Municipales: A Amiens, le candidat PS change de programme entre les deux tours

POLITIQUE C'était le sujet qui divisait durant la campagne...

E.O.

— 

Le candidat socialiste à la mairie d'Amiens Thierry Bonté, le 12 mars 2014.
Le candidat socialiste à la mairie d'Amiens Thierry Bonté, le 12 mars 2014. — Enora Ollivier / 20 Minutes

Commerçants, habitants, candidats: à Amiens, le projet de tramway était le thème sur lequel la campagne s’est focalisée. Défendu par le socialiste Thierry Bonté, également vice-président aux Transports d'Amiens-Métropole, combattu notamment par l’UMP-UDI Brigitte Fouré, le sujet était dans la bouche de tous ces dernières semaines.

>> Lire notre article: A Amiens, la droite espère reprendre la ville à la gauche à l’issue d’une campagne tendue

Documents de campagne PS (gauche) et UMP (droite) à Amiens

Deux jours après le premier tour qui a placé la candidate de droite largement en tête avec 44,80% des voix, le candidat PS (24,65% dimanche) a annoncé qu’il suspendait le projet. Thierry Bonté dit avoir «compris le message». Il reconnait auprès du Courrier Picard que le tramway «a cristallisé les craintes» des habitants, et a «amené sans doute un peu d’angoisse». Il promet, s’il est élu, d’organiser un référendum, «après une longue phase de concertation et d’explication».

«Campagne de désinformation»

Cependant, le socialiste regrettte la «campagne de désinformation» de ses adversaires et affirme que «la droite s’est contentée de s’opposer (au projet) avec des arguments fallacieux voire outranciers».

Thierry Bonté estimait que le projet entraînerait la création de plusieurs centaines d’emplois, et serait un atout pour l’attractivité de la ville. Son adversaire déplorait quant à elle un tracé «ignorant le centre-ville» et «un plan de financement qui est tout sauf bouclé».

Amiens, 136.000 habitants, est passé à gauche en 2008 quand le socialiste Gilles Demailly a remporté l’élection face au maire «historique» Gilles de Robien. La ville pourrait rebasculer à droite à l’issue de ce second tour, qui verra s’affronter l’UMP-UDI Brigitte Fouré, le PS Thierry Bonté et le FN Yves Dupille, arrivé troisième avec 15,55% des voix.