Elections régionales: Les trois conseils à Pierre de Saintignon pour se faire connaître

POLITIQUE A L'instar de son colistier Frédéric Cuvillier, 20 Minutes propose à la tête de liste du PS trois manières de faire le buzz...

Gilles Durand

— 

Pierre de Saintignon aimerait avoir la même notoriété médiatique que Marine Le Pen.
Pierre de Saintignon aimerait avoir la même notoriété médiatique que Marine Le Pen. — AFP

A un mois du premier tour des élections régionales, le candidat socialiste Pierre de Saintignon reste en retard question notoriété. Sa tête de liste dans le Pas-de-Calais, Frédéric Cuvillier, ancien ministre des Transports, a trouvé la parade pour gagner des points de popularité très rapidement.

>> A lire aussi: «Quand Le Pen monte, j'ai honte», chante Frédéric Cuvillier

Au tour de Pierre de Saintignon, actuel vice-président du conseil régional et premier adjoint de la mairie de Lille de lui emboiter le pas. 20 minutes lui donne trois conseils.

Pousser lui aussi la chansonnette. Patrick Kanner avait montré la voix à suivre. Quand l’ancien président du conseil général du Nord a été nommé ministre en août 2014, personne ne le connaissait, mais les journalistes savaient qu’il avait du coffre depuis qu’il avait interprété un air d’opéra lors des vœux de nouvel an à la presse. Une façon originale de se faire connaître. Conseil : Frédéric Cuvillier a monté le curseur assez haut, reste une bonne chanson paillarde pour vraiment marquer le coup.

 

 

Le coup de gueule qui fait le buzz. « Tu sais où c’est, Desvres ? ». C’était il y a six ans, lors de la précédente élection régionale. Pierre de Saintignon battait déjà la campagne et faisait tout le boulot pour Daniel Percheron, le tout aussi peu connu président (PS) de région. Lors d’une réunion à Lille Sud, il avait été surpris par une caméra de l’Ecole supérieure de Journalisme de Lille, râlant sur le manque de jeunes présents. Depuis, on sait que la commune de Desvres est à une heure trente de Lille. Conseil : Pousser une gueulante en nommant une commune de Picardie, histoire d’élargir l’électorat.


Pierre de Saintignon : la difficulté de… par ESJLille85

 

La grossièreté pour faire mouche. En 2004, Fabien Roussel lançait une affiche pendant les cantonales : « Je vote communiste et je t’emmerde ». Et vlan ! En quelques jours, l’actuel secrétaire fédéral du PCF devenait célèbre. Aujourd’hui, sans atteindre des sommets de notoriété médiatique, il a pu décrocher l’investiture pour les régionales. Des proches de Pierre de Saintignon s’accordent à dire qu’en cas de grosse contrariété, le ton du candidat socialiste peut monter très vite. Mais de là à balancer un « Je vous emmerde » à un concurrent ou à un journaliste… Conseil : Prendre des cours auprès de Patrick Balkany, qui avait fait très fort sur RMC.