Municipales 2014: Les trois villes que la gauche a ravies à la droite

POLITIQUE Un maigre chiffre alors que la gauche a perdu 155 villes…

E.O.
— 
La socialiste Cécile Helle, ici le 27 mars 2014, a remporté l'élection municipale à Avignon.
La socialiste Cécile Helle, ici le 27 mars 2014, a remporté l'élection municipale à Avignon. — Alain ROBERT/APERCU/SIPA

Dans le jeu de bascule des municipales, la gauche a perdu 155 villes de plus de 9.000 habitants – dont certaines cités symboles- et n’en a gagné que trois.

» Tous les réusltats sur notre carte interactive

Dans le Vaucluse, la socialiste Cécile Helle reprend Avignon (90.000 habitants), détenue par l’UMP Marie-Josée Roig depuis 1995. La candidate supplante le candidat FN Philippe Lottiaux, arrivé en tête au premier tour et l’UMP Bernard Chaussegros. La cité des papes avait été au centre de l’attention dans l’entre-deux-tours, après l’avertissement du directeur du fameux festival de théâtre d’Avignon, qui avait prévenu que la manifestation ne pourrait avoir lieu dans une ville repeinte en bleu marine. Au lendemain du second tour, Olivier Py s’est d’ailleurs dit «soulagé» de la victoire de la gauche.

Douai (42.000 habitants), dans le Nord, historiquement à droite, passe aussi à gauche avec la victoire du socialiste Frédéric Chereau. Il a battu l’UMP Françoise Prouvost et le FN Guy Cannie et succède à Jacques Verrier, maire UMP de la ville depuis 1983.

Enfin, un petit miracle a eu lieu à Lourdes (15.000 habitants), dans les Hautes-Pyrénées. Dans l’ancienne ville de Philippe Douste-Blazy, la divers gauche Josette Bourdeu a battu au second tour le maire sortant Jean-Pierre Artiganave et le FN Claude Heintz qui s’était maintenu.