Municipales 2014: Selon un sondage exclusif, Roland Ries (PS) serait réélu d'une courte tête à Strasbourg

POLITIQUE Un sondage réalisé par Ifop pour «20 Minutes» donne la victoire au maire sortant, le socialiste Roland Ries (46%), devant la candidate UMP Fabienne Keller (45%)…

A Strasbourg, Floréal Hernandez
— 
Strasbourg le 28 01 2013. Roland Ries Maire de Strasbourg
Strasbourg le 28 01 2013. Roland Ries Maire de Strasbourg —

Mille cent quatre-vingt-dix-huit voix ont séparé Fabienne Keller (UMP) et Roland Ries (PS) au 1er tour des élections municipales, dimanche 23 mars. Pour le second tour, l’écart pourrait être aussi ténu, dimanche 30 mars, mais c’est le candidat socialiste qui serait réélu maire de Strasbourg selon le sondage Ifop exclusif réalisé pour 20 Minutes et itélé.

Dans la triangulaire strasbourgeoise, Roland Ries est crédité de 46% d’intention de votes, contre 45% pour Fabienne Keller et 9% pour Jean-Luc Schaffhauser, candidat Rassemblement Bleu Marine soutenu par le Front national. «L’indécision est très forte, souligne Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Le second tour comporte beaucoup d’inconnues.»

«La clef du scrutin est le vote Front national»

Dans ce sondage, on constate que Roland Ries et Fabienne Keller profitent d’un très bon report de voix de ceux qui ont voté pour eux au premier tour (97% pour Ries, 95% pour Keller). Les électeurs des listes qui ont fusionné avec la leur suivent aussi: 79% des électeurs de la liste menée par Alain Jund pour Europe Ecologie Les Verts annoncent qu’ils voteront pour le maire sortant; 82% des votants pour François Loos (UDI) vont soutenir Fabienne Keller.

«La clef du scrutin est le vote Front national», annonce Frédéric Dabi. Ce qui frappe le sondeur, c’est la proportion d’électeurs de Jean-Luc Schaffhauser au premier tour prêts à voter pour la liste UMP: 23%. «Cette part permet à Fabienne Keller de recoller à Roland Ries. Si les électeurs FN se mobilisent pour un vote utile anti-gauche, l’écart sera encore plus serré et leurs voix pourraient faire gagner Fabienne Keller», note le sondeur.

Dernière inconnue du scrutin : l’abstention. Au premier tour, elle a atteint les 50,32%, dimanche 23 mars. «Il n’y a pas un camp qui mobilise plus qu’un autre», conclut Frédéric Dabi.

>> Les commentaires des candidats à retrouver par ici