Entre-deux-tours des municipales: Revivez la journée de mercredi

M.P.
— 
François Hollande à Paris le 11 mars 2014.
François Hollande à Paris le 11 mars 2014. — ALLARD-POOL/SIPA


Ce live est maintenant terminé, merci de l'avoir suivi!
20h42 : Pour Fillon, «le second tour doit amplifier l'exigence de changement»L'ancien Premier ministre estime, sur Twitter qu'«on ne peut attendre trois ans» (soit la date de la prochaineprésidentielle).Le 2e tour doit amplifier cette exigence de changement. On ne peut attendre 3 ans. La France a besoin d'1 politique différente maintenant !— François Fillon (@FrancoisFillon) March 26, 2014
20h40 : Les candidates à la mairie de Paris Anne Hidalgo et Nathalie Kosciusko-Morizet ont débattu ce mercredi soirRetrouvez la synthèse de ce débat par ici
20h35 : Candidate FN «malgré elle»: Une enquête ouverte dans la MeuseUne enquête judiciaire a été ouverte après qu'une plainte eut été déposée par une jeune femme, qui s'est retrouvée candidate malgré elle aux élections municipales sur la liste Front national à Bar-le-Duc. «Elle a expliqué qu'elle avait découvert, à sa grande surprise et contre son gré, qu'elle figurait sur la liste Front national à Bar-le-Duc, en découvrant le matériel électoral envoyé par La Poste la semaine dernière», a expliqué à l'AFP le procureur de Bar-le-Duc, Rémi Coutin, qui a ouvert une enquête pour faux et usage de faux. La jeune femme, âgée d'une vingtaine d'années, a déposé plainte vendredi, contre la tête de liste, l'une de ses connaissances qui lui avait fait signer un papier, qu'elle a cru être un simple parrainage et non une candidature sur la liste.
19h20 : Un candidat de la liste droite-FN de Villeneuve-Saint-Georges sera exclu de l’UMPUn candidat de la liste droite-FN emmenée par Philippe Gaudin à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) va faire l'objet d'une procédure d'exclusion de l'UMP, a déclaré à l'AFP le patron de la fédération départementale du parti, Christian Cambon. Il est le seul adhérent de l'UMP «à jour de cotisation» à avoir rejoint la liste «Villeneuve, le renouveau», issue mardi de la fusion entre la liste divers droite (DVD) de Philippe Gaudin avec celle Front national de Dominique Joly , a précisé le sénateur Cambon. Il y figure en 17e position.
19h10 : A Toulouse, le maire sortant PS et le candidat UMP sont au coude-à-coudeUn sondage CSA pour Le Figaro et BFMTV donne la maire sortant de Toulouse Pierre Cohen (PS) et Jean-Luc Moudenc (UMP) au coude-à-coude, avec respectivement 50,5% et 49,5% des intentions de vote.
18h35 : Le CSA met en garde plusieurs radios sur le temps de paroleLe Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a mis en garde plusieurs radios généralistes (Europe 1, France Info, Radio classique et RTL) pour «des déséquilibres persistants» dans les temps de parole pendant la campagne municipale. Pour les six semaines précédant le premier tour de scrutin (entre le 10 février et le 21 mars), «le Conseil a noté que les déséquilibres constatés lors des relevés intermédiaires ont pour la plupart été corrigés», a souligné le CSA dans un communiqué. Selon les relevés du CSA au niveau national, Europe 1 a ainsi consacré 41,89% du temps de parole au parti socialiste contre 20,80% à l'UMP, France Info 45,05% au parti socialiste et 26,87% à l'UMP, Radio Classique 32,35% au Front national ou RTL 22,56% à Europe Ecologie-Les Verts et 22,56% au Parti de gauche.
18h20 : Il y aura 986 triangulaires et 207 quadrangulaires au second tourDes triangulaires auront lieu dans 986 communes de plus 1.000 habitants, des quadrangulaires dans 207 communes et des pentagulaires (cinq listes en présence) dans 16 autres au 2e tour des municipales dimanche, a annoncé mercredi le ministère de l'Intérieur.On trouve même une commune de Polynésie où six listes seront en concurrence, selon un communiqué du ministère. Des duels auront lieu dans 566 communes, d'après la même source.
