Régionales en PACA: Le MEDEF «s'adaptera» en cas de victoire du FN

POLITIQUE Le président du MEDEF PACA Jean-Luc Monteil a présenté son « programme » pour les élections régionales…

Mickael Penverne

— 

Jean-Luc Monteil président du MEDEF PACA
Jean-Luc Monteil président du MEDEF PACA — MickaÎl Penverne / 20 Minutes

Le MEDEF PACA a présenté mercredi son « programme » pour les élections régionales des 6 et 13 décembre. L’organisation patronale, qui a rencontré les principaux candidats, propose de mettre en place par exemple un « guichet unique » à destination des TPE et des PME. Il demande également de passer à la « coconstruction » sur plusieurs thématiques comme la formation professionnelle, le développement des transports, des nouvelles technologiques et la « silver économie » (autour du 3e âge).

« Le budget de la région est d’environ deux milliards d’euros. Or, la masse salariale représente 400 millions d’euros et la région est très endettée. La nouvelle équipe devra donc cibler très précisément ses domaines d’interventions, a déclaré le président du MEDEF PACA, Jean-Luc Monteil. Il ne va pas falloir se tromper de candidat ».

Le « terrain des valeurs »

A dix jours du premier tour, Marion Maréchal-Le Pen est en tête des derniers sondages. Selon l’enquête Ipsos/Sopra Steria publié le 22 novembre, la candidate du Front national l’emporterait largement au second tour en cas de triangulaire avec 41 % des intentions de vote contre seulement 30 % pour la liste menée par Christian Estrosi et 25 % pour celle de Christophe Castaner.

Interrogé sur l’éventualité d’une victoire du Front national en PACA, Jean-Luc Monteil a botté en touche : « C’est une élection importante pour l’ensemble des citoyens. Il va falloir prendre le temps de réfléchir et se demander ce qui est raisonnable de faire, a-t-il déclaré. Mais nous ne sommes pas là pour être les censeurs du système ou redéfinir les règles de la démocratie ».

Incitant les électeurs « à ne pas voter avec leurs pieds » mais « avec leur tête et leur cœur », il n’a pas cependant souhaité s’engager « sur le terrain de valeurs ». Le président du MEDEF a simplement noté, qu’en cas de victoire du FN au second tour, « il faudra s’adapter avec une équipe qui a peu d’expérience dans la gestion des affaires régionales ».