VIDEO. Régionales: L'idée de Valls pour faire barrage au FN fustigée à droite comme à gauche

POLITIQUE Le Premier ministre a évoqué l'hypothèse d'une fusion des listes de droite et de gauche pour éviter une victoire du FN...

20 Minutes avec AFP

— 

Manuel Valls à Matignon le 4 novembre 2015.
Manuel Valls à Matignon le 4 novembre 2015. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Il réussit pour l’instant à faire presque l’unanimité contre lui. Mardi, Manuel Valls a ouvertement évoqué l’hypothèse d’une fusion des listes de droite et de gauche pour éviter une victoire du FN, notamment dans la région Nord-Pas-de-Calais/Picardie où Marine Le Pen est candidate.

« Je n’ai pas l’habitude de mettre mon caleçon après mon pantalon »

Une proposition dénoncée jeudi matin par Jean-Christophe Cambadélis. « Je n’ai pas l’habitude de mettre mon caleçon après mon pantalon. Il faut faire les choses dans l’ordre. Il y a un premier tour et un deuxième tour. J’appelle l’ensemble des socialistes à se concentrer sur le premier tour. Tous les socialistes. Parce que trop de confidences nuit à la cohérence. La cohérence, c’est de battre la droite et l’extrême-droite dès le premier tour », a réagi le premier secrétaire du PS sur RFI.

Interrogée sur RTL, Cécile Duflot (EELV) en a rajouté une couche : « Ça, ça n’a pas de sens, on fusionne avec des listes avec lesquelles on peut passer des compromis et faire un projet… Dans l’hypothèse où il y aurait une triangulaire, avec un risque trop important que Marine Le Pen gagne, il faut se retirer, comme on l’a déjà fait dans le passé, c’est aussi simple que ça. »


Élections régionales 2015 : "On fusionne avec… par rtl-fr

« La meilleure façon de faire monter le Front national »

A droite aussi, les critiques pleuvent. Ce matin sur BFM TV, François Fillon n’a pas mâché ses mots : « Pourquoi est-ce que le Front national monte ? Il monte parce que les Français sont insatisfaits de leur vie quotidienne. Il monte parce qu’il y a du chômage, il monte parce qu’il y a de l’insécurité. Dire aux Français face à cette situation "on va fusionner avec la majorité, avec le gouvernement, avec ceux qui gouvernent, donc on va maintenir la même politique qu’avant", c’est la meilleure façon de faire monter le Front national encore un peu plus », a développé l’ancien Premier ministre.


Fillon sur la fusion des listes PS-LR aux… par BFMTV

De son côté, Gérald Darmanin, directeur de campagne de Xavier Bertrand, candidat du parti Les Républicains pour les élections régionales dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, a affirmé jeudi que Manuel Valls « ne sa (va) it » plus quoi inventer pour maquiller la défaite annoncée du PS" en décembre dans cette région.

Et du côté du Front national, on se frotte les mains. « Manuel Valls choisit l’UMPS décomplexée et clarifie le débat ! La saine recomposition de la vie politique française autour des vrais clivages s’accélère, et le Front national ne peut que s’en réjouir, écrit le parti d’extrême droite dans un communiqué. Nous quitterions enfin l’imposture du faux clivage gauche-droite pour aller vers le vrai clivage, celui qui oppose patriotes et mondialistes ».