17h30 : Si Manuel Valls est nommé à Matignon, Cécile Duflot s'en vaD'après Le Parisien , Cécile Duflot aurait donc prévenu Manuel Valls que s'il était nommé à Matignon, elle n'aurait d'autre choix que de quitter le gouvernement, avec on l'imagine, l'autre ministre écolo dans ses bagages, Pascal Canfin. «Elle lui dit que ce n’était pas une question de personne, mais de politique», rapporte un proche de l'écologiste au Parisien. «C’est un problème de fond. Beaucoup d’électeurs de gauche se sont reportés dimanche sur le FN en raison de la désespérance économique et sociale, et non pas à cause de l’insécurité et de l’immigration», ajoute ce proche.Les coups de billards à douze bandes ont-ils commencé? En effet, après la claque de dimanche soir, Jean-Marc Ayrault est plus que jamais menacé. Or, les écologistes n'en ont jamais fait mystère: ils préfèrent à Matignon un Ayrault écolo-compatible, plutôt qu'un Valls trop droitier. Or, François Hollande, qui sortira affaibli de ce scrutin vu le recul du PS, aura beaucoup de mal à se passer dans un futur gouvernement d'écologistes qui, au contraire, ont eu le vent en poupe lors de ce scrutins. Peut-être faut-il alors lire cet avertissement de Duflot à Valls comme un coup de pression à François Hollande pour la nomination d'un éventuel futur Premier ministre.
17h10 : Boutin soutient Dati qui s'en féliciteChristine Boutin a apporté mercredi son «soutien plein et entier à Rachida Dati, à quelques jours du 2e tour de l'élection municipale dans le VIIe arrondissement de Paris». Rachida Dati, de son côté, s'est «félicitée» de ce soutien, selon la conseillère de Paris du VIIe, Emmanuelle Dauvergne. «Elles sont sur la même ligne concernant la défense des valeurs de la famille et des droits de l'enfant», a-t-elle précisé.
16h50 : Connaissez-vous le plus jeune maire de France? Robin Reda, 22 ans, a fait basculer Juvisy-sur-Orge de gauche à droite. Le Scan du Figaro en dresse le portrait par ici
16h35 : A Toulouse, l'UMP traite son rival PS de «violent» et de «menteur»Le candidat UMP à la mairie de Toulouse Jean-Luc Moudenc a haussé le ton mercredi contre le sortant socialiste Pierre Cohen qu'il a traité de «violent» et «menteur». «Pierre Cohen montre son vrai visage, celui d'un maire violent, et il sombre dans le mensonge, c'est un maire menteur», a lancé Jean-Luc Moudenc à la presse. Celui qui est arrivé en deuxième position a aussi présenté Pierre Chen comme «le plus grand diviseur de la gauche du fait de ses pratiques autoritaires».
