Municipales 2014: Revivez la journée de tractations d'entre-deux tours

Les listes pour le second tour ont été bouclées ce mardi...

M.P.

— 

A Béziers, les candidats socialiste Jean-Michel du Plaa (premier plan) et Robert Ménard, soutenu par le Front national, le 12 décembre 2013 à Perpignan.
A Béziers, les candidats socialiste Jean-Michel du Plaa (premier plan) et Robert Ménard, soutenu par le Front national, le 12 décembre 2013 à Perpignan. — A. ROBERT/APERCU/SIPA

Ce live est désormais terminé, merci à tous de l'avoir suivi!

20h25: Un accord entre nationalistes, gauche et droite à Bastia
Un accord entre nationalistes, gauche et droite opposés à la municipalité PRG-PCF sortante a été signé à Bastia pour le second tour des municipales qui devrait permettre à ce «front anti-Zuccarelli», du nom du maire sortant au terme de cinq mandats, de l'emporter dimanche. Cet accord unit trois listes: la liste nationaliste modérée Inseme per Bastia (Ensemble pour Bastia) conduite par Gilles Simeoni et arrivée deuxième au premier tour avec 32,35% des voix, une liste de gauche ayant obtenu 14,65% des voix et la liste UMP-UDI arrivée 4ème avec 9,73% des suffrages.

19h49: Pour NKM, l'accord entre le PS et EELV à Paris est «un attentat contre l'écologie»
La candidate UMP dénonce «des gens qui négocient pour des postes, et seulement  pour des postes».



19h25: Béziers: La liste socialiste qui s’est maintenue «n’aura pas l’investiture» du PS 
Laurence Rossignol, porte-parole du Parti socialiste, a confirmé que la liste du socialiste Jean-Michel Du Plaa, qui se maintient au 2e tour de l'élection municipale à Béziers, passant outre la consigne de Solférino de retrait pour contrer le FN, n'avait «pas l'investiture» du parti.
19h14: A Châteauroux, le PS fait alliance avec deux dissidents de la droite municipale
Le candidat PS à Châteauroux, Mark Bottemine, a annoncé avoir fait alliance pour le second tour avec les listes de deux candidats en dissidence de la majorité municipale sortante de droite. Aux termes de ce surprenant accord, Régis Tellier (17,28% au 1er tour) et Arnaud Clément (7,31%) affronteront donc avec Mark Bottemine (17,37%) la liste de Gil Avérous, dauphin du sénateur-maire sortant, Jean-François Mayet (UMP) qui avait recueilli 33,91% des électeurs. De son côté, le Front de gauche (10,85%), a refusé de faire alliance avec le PS, a indiqué Mark Bottemine.

19h07: Allier le jeu et les municipales, c'est possible
Vous avez déjà passé des heures et des heures sur 2048? Vous êtes passionnés par les municipales? Vous réunissez indéniablement toutes les conditions pour vous amuser sur ce
2048 des municipales concocté par Slate.fr

19h03: Une quadrangulaire à Forbach, où le FN est arrivé en tête
Il y aura dimanche une quadrangulaire à Forbach (Moselle), les deux candidats de droite ayant décidé de se maintenir séparement, malgré l'arrivée en tête au premier tour du candidat FN Florian Philippot. «J'ai proposé une offre de fusion à M. Diligent (le candidat dissident de l'UMP, ndlr), qui a été refusée», s'est justifié le candidat de l'UMP Alexandre Cassaro, lors d'un débat en direct mardi avec les autres candidats retransmis par France Bleu Lorraine Nord. «Les électeurs ne veulent pas d'une fusion à droite», a aussitôt réagi Eric Diligent. «On aurait fait le jeu du Front national en écœurant notre électorat, on donnerait l'impression d'aller à la soupe pour des postes». Se maintenir «c'est prendre un risque», a jugé le maire sortant de Forbach, Laurent Kalinowski (PS), arrivé 2e avec 33% des voix, qui a critiqué l'attitude d’Eric Diligent. «Il faut savoir se retirer» pour faire barrage au FN, a-t-il ajouté.
18h50: Christine Boutin à NKM: «La guerre est déclarée»
L'ancienne présidente du Parti chrétien démocrate (PCD) n'a pas apprécié que Franck Margain, «responsable PCD de Paris» et ex-candidat à la primaire pour la candidature UMP aux municipales dans la capitale, soit «retiré de la liste du 12e».
.
18h40: A Villeneuve-sur-Lot, trois listes UMP, DVD et DVG fusionnent
Trois listes UMP, DVD et DVG, qualifiées pour le second tour des municipales derrière le PS et le FN à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), l'ancien fief de l'ex-ministre socialiste Jérôme Cahuzac, ont annoncé leur fusion afin de gagner la mairie ou, tout du moins, «éviter que le FN y arrive». La fusion des trois listes - celle du dissident de gauche (ex-PS) Jean-Paul Caubet (13,94% des voix), de l'UMP Renaud Leygue (13,3%) et celle d'Anne-Marie Davelu-Chavin (divers droite, 12,73%) - a été annoncée lors d'une conférence de presse commune.

