Front national: Marion Maréchal-Le Pen et Jean-Marie Le Pen négocient une fusion

REGIONALES La candidate FN en région Paca devrait intégrer des frondeurs dans sa liste...

N.Beu.

— 

Marion Marechal-Le Pen et Jean-Marie Le Pen le 29 mars 2015 à Carpentras
Marion Marechal-Le Pen et Jean-Marie Le Pen le 29 mars 2015 à Carpentras — Bertrand Langlois AFP

Le « jeu de trônes » continue chez les Le Pen. Alors que la guerre Jean-Marie contre Marine se poursuit - le fondateur du parti a déposé un recours mercredi contre son exclusion du Front national -, les négociations continuent en coulisses pour limiter les dégâts dans les deux camps.

Selon les informations d’Europe 1, la candidate FN en Provence-Alpes-Côte d’Azur pour les régionales, Marion Maréchal-Le Pen, aurait rencontré son grand-père mardi, en marge d’une visite à sa mère, Yann, dans le domaine familial de Montretout (Hauts-de-Seine). L’objet des discussions : une fusion de la liste de la nièce de Marine Le Pen et de celle de son père.

Des divergences entre Marine et sa nièce

Concrètement, il s’agirait pour le parti d’éviter la constitution à l’extrême droite d’une liste dissidente composée de fidèles de Jean-Marie Le Pen. Car pour Marion Maréchal-Le Pen, une telle hypothèse pourrait bien lui coûter la victoire en Paca. La députée du Vaucluse aurait donc accepté d’intégrer des frondeurs à la liste officielle du parti. En échange, Jean-Marie Le Pen lui apporterait son soutien publiquement vendredi, lors d’un déjeuner à Marseille.

Seulement, le mélange des genres est un vrai casse-tête. Outre la candidate en Paca et son grand-père, Marine Le Pen elle-même aurait mis son nez dans les négociations et barré le nom de certains ex-frontistes dont elle ne veut pas. Un nouvel exemple de la « divergence stratégique » entre la patronne du parti et sa nièce, selon Europe 1. Dans le même temps, précise la radio, Marion Maréchal-Le Pen a, quant à elle, refusé de prendre à son compte le document de campagne pour les régionales préparé par le parti.