Régionales 2015: Vos candidats en Corse

RÉGIONALES « 20 Minutes » vous présente les candidats de votre région pour le scrutin des 6 et 13 décembre…

T.L.G.

— 

Assemblée de Corse, illustration.
Assemblée de Corse, illustration. — PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP

Profusion de listes en Corse. La région, dirigée par la gauche depuis 2010, renouvelle ses 51 conseillers territoriaux, dont le mandat est raccourci à deux ans. Les 12 listes déposées rendent le scrutin incertain pour le président sortant (divers gauche) du Conseil exécutif de Corse, Paul Giacobbi.

Gilles Simeoni- Femu a corsica simeoni angelini

Sa proposition principale : Le maire nationaliste de Bastia souhaite « obtenir de l’Etat qu’il tienne compte des votes acquis à l’Assemblée de Corse » : « votes sur la cooficialité de la langue corse, politique foncière et statut de résident, statut fiscal dérogatoire et l’arrêté Miot, l’inscription de la Corse dans la Constitution, question du rapprochement et de l’amnistie des prisonniers politiques ».

Sa déclaration marquante : « Nous avons une vision ouverte du peuple et de la nation corses dans laquelle le critère principal d’appartenance n’est pas fondé sur la religion ou sur l’origine, mais sur la citoyenneté culturelle », a-t-il confié à Corse net info.

Les sondages : La liste nationaliste Femu a Corsica menée par Gilles Simeoni arriverait en tête des intentions de vote au premier tour des élections territoriales, avec 18 %, selon un sondage OpinionWay* réalisé fin octobre.

Camille De Rocca Serra- Rassembler pour la Corse/Uniti per a Corsica (DVD)

Sa proposition principale : « Afin de favoriser l’emploi, annualiser le temps de travail en instaurant un CDI à vocation saisonnière alternant des cycles d’activité soutenus en fonction des besoins de l’entreprise, et des cycles de formation pendant la période hivernale où l’employeur se verra exonéré de charges patronales ».

Sa déclaration marquante : « On a voulu nous faire croire que la Corse était bloquée parce qu’elle n’avait pas les outils institutionnels. Nous démontrerons que c’est faux. Quand je vois certaines listes, je vois uniquement des porteurs de voix », a-t-il expliqué à Corse matin.

Les sondages : La liste de Camille De Rocca Serra, président de l’assemblée de Corse de 2004 à 2010, récolterait 16 % des intentions de vote au premier tour*.

José Rossi-José Rossi 2015 (LR-UDI)

Sa proposition principale : José Rossi souhaite refonder la politique des transports, « plus performants et moins chers ». Son objectif : « l’amélioration au moindre coût de la desserte entre la Corse et le continent ». « Pour les résidents domiciliés en Corse, nous mettrons en place une réduction accrue du prix du passage maritime entre la Corse et le continent », explique-t-il.

Sa déclaration marquante : « La Corse a prouvé qu’elle était attachée à la République et à la France », a-t-il déclaré dans Corse Matin.

Les sondages : José Rossi arriverait en troisième position (12 %), derrière Gilles Simeoni et Camille de Rocca Serra. Sa liste serait à égalité avec celles du candidat frontiste et divers gauche*.

Christophe Canioni- Front National corse avec Marine Le Pen

Sa proposition principale : Christophe Canioni présente ses thèmes généraux à Corse net infos. « Celui de l’immigration même si l’assemblée de Corse n’est pas à même de régler ce genre de situation, mais nous ferons des propositions dans ce sens. L’écologie et la culture figurent aussi en bonne place sur la liste de nos priorités ».

Sa déclaration marquante : « La Corse est française. Nous sommes pour défendre notre identité comme peuvent le faire les Bretons, les Basques, les Alsaciens ».

Les sondages : Christophe Canioni obtiendrait 12 % des suffrages au premier tour à égalité avec José Rossi et Paul Giacobbi*.

Paul Giacobbi- Prima a Corsica

Sa proposition principale : « Nous souhaitons agir la main dans la main avec les forces vives, en passant de véritables contrats d’économie productive pour l’emploi. Ceux-ci prendront la forme de contrats de filière autour desquels chaque partenaire souscrira des engagements et apportera des garanties. Un contrôle rigoureux de l’utilisation des fonds sera institué auquel seront associés tous les acteurs », estime le député et président sortant du conseil exécutif de Corse, Paul Giacobbi (DVG),

Sa déclaration marquante : « Quand je vois d’autres listes qui se présentent comme le renouveau avec exactement les mêmes et quelques changements d’ailleurs médiocres, je me dis : "je dois me tromper, je dois avoir la berlue", et la presse qui vous dit "c’est là le renouvellement et ici c’est la continuité" », a-t-il confié à France 3.

Les sondages : Avec 12 % des voix, Paul Giacobbi serait en troisième position au second tour, à égalité avec le candidat LR et le candidat frontiste*.

Les autres listes :

  • Jean Zuccarelli-La Garantie républicaine (Parti radical de gauche)
  • Emmanuelle De Gentili- La Corse qui ose-Corsic’Ardita (PS)
  • Paul-Félix Benedetti- Rinnovu
  • Jean-Guy Talamoni- Corsica Libera
  • Dominique Bucchini- A corsica in cumunu-PCF-Front de Gauche
  • Jean-Charles Orsucci- Liste Orsucci-Pieri/La Corse à cœur
  • Hyacinthe Santoni-Debout la France

 

*Sondage réalisé du 27 au 30 octobre par téléphone auprès d’un échantillon, constitué selon la méthode des quotas, de 805 personnes, inscrites sur les listes électorales en Corse, issu d’un échantillon de 925 personnes représentatif de la population corse âgée de 18 ans et plus.