Municipales 2014: A Paris, Hidalgo ou NKM, une femme au seuil de la mairie

MUNICIPALES L'une d'elle sera ce dimanche soir en position de succéder à Bertrand Delanoë...

20 Minutes
— 
Anne Hidalgo et Nathalie Kosciusko-Morizet lors d'un débat le 26 mars 2014 à Paris
Anne Hidalgo et Nathalie Kosciusko-Morizet lors d'un débat le 26 mars 2014 à Paris — Miguel Medina AFP

L'une d'elle sera ce dimanche soir en position de succéder au maire de Paris. D'un côté, Anne Hidalgo (PS), la dauphine de Bertrand Delanoë, mathématiquement favorite du scrutin. De l'autre côté, Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP), qui compte sur la dynamique impulsée par son arrivée en tête au premier tour pour déjouer les pronostics.

>> Tous les résultats ville par ville à retrouver là

La gauche en position de l'emporter dans les XIIe et XIVe arrondissements

Jeudi, lors de leur dernier meeting respectif, chacune a joué sa partition: «Nous devons encore convaincre», a lancé Anne Hidalgo pour mobiliser militants et électeurs. «Dimanche tout peut changer!», a déclaré Nathalie Kosciusko-Morizet, pour convaincre que le scrutin n'est pas joué.

Dimanche, alors que les sondages l'avaient quasiment tous placée en deuxième position, Nathalie Kosciusko-Morizet a devancé son adversaire de 1,24 point, en obtenant 35,64% des voix. Les candidats UMP des IVe et IXe arrondissements, actuellement détenus par le PS, sont aussi arrivés en tête.

Mais la gauche a totalisé 50,31% des voix sur la capitale. Surtout, elle semble en position de l'emporter dans deux arrondissements clés, les XIIe et XIVe.

>> Par ici retrouvez Les enjeux du second tours à Paris 

Les troupes de NKM ont quadrillé les arrondissements clés

Or Nathalie Kosciusko-Morizet ne peut espérer faire basculer la capitale sans emporter ces deux arrondissements. Si elle-même se plait à répéter qu'une élection, c'est «une dynamique», et non une «arithmétique», ses troupes armées d'une calculette se sont attelées à quadriller le terrain de manière «scientifique» et «industrielle» pour tenter de grapiller quelques voix.

>> Par là Pourquoi NKM a réussi son Paris

Les caciques de l'UMP et du centre ont aussi été appelés à la rescousse: les anciens Premiers ministres François Fillon (UMP) et Jean-Pierre Raffarin, le bras droit de Jean-Louis Borloo Yves Jégo (UDI), le président de l'UMP Jean-François Copé ont effectué des déplacements dans les IVe, IXe, XIVe.

Avec plus ou moins de réussite, des accords ont été signés avec les dissidents d'hier: Dominique Tiberi est rentré dans le rang dans le Ve, Marie-Claire Carrère-Gée dans le XIVe. En revanche la divers droite Anne Lebreton s'est jetée dans les bras de Christophe Girard (PS) dans le IVe, et une tentative d'accord avec l'UDI Benoît Pernin a échoué en raison d'un problème de procédure.

Hidalgo a réussi un accord avec les Verts pas avec le PG

La gauche n'est pas non plus restée les bras ballants. Forte d'un accord rondement mené avec les Verts, Anne Hidalgo a arpenté toute la semaine le terrain avec son nouvel allié le chef de file d'EELV à Paris Christophe Najdovski, qui avait obtenu 8,86% des voix dimanche. Objectif: ne pas laisser filer vers l'ancienne ministre de l'Ecologie les voix des électeurs de sensibilité verte, échaudés par le récent pic de pollution.

>> Par ici Anne Hidalgo, une légitimité qui se construit

Anne Hidalgo n'est en revanche pas parvenue à un accord avec le PG, sa candidate Danielle Simonnet ne souhaitant pas s'engager a priori sur le vote des budgets de la mandature comme elle le lui demandait. Danielle Simonnet a maintenu sa liste dans le XXe et n'a pas appelé à voter pour la gauche unie ailleurs.