16h15 : A Bron, l'épouse d'un présidenrt PS de région candidate contre une maire sortante PSMic-mac à Bron où Elisabeth Brissy-Queyranne, l’épouse du président PS de la région Rhône-Alpes e Jean-Jack Queyranne, est candidate contre la maire sortante socialiste, rapporte Le Progrès. Elisabeth Brissy-Queyranne, par ailleurs exclue du PS en 2012, est arrivée en 3ème position avec 23,57% des voix, derrière la candidate socialiste Annie Guillemot (30,11%) et l’UMP Yann Compan (24,93%). La candidate, qui veut dénoncer «le système autocratique du maire» qui lui avait retiré sa délégation d’adjointe à la Culture, a même songé à une alliance avec l’UMP… que l’UMP a refusé.«Yann Compan aurait dû saisir la main tendue. Il fait un score médiocre alors qu'il devait profiter de cette "guerre des dames" et du contexte national défavorable à la gauche. Nous avions beaucoup de points communs, cette absence d'accord est inepte», a déclaré dans Le Progrès la socialiste qui veut «rassembler du Front deu gauche au Front national»
15h45 : Christian Jacob prédit «une très large victoire de l'UMP»Le président des députés UMP, Christian Jacob, a dit mercredi s'attendre dimanche soir à l'issue du second tour des municipales à «une très large victoire de l'UMP», tout en appelant à la «mobilisation» de l'électorat de son parti. «Je pense, dimanche soir, (que) ce sera une très large victoire de l'UMP, mais une élection, c'est deux tours, et donc après ce premier tour on appelle vraiment à une mobilisation très forte, et un rassemblement autour de nos candidats», a-t-il dit, lors de Questions d'Info LCP/FranceInfo/LeMonde/AFP. «Je pense que dimanche soir, on pourra annoncer une victoire. Mais on n'en est pas là. Pour le moment, l'heure est à la mobilisation», a-t-il insisté.
15h08 : «Le ni-ni de l'UMP semble un peu bancal»La présidente du FN, Marine Le Pen, a estimé mercredi que «le ni-ni de l'UMP semble un peu bancal», dénonçant un soutien qu'aurait apporté un membre de l'UMP au PS à Forbach (Moselle) et une «fusion de liste» avec le PCF dans le Pas-de-Calais. Interrogé au Talk Orange-Le Figaro sur le principe du front républicain anti-FN défendu par les socialistes, elle a répondu: «L'UMP a fini par comprendre que c'était un piège qui était lancé par le PS. Ils devraient d'ailleurs aller au bout de leur logique».  «Quand un député UMP va soutenir le candidat PS à Forbach, il devrait être exclu», a-t-elle estimé au sujet de la ville de Moselle que son lieutenant Florian Philippot espère gagner.«Le député UMP de Sarreguemines, Céleste Lett, apporte son soutien officiel à la liste conduite par Laurent Kalinowski», le candidat PS, avait dénoncé Florian Philippot dans un communiqué mercredi matin. Il y aura à Forbach une quadrangulaire puisque deux listes de droite n'ont pas réussi à s'entendre et se maintiennent.
14h58 : Bruno Le Roux défend Ayrault: «Facile de pointer du doigt un Premier ministre remarquable de loyauté»On croirait entendre Vincent Labrune sur Elie Baup, trois jours avant qu'il lui reprenne sa casquette d'entraîneur de l'OM. Mais non, c'est Bruno Le Roux qui défend un Premier ministre attaqué de toutes parts, et d'abord dans son camp, et à qui beaucoup prédisent -  mais rien n'est moins sûr - un départ de Matignon dans un remaniement imminent. Il est «bien facile de pointer du doigt un Premier ministre qui est remarquable de loyauté et d'investissement dans la réforme, sans penser à lui, sans chercher à se protége», alors que les «responsabilités sont collectives» dans l'échec du PS au premier tour des municipales, a-t-il lâché  lors de Questions d'Info LCP/FranceInfo/LeMonde/AFP. «Jean-Marc Ayrault est aujourd'hui un Premier ministre qui depuis 18 mois fait un travail de réforme en toute loyauté, avec un investissement qui est total. Il y a là quelque chose de remarquable dans l'attitude qui est la sienne», a dit le chef de file des députés PS.
