Municipales 2014: «Situation schizophrénique» pour la liste UMP dans le 12e arrondissement de Paris

POLITIQUE Franck Margain, vice-président du PCD, appelle à voter contre NKM alors qu’il se trouve en 4e position sur la liste UMP dans cet arrondissement clé dans la course à la Mairie de Paris…

Jérôme Comin (avec William Molinié)

— 

Philippe Margain, candidat aux primaires UMP de la mairie de Paris, le 26 février 2013.
Philippe Margain, candidat aux primaires UMP de la mairie de Paris, le 26 février 2013. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Situation ubuesque dans le 12e arrondissement. La préfecture de Paris a annoncé mardi soir avoir rejeté la liste fusionnant celles de la candidate UMP-centre Valérie Montandon et du candidat UDI Benoît Pernin. «Lundi 24 mars, Mme Montandon avait déposé régulièrement une liste pour le 12e arrondissement de Paris. Mardi 25 mars à 17h40 les représentants de Mme Montandon et de M. Pernin se sont présentés à la préfecture de Paris pour déposer une nouvelle liste, fusionnée», explique la préfecture dans un communiqué.

Une «honte», une «trahison» pour Christine Boutin

Mais le dossier ne comportait pas à 18h, heure de clôture du dépôt des listes, «les pièces prévues» par le code électoral «qui auraient permis le retrait de la liste déposée par Mme Montandon le 24 mars», à savoir «la signature de la majorité des candidats de la liste», poursuit-elle. «En conséquence la préfecture de Paris a refusé de délivrer un récépissé pour la liste fusionnée et a maintenu la liste déposée par Mme Montandon le 24 mars», conclut-elle.

Le hic: si sur la première liste déposée, et donc validée par la préfecture, se trouvait en 4e position Franck Margain, le vice-président du Parti chrétien-démocrate a été éjecté de la deuxième liste au profit de Benoît Pernin. De quoi provoquer la fureur du PCD qui a dénoncé des «méthodes de voyou» et a appelé à voter contre Nathalie Kosciusko-Morizet. Christine Boutin, ancienne présidente du mouvement, ne s’est pas privée de fustiger violemment l’attitude de NKM sur Twitter en parlant de «honte» et de «trahison».

 

 

Le président du PCD Jean-Frédéric Poisson a lui appelé dans un communiqué «à faire battre la liste UMP» dans le 12e. «La volonté de rattraper le centre gauche a conduit NKM à se séparer de quelqu’un que l’on considère trop à droite. Je suis sacrifié», a regretté pour sa part Franck Margain.

Situation tendue en préfecture

Un tir de barrage en règle contre NKM alors que le PCD reste de facto sur la liste UMP dans le 12e. «C’est une situation schizophrénique. Ils vont avoir sur leur liste Franck Margain qui a appelé à voter contre eux», se désole le directeur de campagne de Benoît Pernin, Brahim Bouselmi.

Un imbroglio embarrassant pour les équipes de NKM qui a nécessité l’intervention des forces de l’ordre. Selon un rapport de police que s’est procuré 20 Minutes, deux équipes de la BAC du 15e ont dû se rendre à l’annexe de la Préfecture de Paris et d’Ile-de-France où «une délégation de la […] liste refusait, dans le cadre d’un mouvement de contestation, de quitter les lieux». Un dispositif de surveillance a été mis en place à l’extérieur de la Préfecture, «en vue de prévenir tout débordement et trouble à l’ordre public». Il aura fallu attendre jusqu’à 23h30 pour que les contestataires quittent les lieux «dans le calme» souligne le document.