Régionales 2015: Qui sont vos candidats en Ile-de-France?

POLITIQUE «20 Minutes» vous présente les candidats aux élections Régionales en Ile-de-France...

M.G.

— 

L'hémicycle 
L'hémicycle du Conseil regional d'Ile de France, lors de la première séance du Conseil, présidée par Jean-Paul Huchon (PS) après sa réelection le 26 mars dernier 2010.
L'hémicycle L'hémicycle du Conseil regional d'Ile de France, lors de la première séance du Conseil, présidée par Jean-Paul Huchon (PS) après sa réelection le 26 mars dernier 2010. — VALINCO/SIPA

Qui succédera à Jean-Paul Huchon (PS) à la tête de la région Ile-de-France ? Si la droite espère arracher ce symbole à la gauche, la lutte s’annonce serrée, dans un scrutin qui va mettre aux prises 13 listes. Quelles sont les chances des uns et des autres de l’emporter ? Que proposent les différents candidats ? Pour y voir plus claire avant d’aller voter les 6 et 13 décembre prochains pour élire vos nouveaux conseillers régionaux, 20 Minutes vous dresse, par ordre alphabétique, le Who’s who des Régionales.

Claude Bartolone - Une Ile-de-France humaine (PS, PRG - MRC - mdP)

Ses propositions principales : Avant les attentats, Claude Bartolone réservait ses mesures phares pour les transports. Dans ce domaine, il annonce une police des transports dont il ne précise pas le nombre d’agents ou des transports fonctionnant H24. La tête de liste PS a aussi récemment l’accent sur sa volonté de créer un service civique obligatoire pour les jeunes de 16 à 25 ans.

Sa déclaration marquante : « Paris est la deuxième marque au monde la plus connue après Coca-Cola ! », clame l’élu pour justifier son souhait de changer le nom de la région Île-de-France en Paris - Ile-de-France.

Ses chances d’être élu : Tous les sondages l’ont donné au coude à coude avec Valérie Pécresse. Toutefois, à chaque fois, Claude Bartolone est battu. La dernière enquête Ifop, sortie le 10 novembre, lui donne 38 % des intentions de vote, contre 40 % pour Valérie Pécresse. Dans le sondage Odoxa, publié jeudi dernier, l’écart se creuse encore, la tête de liste PS étant à 5 points (35 %) de Valérie Pécresse (40 %).

Emmanuelle Cosse - Changeons d’air, le rassemblement écologiste et citoyen (EELV)

Sa proposition principale : Un plan de trois milliards d’euros sur la mandature pour améliorer la qualité de l’air en Île-de-France. Il permettra, entre autres, de convertir les 9.000 bus et autocars franciliens en mode zéro diesel d’ici 2021.

Sa déclaration marquante : « Je veux faire de l’Île-de-France, la région la plus écologique d’Europe »

Ses chances d’être élu : Elle est créditée de 9 % des intentions de vote à l’issue du premier tour dans le sondage Ifop-Fiducial. Moins encore dans le sondage Odoxa du 26 novembre dernier (6 %). Emmanuelle Cosse ne devrait donc s’arrêter au premier tour, mais les écologistes devraient toutefois peser lourd dans le rassemblement de la gauche en vue du second tour.

Nicolas Dupond-Aignan - Debout la France (DLF - LDU)

Sa proposition principale : Nicolas Dupont-Aignan veut faire sauter les péages sur les autoroutes qui environnent l’Ile-de-France. En les supprimant, il entend désengorger la région et prévoit ensuite de consacrer un milliard d’euros pour construire des routes là où il faut. C’est aussi un fervent opposant au projet du Grand Paris Express, « un projet délirant et pharaonique».

Sa déclaration marquante : « Je souhaite que le rassemblement patriotique nécessaire à la France s’organise autour de moi. » Une petite phrase que n’a pas appréciée Wallerand de Saint Just, qui surfe lui aussi sur la thématique patriotique. Nicolas Dupont-Aignan est atteint de « melonite aiguë », a rétorqué la tête de liste FN.

