Régionales en Ile-de-France: Les listes PS et FN à égalité derrière celle de l'UMP

SONDAGE Wallerand Saint-Just a gagné trois points par rapport au dernier sondage, avant les attentats...

N.Beu. avec AFP

— 

Le frontiste Wallerand Saint-Just à Arpajon, le 14 septembre 2015.
Le frontiste Wallerand Saint-Just à Arpajon, le 14 septembre 2015. — Alain ROBERT/Apercu/SIPA

La liste FN et celle PS-PRG conduite par Claude Bartolone feraient jeu égal avec 23 % d’intentions de vote, dix points derrière celle de la droite de Valérie Pécresse, au premier tour des élections régionales en Ile-de-France, selon un sondage Odoxa publié jeudi.

Si le premier tour avait lieu dimanche, 23 % des personnes interrogées voteraient pour la liste Front National de Wallerand de Saint-Just (+3 points) et le même nombre pour celle conduite par Claude Bartolone (-1), président de l’Assemblée nationale, soutenue par le PS et le PRG. Selon cette enquête réalisée pour BFMTV et Le Parisien/Aujourd’hui en France, la liste de Valérie Pécresse (Les Républicains-UDI-MoDem), ferait la course en tête avec 33 % (-1) des voix.

L'impact des attentats

C’est le FN, avec trois points de plus que lors d’un précédent sondage le 4 octobre, qui progresse le plus après les attentats de Paris. Loin derrière : la liste Front de gauche de Pierre Laurent (inchangée à 8 %), celle de Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan (4 %, -3), celle d’Emmanuelle Cosse soutenue par EELV et CAP 21 (inchangée à 6 %) et enfin celle de Lutte ouvrière conduite par Nathalie Arthaud (2 %, +1). Au second tour, Valérie Pécresse, avec 40 % (-1) devancerait de cinq points Claude Bartolone en recul de trois points à 35 %, dans une triangulaire avec le FN qui atteindrait la barre symbolique des 25 % (+4).

Les attentats ont par ailleurs « bouleversé les attentes des électeurs » pour ces élections : la lutte contre le terrorisme « écrase toutes les autres préoccupations », avec 52 % des deux réponses possibles, devant la sauvegarde et le développement de l’emploi (33 %), ou l’amélioration des transports en commun (26 %).

Sondage réalisé par Internet les 19 et 21 novembre auprès d’un échantillon de 1.000 personnes inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas