Municipales 2014: Ces listes qui se maintiendront au second tour, au grand dam de la gauche

ELECTIONS A Villejuif, Béziers ou en encore Perpignan, des listes de gauche s’allient ou se maintiennent, contrairement aux ordres de leurs directions nationales…

Anne-Laëtitia Béraud avec AFP

— 

A Béziers, les candidats socialiste Jean-Michel du Plaa (premier plan) et Robert Ménard, soutenu par le Front national, le 12 décembre 2013 à Perpignan.
A Béziers, les candidats socialiste Jean-Michel du Plaa (premier plan) et Robert Ménard, soutenu par le Front national, le 12 décembre 2013 à Perpignan. — A. ROBERT/APERCU/SIPA

Alors que les candidatures pour le second tour des municipales doivent être déposées d’ici 18h ce mardi, d’intenses négociations sont menées sur le territoire entre les candidats, à droite comme à gauche. Et dans quelques villes, certaines listes droite-gauche, gauche-gauche ou encore EELV-droite s’allient, parfois au grand dam des directions nationales des partis. Quelques exemples repérés par 20 Minutes.

Au Parti socialiste, le porte-parole David Assouline a averti lundi que les listes qui ne se retireraient pas en cas de menace FN n'auraient pas l'investiture du PS. Cependant, à Béziers, ville où le candidat soutenu par le FN Robert Ménard est arrivé premier dimanche soir, la liste conduite par le socialiste Jean-Michel Du Plaa se maintient au second tour, tout en s’alliant avec le Front de Gauche. Sa liste n'a désormais plus l'investiture PS, a affirmé à la mi-journée à l'AFP le porte-parole du PS David Assouline, qui lui a redemandé de «ne pas déposer» sa liste pour le second tour.

Autres villes où le FN est en ballotage favorable et où les socialistes pourraient se maintenir, malgré les appels au désistement de la part de la direction nationale: FréjusBrignolesCogolinValréas et Le Pontet.

A Perpignan, le candidat PS Jacques Cresta, troisième au premier tour des municipales avec moins de 12% des voix , a finalement annoncé ce mardi le retrait de sa liste au second tour pour faire barrage au Front national. Même retrait pour le candidat de gauche arrivé en troisième position à Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence), qui a annoncé qu'il se retirait au second tour pour soutenir la candidate DVG arrivée en deuxième position derrière la candidate FN.

A Saint-Gilles (Gard), où Gilbert Collard est en tête avec 42,57 %, le maire sortant PS Alain Gaido, arrivé troisième (23,14%) derrière la liste UMP-UDI (25,36%), a renoncé lui aussi à concourir au second tour. Il appelle à voter contre le député du Rassemblement Bleu Marine.

Villejuif (Val-de-Marne), les listes UMP, UDI, dissidente socialiste et écologiste, dont Alain Lipietz, s’unissent contre la maire communiste. Ils ont annoncé lundi monter une liste commune pour le second tour des municipales dans cette ville communiste depuis 1925, provoquant la réaction immédiate d'EELV au niveau national. Le bureau exécutif d'Europe écologie-Les Verts a annoncé «la suspension de tout candidat EELV fusionnant avec l'UMP», a déclaré à l'AFP David Corman, responsable des élections chez les écologistes.

>> Dans votre ville, des listes se sont-elles alliées contre l'avis de leur direction nationale? Vous pouvez laisser votre témoignage dans les commentaires ci-dessous.