Régionales 2015: Vos candidats en Bourgogne-Franche-Comté

ÉLECTIONS «20 Minutes» vous présente les candidats de votre région lors du scrutin des 6 et 13 décembre…

T.L.G.

— 

Conseil régional de Bourgogne à Dijon.
Conseil régional de Bourgogne à Dijon. — Erkethan/Wikimedia

C’est la présidente de Franche-Comté Marie-Guite Dufay qui représentera les socialistes dans cette nouvelle région unifiée. Son principal rival est François Sauvadet, avec sa liste d’union de droite et du centre. La liste frontiste pourrait jouer les trouble-fête.

Marie-Guite Dufay- « Notre Région d’Avance ». (PS, PRG, CAP21)

Sa proposition principale : Protéger et créer plus d’emplois, grâce aux accords « former plutôt que chômer » négociés avec les partenaires sociaux dans les entreprises en mutation. Engager la formation de 100.000 demandeurs d’emploi dans les métiers qui recrutent, notamment dans la croissance verte à travers les énergies renouvelables ou les mobilités du futur.

Sa déclaration marquante : « Mon pire ennemi aujourd’hui, c’est l’indifférence d’une grande partie de nos concitoyens à l’égard des enjeux locaux et concrets de cette élection pourtant capitale », a-t-elle déclaré dans francelive.fr.

Les sondages : La candidate socialiste n’arriverait qu’en troisième position au premier tour (19 %), derrière François Sauvadet, (LR-UDI), et le Front national de Sophie Montel. Grâce à une importante réserve de voix à gauche, la présidente sortante de la région Franche-Comté serait au coude-à-coude avec le candidat de droite au second tour (34 %, contre 36 %), selon un sondage BVA pour la presse régionale publié le 23 octobre*.

François Sauvadet-La Région en grand (LR-UDI-DVD)

Sa proposition principale : Le candidat souhaite lancer un plan d’investissement dans le numérique avec un appel à projet « Usine 4.0 », concernant 200 PME qui souhaitent réaliser un diagnostic vers l’usine du futur (intelligente, robotisée, digitale). Un système d’aide sera créé pour mettre en place les améliorations qui leur auront été suggérées.

Sa déclaration marquante : « M. Rebsamen en Côte-d’Or, c’est Margaret Thatcher en Europe : "I want my money back !" », à Francelive.fr

Les sondages : Le président du conseil départemental de la Côte-d’Or virerait en tête avec 31 % des votes au premier tour devant le FN et le PS. L’élu UDI pourrait remporter la région au second tour (36 %) malgré le bon report de voix de la candidate socialiste*.

Sophie Montel- Liste Front national présentée par Marine Le Pen (FN)

Sa proposition principale : Soutenir « les forces vives créatrices de richesse et d’emploi, à savoir nos PME-PMI, nos TPE, nos artisans, nos commerçants ». La candidate FN souhaite donner « un accès prioritaire aux entreprises locales dans les marchés publics régionaux, en introduisant des clauses environnementales, sociales et de cohésion territoriale ».

Sa déclaration marquante : « Alésia, symbole de la défaite des peuples gaulois face à l’envahisseur romain, est désormais le symbole de l’incapacité du petit seigneur Sauvadet à bien gérer une collectivité », au Bien public.

Les sondages : Sophie Montel pourrait être l’outsider du scrutin avec 26 % des voix au premier tour, la plaçant derrière François Sauvadet. Au second tour, la candidate FN obtiendrait 30 % des voix*.

Nathalie Vermorel- L’alternative à gauche- (Front de gauche, PG, PCF, MRC, Ensemble)

Sa proposition principale : Créer un fonds régional de développement pour l’emploi et la formation pour mobiliser « l’argent des banques qui va aujourd’hui à la finance, et géré par les élus, les employeurs et les salariés, qui sont les oubliés de la concertation. Avec 1 % seulement des dépôts bancaires, on multiplie par 5 l’intervention économique régionale actuelle », explique-t-elle au Bien public.

Sa déclaration marquante : « Nous ne voulons ni d’une gauche qui renonce à ses valeurs et à ses combats, ni du retour d’une droite dure revancharde, poussée par une extrême droite décidée à marquer le paysage de son empreinte du tous contre tous ».

Les sondages : Nathalie Vermorel engrangerait 8 % des voix au premier tour. Etant donnée l’incertitude liée à la marge d’erreur du sondage (3.5 points), la liste d’union pourrait obtenir les 10 % nécessaires pour un maintien au second tour. Sinon, une bonne partie des votants devraient se tourner vers la liste socialiste*.

Les autres listes : 

  • Charles-Henri Gallois- L’UPR avec François Asselineau – Le parti qui monte malgré le silence des médias
  • Julien Gonzales-Alliance écologiste indépendante de Bourgogne et Franche-Comté
  • Cécile Prudhomme- Les écologistes de Bourgogne Franche-Comté (EELV)
  • Claire Rocher- Lutte ouvrière- Faire entendre le camp des travailleurs
  • Maxime Thiébaut- Debout la France avec Nicolas Dupont-Aignan
  • Christophe Grudler- 3 millions de raisons avec Christophe Grudler (Modem)

 

*Sondage réalisé par internet du 6 au 15 octobre sur un échantillon de 803 personnes inscrites sur les listes électorales en Bourgogne Franche Comté.