Municipales : A Lille, le FN vise «la mairie dans six ans»

INTERVIEW Le candidat FN, Eric Dillies, est confiant pour le 2nd tour des municipales...

Propos recueillis par Gilles Durand
— 
Ancien enseignant en lycée, Eric Dillies est passionné d'économie.
Ancien enseignant en lycée, Eric Dillies est passionné d'économie. — M.Libert/20 Minutes

Il a triplé son score de 2008. En recueillant 17,15% des voix, le candidat FN Eric Dillies a effectué une percée qui devrait lui permettre de siéger dans l'opposition au sein du conseil municipal. Son ambition ne s'arrête pas là.

Comment analysez-vous votre résultat du 1er tour?

C'est toujours l'électeur qui a le dernier mot. Nos adversaires l'ont oublié. La dynamique est au Front national. L'avenir est à nous. C'est une question de temps. Dans six ans, nous serons à la tête de la mairie de Lille.

Pensez-vous faire mieux au second tour, dimanche?

Nous avons des réserves de voix partout: les abstentionnistes, l'électorat UMP qui va sanctionner l'attitude fermée et idéologique de Jean-René Lecerf ou encore les électeurs du Front de gauche qui ne pourront pas voter Aubry sans se renier. Je suis le seul candidat antisystème.

Quelles sont vos priorités si vous êtes élu?

Elles restent les mêmes: le logement, l'emploi et la sécurité. Un programme qui a été pillé par Jean-René Lecerf.

Et si vous êtes dans l'opposition?

Nous allons mettre le nez dans les affaires, éplucher tous les dossiers et mettre sur la place publique l'alliance de l'UMP et du PS. Ça ne sert à rien de donner un mandat à quelqu'un qui dort ou qui se couche.

Qu'est ce que vous admirez chez vos adversaires?

Ils n'ont pas les mêmes valeurs que moi et je n'ai toujours pas compris quelles étaient les leurs, si ce n'est le pognon. En tout cas, ce n'est pas le courage. Madame Aubry n'a pas envie de débattre avec moi, donc il n'y aura pas de débat télévisé. Voilà le respect qu'elle porte à la démocratie!

» Retrouvez 20 Minutes Lille sur Facebook

■ Grosses frictions à Loos

La campagne s'envenime à Loos. La candidate (SE) Anne Voituriez (39,9% des voix au 1er tour) a écrit, mercredi, au préfet pour « dénoncer les méthodes employées » par l'équipe du maire sortant (PS), Daniel Rondelaere (39%). «Ses tracts mettent dans ma bouche des idées ou des propos qui n'ont jamais été les miens», assure-t-elle. Son comité de soutien ose même mobiliser le monde enseignant sur « la fin de la gratuité dans les écoles de Loos».