18h30: Le candidat socialiste qui s'est maintenu à Grenoble n'aura pas l'investiture du PS
C'est ce qu'a annoncé le porte-parole du Parti socialiste David Assouline, sur RTL.
«Nous avons tout fait, tout dit pour que la liste socialiste se désiste à Grenoble, mais localement, ils en ont décidé autrement», a regretté David Assouline. Le candidat PS Jérôme Safar arrivé deuxième derrière le candidat écologiste Eric Piolle a refusé ce mardi de retirer sa candidature.

18h29: Eric Ciotti ressort la boîte aux archives
18h15: A Villejuif, EELV soutient officiellement la maire sortante PCF.... même si sa candidate a fait alliance avec l'UMP
La secrétaire nationale d'Europe Écologie-Les Verts, Emmanuelle Cosse, a apporté mardi son soutien à la maire communiste sortante de Villejuif, Claudine Cordillot, après que la candidate écologiste, suspendue par son parti depuis, a annoncé lundi faire liste commune avec l'UMP et l'UDI. Dans un communiqué, Emmanuelle Cosse a appelé mardi à «battre le candidat de la droite». «J'apporte le soutien d'Europe Ecologie-Les Verts à la liste conduite par Claudine Cordillot et j'appelle tous les Villejuifois attachés à l'écologie à voter massivement en sa faveur dimanche prochain», a-t-elle écrit dans un communiqué.


18h14: A Paris, Danielle Simonnet (PG) refuse de soutenir les listes Hidalgo
Danielle Simonnet, candidate du Parti de gauche, a refusé d'apporter son soutien à Paris aux listes PS-PCF d'Anne Hidalgo, estimant que cela reviendrait à «renier l'identité» du Front de gauche qu'elle revendiquait incarner. Les listes Simonnet ont attiré dimanche au premier tour des municipales 33.607 électeurs à Paris (4,94%) et une seule d'entre elles, celle conduite par Danielle Simonnet dans le 20e (10,36%), sera présente au second tour. Alors qu'elles ont abouti avec les écologistes d'EELV, les discussions des socialistes parisiens sur un éventuel accord de second tour avec le PG ont tourné court lundi. Et
Danielle Simonnet a reproché mardi au PS, lors d'une conférence de presse, d'avoir posé des «conditions inacceptables», «notamment celles de voter le budget des six prochaines années les yeux fermés, alors même que nul ne peut en connaître le contenu à ce jour».
18h12: A Pau, Urieta se désiste, un boulevard pour Bayrou
A Pau, le candidat sans étiquette Yves Urieta (13,21%) s'est retiré, ce qui ouvre d'autant plus la voie à une victoire dimanche de François Bayrou que le socialiste David Habib n'a pu trouver un terrain d'entente avec EELV.

18h02: A Fréjus, la candidate PS s'est finalement désistée, en route pour une triangulaire
Le téléphone a dû chauffer entre Paris et Fréjus, car Elsa di Méo n'était pas disposée à se désister ce mardi matin. Une triangulaire aura donc lieu entre UMP/FN/DVD.


18h00: C'est fini, toutes les listes doivent être déposées en préfecture à 18h00 pour être qualifiées pour le second tour
Alors comme dans Top chef, on lève les mains et on va pouvoir analyser la tambouille politique de ce second tour.


17h53: A La Rochelle, une liste PS affrontera une liste divers gauche qui s'allie avec... EELV
Décidément, les écologistes ne suivent pas toujours la règle gouvernementale de l'alliance avec le PS. A La Rochelle par exemple, un duel fratricide met aux prises la candidate socialiste Anne-Laure Jaumouillié, contre celui qu'elle a défait à la primaire PS, Jean-François Fountaine, un proche d'Olivier Falorni. Avec 30,53% la socialiste devance d'une courte tête son adversaire (28,4%) mais ce dernier fait alliance pour le second tour avec EELV. Du coup, la droite espère tirer les marrons du feu.