14h52 : Sexisme de Pierre Lellouche, suiteL'écologiste Claire Carré, qui avait dénoncé la remarque mysogine et sexiste de Pierre Lellouche, a réagi avec humour ce mercredi, avec cette nouvelle affiche de campagne:Hey @clairecarre , mais tes affiches de campagne sont carrement top ! #MUN75008 pic.twitter.com/nnNxcSTS6y— Stéphane J. (@sjournot) 6 Janvier 2014@lapin47 Cette affiche a justement été faite dans le but de dénoncer les propos sexistes dont je suis victime.— Claire Carré (@clairecarre) 26 Mars 2014
14h41 : L'adrénaline de l'embrouille du dépôt des listes est retombée? Alors jouez. Slate a fait sa version municipales du 2048 (attention il faut avoir un peu de temps à perdre avant de cliquer)
14h36 : Des mal-logés manifestent devant les sièges d'Anne Hidalgo et NKMUne cinquantaine de mal-logés ont manifesté bruyamment mercredi près des sièges de campagne des candidates Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) et Anne Hidalgo (PS) aux municipales à Paris, afin de les interpeller sur les problèmes de logement dans la capitale, a constaté une journaliste de l'AFP. Derrière une banderole «Boboïsation, spéculation, Paris nous chasse» et «Non aux expulsions, baisse des loyers», les manifestants, réunis à l'appel de l'association Droit au Logement (DAL) et armés de trompettes et cornes de brume, ont déploré le recul des classes populaires dans la capitale. «Les classes populaires, les familles à bas revenus, sont chassées de la capitale. Elles ne représentent plus que 17% de la population, contre 30% il y a 20 ans», a expliqué à l'AFP Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de Droit au Logement.
14h22 : Cécile Duflot réclame une «inflexion» de la politique du gouvernementCécile Duflot a réclamé en Conseil des ministres une «inflexion» de la politique du gouvernement, en demandant une «vraie lecture des résultats» des municipales de dimanche au regard des résultats du FN, a-t-on appris de sources concordantes. La ministre écologiste du Logement, qui est née et a été élue à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) où une liste divers droite a fusionné lundi avec une liste Front national pour le second tour des municipales, a mis en garde contre «une majorité UMP-FN dimanche dans cette ville qui a voté à 65% pour François Hollande à la présidentielle», selon un conseiller du gouvernement.
13h40 : «Boucherie électorale», gauche qui «ne mouille pas le maillot»: Malek Boutih tire à vue«Ca a été une erreur politique de ne pas avoir fait de changement avant les municipales», a déclaré l'élu PS de l'Essonne sur RMC. Il a rappelé avoir annoncé «une sorte de boucherie électorale» aux municipales. «On envoyait au casse-pipe les élus». «J'ai été sanctionné» par le PS, «j'ai reçu un avertissement. Je me suis demandé si on allait donner un avertissement à tous les électeurs: ceux qui ne sont pas venus, ceux qui ont mal voté, etc.», a ironisé le député.A la «déception» s'est donc ajoutée «la colère», selon lui. Les électeurs «ont le sentiment qu'on n'a pas mouillé le maillot». «Ce n'est pas grave de perdre une élection, ce qui est grave, c'est de perdre une élection alors que vous n'avez rien fait», a-t-il tranché. «Le danger pour la gauche, c'est d'être discrédités (sur le) long terme».Ghostbuster, le retour des fantômesLes urgences? «Construire une nouvelle équipe», avec «du professionnalisme et sans sectarisme», «une nouvelle génération qui a les crocs», a répondu Malek Boutih.Laurent Fabius, pour succéder à Jean-Marc Ayrault ? «Ghostbuster, le retour des fantômes», a ironisé lle député, qui a cité Manuel Valls, Claude Bartolone ou Martine Aubry.
13h30 : Ciotti appelle à «amplifier la sanction» au second tour, après les propos de HollandeLe député, secrétaire national de l'UMP estime qu'alors qu'«à quelques jours du second tour, Hollande retrouve ouïe », «les Français ne sont pas dupes».À quelques jours du second tour #Hollande retrouve l'ouïe, les français ne sont pas dupes. Dimanche il faut amplifier la sanction.— Eric Ciotti (@ECiotti) March 26, 2014
12h48 : Yamina Benguigui est bien toujours sur la liste du PS dans le 10ème arrondissement de ParisVoici la non-information du jour.  Yamina Benguigui, qui était 4ème sur la liste PS dans le 10ème arrondissement de Paris l'est toujours pour le second tour, mais en 6ème position, après la fusion des listes avec les écologistes. Pourtant un article du Point ( supprimé depuis ) assurait que la ministre de la Francophonie avait été éjectée des listes. Il suffisait pourtant d'aller voir sur les listes validées par la préfecture . Sur l'Express, Jean-Louis Missika, le directeur de campagne d'Hidalgo, juge que c'est une «micro boule puante» qui vient de la droite...
