Auvergne-Rhône-Alpes : Epinglée par une association de contribuables sur sa gestion, la Région réplique

REGIONALES L’association Canol a dénoncé en début de semaine des dérives de gestion...

C.G.

— 

Le siège du Conseil régional Rhône-Alpes au Confluent
Le siège du Conseil régional Rhône-Alpes au Confluent — E. Frisullo / 20 Minutes

« Un tissu de mensonges ». Suite à la publication d’une étude sur la gestion de Rhône-Alpes, entre 2005 et 2014, la Région, très critiquée, a vivement réagi. « Il s’agit de propos mensongers et diffamatoires », répond vendredi Jean-François Debat, le vice-président PS de la région délégué aux Finances.

Auvergne-Rhône-Alpes : Des contribuables épinglent la gestion du Conseil régional

« Canol est entrée dans le champ politique. Elle roule pour Laurent Wauquiez et glisse sur un terrain populiste à la solde de la droite et de l’extrême-droite », s’emporte l’élu. « Elle n’a pas à se substituer à la Chambre régionale des comptes, elle n’a pas cette légitimité », poursuit-il.

L’association a notamment pointé des dépenses jugées « abusives » et accuse Jean-Jack Queyranne d’avoir « camouflé la dette ». En cause, un crédit-bail souscrit auprès de Dexia qui a servi à acheter des rames de TER. Or cette ligne financière a disparu des comptes de la région.

« Accusations diffamatoires »

« En 2014, nous avons eu un contentieux avec Dexia. Le contrat qui nous unissait a été résilié. La comptabilité ne pouvait pas la mettre dans nos annexes budgétaires cette année, mais nous avons toujours joué la transparence au moment de présenter nos comptes », répond Jean-François Debat précisant que Jean-Jack avait répondu à l’association sur ce point, deux jours avant la présentation de l’étude.

« Ces accusations relèvent de la malhonnêteté intellectuelle. Elles sont diffamatoires », insiste l’élu qui n’exclut pas de porter plainte contre l’association.