VIDEO. Municipales 2014: Le Front national remporte une dizaine de villes au second tour

Anne-Laëtitia Béraud
— 
La présidente du Front national Marine Le Pen, le 22 janvier 2014 à Paris.
La présidente du Front national Marine Le Pen, le 22 janvier 2014 à Paris. —

«Dix villes» ont été remportées par le Front national, a déclaré ce dimanche soir sa présidente Marine Le Pen sur TF1, «dont une mairie de secteur de Marseille, l'équivalent d'une très grande ville», soulignant que c'était «une grande victoire pour le FN». Les candidats FN s’imposent à Fréjus (Var), Villers-Cotterêts (Aisne), Beaucaire (Gard), le Luc (Var), Le Pontet (Vaucluse), Cogolin (Var) Hayange (Moselle), Mantes-la-Ville (Yvelines), Béziers (Hérault) où le FN soutenait le polémiste Robert Ménard. Dans le septième secteur de Marseille, le candidat FN Stéphane Ravier l'emporte. Dès le premier tour, le parti avait gagné Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais).

>> La carte des municipales par ici 

Ce dimanche, les vices-présidents du parti Louis Aliot et Florian Philippot échouent néanmoins à Perpignan et à Forbach. A Saint-Gilles (Gard), le député du Rassemblement Bleu marine Gilbert Collard a également reconnu sa défaite face à l'UMP Eddy Valadier, tout en annonçant un recours.

>> Toutes les infos sur les municipales dans notre live 

«Le FN sortait de 2008 avec 60 conseillers municipaux. Ce soir, il a 1.200 ou 1.300 conseillers municipaux élus. C'est une dizaine de villes qui vont permettre au FN de démontrer ce que nous sommes capables de faire, c'est un objectif totalement rempli», a-t-elle ajouté sur TF1.

Le FN réussit ce dimanche à acquérir plus de municipalités qu’il n’a pu en gagner à la fin des années 1990 (Orange, Toulon, Marignane, Vitrolles). Il élargit également sa base électorale, avec un enracinement dans le nord et le sud est, et une poussée inédite dans le grand ouest et le centre.