Strasbourg: Florian Philippot veut un référendum en Alsace sur le projet de la «deuxième grande mosquée»

ÉLECTIONS RÉGIONALES Lors d’une conférence de presse ce jeudi matin devant la Mosquée Eyyub Sultan, Florian Philippot (FN) a développé son programme pour la campagne des élections régionales sur le communautarisme…

Gilles Varela

— 

Florian Philippot, devant la mosquée Eeyub Sultant à la Meinau avec des sympathisants
Florian Philippot, devant la mosquée Eeyub Sultant à la Meinau avec des sympathisants — G. Varela / 20 Minutes

C’est lors d’une conférence de presse express et très discrète, au pied de la mosquée Eeyub Sultan à la Meinau, que Florian Philippot, entouré d’une vingtaine de sympathisants, a annoncé que s’il est élu président du conseil régional, « il consulterait très rapidement et directement les Alsaciens », par référendum, pour savoir s'ils acceptaient ou non le projet d’agrandissement de la mosquée Eeyub Sultan.

Projet qualifié de « mosquée cathédrale, avec ses minarets hauts de 40 mètres», par la tête de liste Front National aux élections régionales en Alsace, Champagne Ardenne et Lorraine.

Plus d’argent public

Très remonté contre la tenue et les propos du discours à Strasbourg du président turc Erdogan du 4 octobre au Zénith et le projet de la «grande mosquée», qu’il dit être une «quasi-implantation de l’administration turque en France», Florian Philippot a indiqué qu’une fois élu, il cesserait « dans la politique de subvention publique du conseil régional de subventionner les associations communautaristes.

« Elles ont le droit d’exister si elles le souhaitent, estime-t-il, mais elles ne peuvent pas bénéficier de l’argent public, de l’argent des contribuables. Ce sera la nouvelle politique du conseil régional. »

Refuser l’importation des conflits internes à la Turquie

Le candidat a d’autre part indiqué qu’il « se battrait pour que l’islam ne soit jamais intégré au concordat malgré les pressions qui seront de plus en plus fortes, et qu’il condamne les 492.000 euros d’argent public donné par le président Richert à la première grande mosquée ». Florian Philippot a également ajouté que « ce n’est pas s’opposer à l’islam, mais c’est refuser l’importation des conflits internes de la Turquie en Alsace. »

Un des responsables présents à la Mosquée Eeyub Sultan ce matin, et qui n’avait pas été informé de la « visite » du candidat FN, a regretté que ce dernier « ne soit pas venu les voir pour boire un thé. »