12h40 : La permanence de Pierre-Yves Bournazel vandalisée dans la nuit de mardi à mercrediC'est le candidat UMP du 18ème arrondissement qui l'annonce par communiqué, qui rappelle par ailleurs que «dans la nuit de samedi à dimanche mes panneaux électoraux avaient déjà été recouverts de bandeaux diffamants  avec des propos insultants qui s’attaquaient honteusement à ma vie privée». L'UMP réclame donc «la plus grande fermeté vis à vis des personnes qui ont commis ces graves exactions». Il a par ailleurs déposé une plainte pour dégradation contre X et une plainte pour diffamation contre X.
12h30 : Le gouvernement doit «entendre les Français» et en «tirer une leçon», selon HollandeVoilà ce que le chef de l'Etat a dit en conseil des ministres ce mercredi matin, a précisé Najat Vallaud-Belkacem, la porte-parole du gouvernement. « le gouvernement doit tirer une leçon: celle de travailler au redressement du pays avec plus de force, plus de cohérence et plus de justice sociale», a dit le chef de l'Etat selon sa porte-parole. Rappelons toutefois que concrètement, le chef de l'Etat est celui qui dicte le tempo et la direction de la politique menée par ses ministres. Et que selon Bruno Le Roux, il a trouvé «injuste» le vote des Français contre les maires PS dimanche....
12h20 : Michel Destot explique le maintient du candidat PS à Grenoble contre le candidat EELVMichel Destot, le maire PS sortant de Grenoble, justifie auprès de 20 Minutes le maintien de Jérôme Safar, le candidat socialiste au second tour alors que l'état-major du PS recommandait une fusion des listes, en l'occurrence avec celle de l'écologiste Eric Piolle arrivé en tête. «Le programme d'Eric Piolle est très flou sur des points essentiels comme le développement économique ou la sécurité», juge Michel Destot. «C'est le résultat d'une décision collective, prise à la quasi unanimité, avec ses colistiers. Je lui ai dit que je le soutiendrai quelle que soit sa décision», a-t-il ajouté.
12h20 : Une photo de NKM fait de nouveau réagirC'est reparti pour NKM qui décidément, fait le bonheur des photographe et des rédacs chef photo des magazine. Voilà celle que VSD va sortir jeudi et qui tourne (et est détournée) sur Twitter mercredi:Le NKMême RT @rtlgrandest Oh le beau même potentiel. RT @_Margal : PARDON ? WTF. RT @VSDmag : #NKM pic.twitter.com/Zef4gM5vYv— Aurélien Fleurot (@afleurot) 26 Mars 2014Pour rappel, une photo de NKM avec des SDF avait déjà défrayé la chronique début janvier
12h00 : Le message de Hollande à ses ministresHollande en Conseil des Ministres suite: "rassurer sur redressement, sur avenir, sur climat, sur amelioration vie quotidienne" #infoBFMTV— Adrien Gindre (@agindre) 26 Mars 2014
11h45 : Edouard Matin veut «un changement de cap»Édouard Martin, ancien leader syndical de l'aciérie ArcelorMittal, devenu candidat PS aux élections européennes dans l'Est, appelle à un «changement de cap» de François Hollande après le «message» envoyé par les électeurs au premier tour des municipales. Interrogé par RFI mercredi sur ses attentes vis-à-vis du président, l'emblématique leader CFDT de Florange a dit «espérer qu'il comprenne le message qui vient de lui être envoyé et qu'on change de cap». «Il a été élu par des gens qui espéraient un changement assez radical et ce changement ne vient pas», a-t-il insisté, ajoutant qu'entre l'ère Sarkozy et l'ère Hollande «on voit pas tellement de différence». Avant, «on avait l'impression que le président ne prêtait qu'aux riches» et maintenant François Hollande «ne prête qu'au patronat».
