Régionales en PACA: Une conseillère régionale de gauche appelle à voter LR dès le premier tour

POLITIQUE Karima Rezoug appele à voter pour les Républicains (LR) dès le premier tour...

A.R. avec AFP

— 

Un isoloir en France
Un isoloir en France — Nicolas Tucat AFP

Une conseillère régionale de gauche a appelé à voter pour les Républicains (LR) dès le premier tour des élections régionales, pour ne pas ajouter au « drame national du 13 novembre (…) une catastrophe politique régionale » avec une victoire du FN.

« Je me bats aussi contre le populisme du Front national »

« Française de confession musulmane, je me bats contre les extrêmes, les fondamentalistes islamistes, les salafistes qui veulent vivre comme il y a dix siècles », écrit Karima Rezoug dans un communiqué, dans lequel elle se présente comme « une femme de centre gauche engagée dans la vie politique marseillaise depuis 20 ans ».

« Mais je me bats aussi contre le populisme du Front national qui prône l’exclusion, le repli sur soi et le racisme latent », poursuit celle qui siège dans le groupe socialiste, radical et républicain au conseil régional mais qui n’est plus membre du PS : « Je ne veux pas laisser à mes enfants une région d’exclusion et de haine. »

« Mon choix est clair et sans ambiguïté »

« Au drame national du 13 novembre 2015, n’ajoutons pas une catastrophe politique régionale, aussi mon choix est clair et sans ambiguïté », ajoute dans son communiqué celle qui est conseillère régionale PS depuis 2010.

Présentant Renaud Muselier, tête de liste des Républicains dans les Bouches-du-Rhône pour les régionales, comme un « démocrate, un républicain », Karima Rezoug appelle à voter pour lui « dès le premier tour ». « J’invite tous les républicains à faire de même », poursuit-elle encore.

Selon un sondage Ipsos/Sopra Steria publié le 22 novembre et réalisé six jours après les attentats de Paris et Saint-Denis, le FN remporterait les régionales en Paca avec 40 % des voix au premier tour et 41 % au second devant la liste Les Républicains-UDI-MoDem (30 % au 1er tour, 34 % au second) et la gauche (25 % au second tour).