Régionales 2015: A quoi servent les régions?

ELECTIONS A l’approche des scrutins des 6 et 13 décembre, tour d’horizon des compétences de ces collectivités territoriales…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Illustration de l'hôtel de région Languedoc-Roussillon, le 20 novembre 2014 à Montpellier.
Illustration de l'hôtel de région Languedoc-Roussillon, le 20 novembre 2014 à Montpellier. — LODI FRANCK/SIPA

Les électeurs français sont appelés à voter aux élections régionales des 6 et 13 décembre. Ils éliront 1.757 conseillers répartis dans les treize grandes régions issues de la réforme territoriale votée en juillet 2015. Les régions fonctionnent essentiellement grâce aux dotations de l’Etat, mais aussi grâce à la taxe sur les cartes grises, une partie de la taxe sur les carburants et la cotisation des entreprises (CVAE) qui a remplacé la taxe professionnelle. Mais que font les régions ? Quelles sont leurs compétences renforcées avec la réforme territoriale ? 20 Minutes vous fait le tour du propriétaire…

>> A lire aussi : Notre dossier sur les élections régionales 2015

La gestion des transports

La gestion des mobilités représente le premier poste de dépense des régions. Cette compétence a été renforcée par la réforme territoriale. Les régions s’occupent de tous les transports, que ce soit par route, par chemin de fer ou par la mer, hors des agglomérations. Les régions vont désormais également s’occuper du transport scolaire, jusqu’alors géré par les départements.

L’éducation supérieure et la formation professionnelle

Deuxième poste de dépense : l’éducation. Les régions s’occupent de l’éducation à partir du niveau secondaire. Elle s’occupe des lycées généraux et agricoles, des centres de formation des apprentis, gère la formation professionnelle et continue. Elle participe enfin à la gestion de l’enseignement supérieur en réalisant un « schéma régional de l’enseignement supérieur et de la recherche ».

>> A lire aussi: Impôts locaux, dépenses, emplois: Cinq idées reçues sur les collectivités passées au crible

Des compétences renforcées en matière de développement économique

Grâce à la réforme territoriale (loi NOTRe), les compétences des régions en matière économique ont été renforcées. Les régions, seules, animent le schéma régional de développement économique, de l’innovation et de l’internationalisation (SRDEII). Elles attribuent des aides publiques directes aux entreprises pour soutenir l’innovation, les accompagner à l’international et les aider à investir. Les régions sont par ailleurs responsables des pôles de compétitivité, qui rassemblent en un même lieu des entreprises, des laboratoires et des établissements de formation. Elles gèrent aussi de grandes infrastructures, tels que les ports et les aéroports.

Des compétences renforcées en matière de d’aménagement durable du territoire

Le domaine d’intervention des régions en matière d’aménagement durable du territoire a été élargi avec la loi sur la réforme territoriale. Les régions sont désormais responsables d’un « plan régional de prévention et de gestion des déchets », qui fixe des objectifs en matière de prévention, de recyclage et de valorisation des ordures. Elles doivent aussi entretenir les cours d’eau, canaux, lacs et plans d’eau, et protéger les ressources en eau si celles-ci sont menacées. Les espaces naturels et les parcs régionaux restent gérés par les régions. Ces collectivités vont enfin élaborer d’ici 2019 un « schéma régional d’aménagement durable du territoire » (SRADDT). Ce document visera à définir une politique sur les mobilités, la lutte contre la pollution, la gestion durable de l’énergie ou l’amélioration des logements.

Les régions s’occupent enfin de culture, de sport ou encore de tourisme via leur comité régional de tourisme (CRT). Cet organisme, qui élabore les politiques touristiques régionales, est financé par la collectivité territoriale.

>> A lire aussi : Adoption de la réforme territoriale : Régions, départements… qui s’occupe de quoi ?