11h35 : Raffarin critique l'analyse de HollandeL'ex-Premier ministre UMP Jean-Pierre Raffarin a qualifié mercredi d'«inacceptable» le commentaire de François Hollande regrettant «une forme d'injustice» manifestée dimanche vis-à-vis des maires PS sortants, ainsi que l'a rapporté Bruno Le Roux. «Mais quelle erreur !», «inacceptable !», a tancé Raffarin sur BFM TV. «Penser que ce vote-là est un vote d'injustice, c'est voir le monde à l'envers ! La société est en colère», a-t-il ajouté. «C'est comme quand on dit : les électeurs ont tort», a-t-il insisté. Mais «les électeurs disent ce qu'ils pensent et dans la démocratie, la vérité, elle est là».
11h15 : Gaudin ne veut pas débattre avec «les pieds-niclelés»Le maire sortant (UMP) de Marseille Jean-Claude Gaudin, arrivé largement en tête au premier tour des municipales, a affirmé mercredi ne pas vouloir débattre avec des «pieds nickelés» pour expliquer son refus de se confronter à ses adversaires PS et FN, Patrick Mennucci et Stéphane Ravier. «Pourquoi voulez-vous que je fasse un débat avec M. Mennucci et M. Ravier ? L'un, je le distance de 14 points, et l'autre de 17 points. Qu'est-ce que vous voulez que j'aille faire avec ces pieds nickelés, qu'est-ce que j'ai besoin de leur dire?», a lancé Jean-Claude Gaudin sur l'antenne de France Inter.
11h00 : Yves Jégo regrette que l'UMP rejette le front républicainLe député UDI Yves Jégo a déploré mercredi que l'UMP, dont une partie «est tentée par l'extrême droite», refuse le principe du «front républicain» pour empêcher l'élection de maires Front National. «En 2002, Jacques Chirac avait bénéficié du front républicain et les enfants de Jacques Chirac, aujourd'hui, ont oublié cette leçon. Le front républicain n'est pas à géométrie variable», a affirmé Yves Jégo sur i>TELE. «Il faut être dans la clarté républicaine, il faut dire qu'il y a des partis dans le champ républicain et d'autres qui n'y sont pas. Tout ce qui peut permettre d'essayer d'empêcher de voir une ville prise par le Front National est quelque chose qui va dans le sens de l'intérêt de la ville et de ses habitants», a-t-il affirmé.
10h50 : Alexandre Gabriac, le candidat nationaliste de Vénissieux s'expliqueInterrogé par 20 Minutes, Alexandre Gabriac a revendiqué cette affiche: «C’est bien contre tout ça qu’on lutte. Nous sommes hors système puisque le système ne veut pas de nous. On se revendique FN Canal historique, de Jean-Marie Le Pen. Pas le FN actuel comme celui de Briois qui, on l’a vu, veut marier les homosexuels. Nous, on se présente seuls.» Quant à l'utilisation du terme quenelle, c'est très simple: «On a repris le terme promu par Manuel Valls plus que Dieudonné puisqu’avant on n’en entendait pas parler. C’est le geste et le terme de l’antisystème aujourd’hui. Les électeurs l’ont bien fait au premier tour.» Enfin, sur l'éventuelle invalidation de sa liste (le candidat UMP a déposé un recours car une bonne partie des colistiers disent avoir été inscrits contre leur gré), le jeune homme n'a pas d'inquiétude: «Tout le monde veut nous abattre. Nos associations ont été dissoutes cet été. Maintenant on menace d’invalider la liste. Mais on est confiant car le préfet le dit depuis le début. Avant l’élection, le soir du premier tour et finalement, il n’a rien fait.»
