique de la grande région. Et cela passera par l'amélioration des communications. « Le premier défi c’est le très haut débit. Les agriculteurs entre autres en ont besoin. Les opérateurs se sont partagé les zones les plus denses, et on a laissé aux collectivités locales le soin de s’occuper des zones moins denses, où nous investirons dans les réseaux, puis les louerons aux opérateurs. L’idée c’est d’avoir très vite 600.000 prises supplémentaires. Il est aussi possible que d’autres technologies, moins coûteuses en investissement, comme les technologies satellitaires, percent. »

Sa déclaration marquante. « Les pouvoirs publics c’est la protection du faible face au fort. L’actionnaire, c’est l’inverse. » Alain Rousset attaque ainsi le programme de Virginie Calmels, qui compare la région à une grande entreprise.

Ses chances de gagner. La grande région Aquitaine-Limousin-Poitou Charentes fait partie de celles que la gauche espère bien maintenir dans son giron (les trois régions sont à gauche.) Alain Rousset reste favori, mais voit son avance fondre depuis quelques semaines.

Jacques Colombier (Front National)

 

Sa proposition principale. « Redonner la priorité à nos nationaux. » Jacques Colombier dénonce le « mastodonte administratif » né de la fusion des trois régions, et estime que le conseil régional « doit se recentrer sur des compétences régionales. » Comme aider en priorité les petites et moyennes entreprises locales. « Il faut appliquer ce que l'on appelle le patriotisme économique, qui est tout à fait possible en mettant en place des clauses précises d'aides à celles qui embauchent localement, par exemple. »

Sa déclaration marquante. « Virginie Calmels ne s’est jamais désolidarisée du projet de grande mosquée à Bordeaux, véritable quartier islamique à la Bastide. » Dans un tract largement distribué, Jacques Colombier a attaqué le supposé soutien de la candidate LR à un projet de mosquée financée publiquement. Ce qui devrait lui valoir un procès en diffamation prochainement.

Ses chances de gagner. Minces voire inexistantes. Jacques Colombier est crédité au mieux de 26 % au second tour. Mais le candidat frontiste voit là l'occasion d'envoyer un groupe important au conseil régional (entre 25 et 30 élus sur les 183 de la future grande région) et ainsi « faire pression. »

Les autres listes de la région:

Les autres candidats sont Nicolas Pereira (Nouvelle Donne), Olivier Dartigolles (Front de Gauche), William Douet (Union populaire républicaine), Joseph Boussion (La Vague citoyenne), Françoise Coutant (EELV), Yvon Setze (Debout la France), et Guillaume Perchet (Lutte ouvrière.)