Ses chances d’être élu : Il est crédité de 4 % des intentions de vote au soir du premier tour et n’a cessé de chuter dans les sondages depuis septembre.

Pierre Laurent - Nos vies d’abord ! Egalité, écologie, dignité, citoyennté (FG)

Sa proposition principale : La gratuité des transports pour les moins de 18 ans et un passe seniors à 35 euros pour les retraités modestes… Pour Pierre Laurent, « le Passe Navigo unique n’était qu’une étape ».

Sa déclaration marquante : « Si on veut une gauche courageuse, il vaut mieux compter sur ma liste que sur celle de Claude Bartolone ».

Ses chances d’être élu : Le Front de gauche est crédité de 8 % des intentions de votes au premier tour, selon Odoxa. C’est mieux qu’Emmanuel Cosse, mais pas assez pour s’assurer une présence au seconde tour.

Valérie Pécresse - L’alternance (LR - UDI - MoDem)

Sa proposition principale : La justice et le rétablissement de l’autorité. Telles sont les deux valeurs sur lesquelles Valérie Pécresse base son programme pour l’Ile-de-France. Cela commence dans les transports où la tête de liste LR veut l’installation de la vidéoprotection dans toutes les rames de trains et de RER, le contrôle d’identité possible par la Suge (la police des transports), l’interdiction de transports pour les délinquants des transports multirécidivistes…

Sa déclaration marquante : « Lutter contre l’usage de la drogue chez les mineurs c’est ma responsabilité de candidate », avait déclaré Valérie Pécresse début novembre pour justifier son projet contesté de mettre en place des tests salivaires pour dépister la consommation de cannabis dans les lycées d’Ile-de-France.

Ses chances d’être élu : Partie très tôt en campagne, Valérie Pécresse est la grande favorite des sondages. Dans le dernier sondage en date, réalisé par Odoxa, elle creuse même l’écart au second tour avec Claude Bartolone, avec 40 % des intentions de vote contre 35 % pour son adversaire.

Wallerand de Saint-Just - Liste Front national (FN)

Sa proposition principale : Dans le programme, il est beaucoup question de sécurité, « priorité n°1 du Front National ». Wallerand de Saint-Just se distingue aussi par sa volonté de mettre un terme au projet du Grand Paris express pour focaliser les investissements dans l’amélioration des lignes existantes.

Sa déclaration marquante : « Ce soir, j’ai détrôné le duc ! » Wallerand Saint-Just n’a pas peur du rappeur Booba qu’il a moqué gentiment en novembre en publiant sur Twitter une photo montrant une de ses affiches de campagne placardée par-dessus celle annonçant un futur concert de Booba, alias le « Duc de Boulogne ».

Ses chances d’être élu : Le troisième homme ? En tout cas, les sondages placent le Front National sans peine au second tour en Ile-de-France. Selon l’étude réalisée par Odoxa, il serait même à égalité avec Claude Bartelone au soir du premier tour (21 % des intentions de votes). Au second tour en revanche, Wallerand de Saint Just serait à chaque fois décroché, ne bénéficiant pas du même report de voix que Claude Bartolone ou Valérie Pécresse.

Les autres listes de la région :

  • « Lutte ouvriière » pour faire entendre le camp des travailleurs. Une liste conduite par Nathalie Arthaud.
  • « L’UPR, avec François Asselineau, le parti qui monte malgré le silence des médias », menée par François Asselineau.
  • « Liste de l’Union des démocrates musulmans français », conduite par Nizarr Bourchada (UDMF).
  • « Liste d’Union citoyenne », menée par Dawari Horsfall (Génération Avenir + C’est à Nous).
  • « Nous citoyens pour l’Île-de-France », menée par Valérie Sachs.
  • « La liste F.L.U.O (Fédération Libertaire Unitaire Ouverte) », menée par Sylvain De Smet (PP - CSF - FLUO).
  • « Aux urnes citoyens », conduite par Aurélien Véron (PLD - GC).