10h35 : Le candidat nationaliste Alexandre Gabriac ne fait pas dans la demi-mesure pour son affiche électoral🔴MUNICIPALES AFFICHE L'affiche des candidats d'extrême droite en course pour le second tour à Vénissieux (69) pic.twitter.com/X0d9kdOLLI— infos140 (@infos140) 25 Mars 2014
10h30 : Peltier confrme que FN et PS se valentGuillaume Peltier, cofondateur du courant sarkozyste La Droite Forte à l'UMP, a dit mercredi ne faire qu'appliquer «la ligne politique» de son parti, «soutenue à la quasi-unanimité», après avoir déclaré lundi que le PS et le FN se valaient. «Je ne suis pas là pour porter des jugements moraux, je fais de la politique», a déclaré M. Peltier sur RMC. «Je ne veux ni d'un maire socialiste, ni d'un maire Front national. Je me sens aussi peu proche du Parti socialiste que du Front national», a réaffirmé Guillaume Peltier qui a dénoncé les alliances UMP-PS car il ne pense pas «que c'est en érigeant des barrières artificielles qu'on empêchera les Français d'exprimer leur colère».
10h02 : Jean-Vincent Placé ne décolère pas après l'alliance d'une écologiste avec l'UMP dans le 94Dans le 94 alliance FN-UMP a Villeneuve st Georges et UMP-Lipietz a Villejuif. Deux formes de honte et de déchéance. Quel naufrage...— Jean-Vincent Placé (@JVPlace) 26 Mars 2014
9h50 : Valeurs actuelles se fait plaisirBonjour à tous, en avant-première, le prochain @Valeurs : "La raclée c'est maintenant" >> http://t.co/PTqTA52Qf8 pic.twitter.com/d8ZckEq62d— Valeurs actuelles (@Valeurs) 26 Mars 2014
9h45 : Alain Juppé encourage NKMMalgré ses 68 ans, le maire de Bordeaux, réélu au premier tour, use d'un langage plutôt jeuneBonne chance a Paris, Nathalie @nk_m Ça va le faire.— Alain Juppé (@alainjuppe) 26 Mars 2014
9h35 : Marine Le Pen en appelle aux abstentionnistes«Nous pouvons gagner des villes, il faut que les électeurs le décident. Et notamment que les abstentionnistes qui peut-être ne croyaient pas à nos chances de victoire, pour certains, se mobilisent. Je pense qu'il y a des comportements qui ont été déshonorants pour la classe politique française entre ces deux tours», a affirmé sur France Info Marine Le Pen, assurant que dans toutes les villes où le FN l'emporterait la première mesure serait de baisser les impôts. Elle a par ailleurs ajouté que les maires FN ne feraient pas les mêmes erreurs que ceux dans les années 90, lorsqu'ils ont voulu faire de leur ville «une vitrine idéologique».
9h33 : Copé exhorte Hollande à s'exprimer avant le premier tour des municipales«François Hollande doit s’exprimer dès cette semaine et à mon sens il doit dire trois choses: il doit dire que si sa défaite se confirme dimanche prochain, il faut, en geste d’apaisement, qu’il accepte de retirer la réforme des rythmes scolaires qui a totalement perturbé la communauté éducative, ou qu’à tout le moins il en laisse le libre choix pour les communes», a déclaré sur France 2 le président de l’UMP.
9h29 : Vers une «nouvelle étape» du quinquennat avec «un dispositif plus resserré»Harlem Désir était ce mercredi sur France Inter pour expliquer que François Hollande allait expliquer «la nouvelle étape» de son quinquennat, marquée par «un dispositif plus resserré».  «Il y a une demande qui est claire de plus d'efficacité, de plus de résultats dans le redressement du pays», «une attente que ce soit mis en oeuvre d'une façon plus cohérente, plus efficace, plus rapide aussi», selon Harlem Désir.
9h26 : Un remaniement lundi ou mardi?D'après l e Parisien , la visite du président tunisien, qui devait se dérouler lundi et mardi prochain, au lendemain des municipales, a finalement été annulée. Un agenda clair pour laisser François Hollande s'occuper d'un remaniement?
Toutes les listes ont été déposées mardi à 18 heures et la campagne continue. Et les rumeurs de remaniement sont toujours aussi fortes...