Le métier de sexeur de poussins n'attire pas malgré un salaire de 55.000 euros par an

INSOLITE Les Britanniques ont du mal à recruter pour ce métier qui consiste à identifier le sexe des poussins…

A.-L.B.

— 

Illustration de poussins.
Illustration de poussins. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Sexeur de poussin, un métier très bien rémunéré en Grande-Bretagne, mais qui peine à recruter. En effet, malgré les 40.000 livres par an (environ 55.000 euros), il y a une pénurie de candidats, note le Daily Mail.

Ils sont ainsi aujourd’hui moins de 150 dans le pays, alors qu’il en faudrait quinze fois plus pour répondre à la demande.

Essentiel aux élevages

Parmi les raisons du manque d’attractivité de ce métier, figure la difficulté de reconnaître les différences entre un poussin mâle d’une femelle. Il faut aussi accepter de travailler près de douze heures par jour et traiter les poussins avec une marge d'erreur de 2%.

Ce métier complexe est pourtant essentiel aux élevages. En effet, les femelles sont jugées plus intéressantes que les mâles car elles pondent. Leur sélection permet de réduire des coûts d'alimentation. Ce métier a été créé en Asie, avant de se développer dans le monde entier.