17h52: A Albi, EELV fusionne avec le Front de gauche... contre le candidat PS
Un nouveau cas de figure. A Albi, EELV-Les Verts a fusionné...avec le Front de gauche (10,38%), même si le candidat PS-PRG Jacques Valax est arrivé en tête de la gauche. L'horizon de la droite se dégage d'autant plus que les deux candidats de droite ont fait alliance pour le second tour, eux.
17h42: A peine élu, un candidat FN placé en garde à vue
Un candidat du Front national, élu au premier tour des municipales dimanche à Vienne (Isère), a été placé en garde à vue mardi pour «diffusion de document portant atteinte à la vie privée», a-t-on appris de source policière, confirmant une information du Dauphiné Libéré. Dans cette commune, c'est l'UMP
Thierry Kovacs, qui été élu dès le premier tour dimanche avec 51,93% des voix, le FN obtenant 12,10%.
Lors de la campagne, Norman Méchin, tête de liste du FN à Vienne, avait diffusé sur son site internet et sur YouTube une vidéo tournée à l'insu du candidat de l'UMP, Thierry Kovacs lors d'une réunion d'appartement. Dans le moment isolé, il était question d'attributions de logements et de personnes à la recherche de salles de prière. Le FN s'en était emparé pour reprocher au candidat UMP, président de l'office HLM de la ville, de ne pas respecter le principe de laïcité. Il avait même distribué des DVD de la vidéo.


17h25: Dans le 14e, Marie-Claire Carrère Gée rallie... NKM
La dissidente dans l’arrondissement clef où se présente Nathalie Kosciusko-Morizet l'avait promis: elle ne jetterait pas l’éponge. Pourtant, Marie-Claire Carrère-Gée, qui représentait l'UMP en 2008 dans le 14e, a changé d'avis. Dans un communiqué, elle explique ce tardif raliement: «Je mesure toute la responsabilité qui est la nôtre pour honorer efficacement cette confiance. Compte tenu du mode de scrutin, se présenter sur la liste d’alternance présente au 2nd tour, conduite par Nathalie Kosciusko-Morizet, est la seule façon pour que la voix de ces habitants qui veulent le changement puisse, demain, être vraiment entendue.»
>> Retrouvez tous les accords en IDF par ici

17h20: Le FN se maintient dans 328 villes
Le parti de Marine Le Pen présentait 597 listes, et au second tour, il maintient 328 listes pour le second tour. Avec en ligne de mire la fille de Forbach, Béziers, Perpignan et Avignon.


17h15: A Beauvais, le PS retire son investiture à son candidat qui refuse une alliance
Encore un entre-deux-tours qui se passe mal. A Beauvais, le candidat PS Thierry Viguier, qui était arrivé 2ème avec 22,18% des voix, s’est vu retirer ce mardi son investiture par le PS. En effet, il a refusé de fusionner avec la liste du PCF qui avait obtenue 9,57% des voix. Il ira donc sans étiquette au second tour, rapporte France 3 Picardie.

17h00: Le PS retire sa tête de liste à Saint-Ouen pour favoriser le PCF
Le Parti socialiste va retirer sa liste à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) au second tour des municipales pour éviter la victoire du candidat de l'UMP, arrivé en tête au premier tour, face à la maire sortante Jacqueline Rouillon (FG), ont annoncé mardi le PS et la mairie. Dans cette commune de 47.000 habitants, dirigée par les communistes depuis 1945, le candidat de droite William Delannoy a obtenu 34,87% des voix dimanche, contre 31,56% pour Jacqueline Rouillon et 26,99% pour le socialiste Karim Bouamrane. La liste de Karim Bouamrane était épaulée par un responsable socialiste de poids: Bruno Le Roux, patron des députés PS, 3e sur la liste.

16h45: A Lens, deux dissidents PS s'allient avec l'UMP contre le maire sortant PS
Alliance en tous genre, suite… A Lens, Arnaud Sanchez, le candidat divers gauche qui a obtenue 18,23% au premier tour où il est troisième, a fait alliance avec un autre candidat dissident PS , Sébastien Plociniczak (12,61%) et la candidate UMP/UDI/MoDem Sophie Gauthy (11%). Tout ce beau monde se retrouve sur la liste «Seul rassemblement pour Lens», révèle France 3 Pas-de-Calais, pour battre le maire PS sortant de Lens, Sylvain Robert.
16h30: Marine Le Pen annonce la conclusion d'un deuxième accord avec un divers droite à L'Hopital, en Moselle
Donc on récapitule, lors d'une conférence de presse, Marine Le Pen a annoncé le sourire au lèvres que deux listes de droite avaient fusionné avec des listes FN à Villeneuve-Saint-George (Val-de-Marne) et L'Hôpital (Moselle). De son côté, l'UMP a annoncé qu'il retirait son investiture à tout candidat UMP qui fusionnerair ses listes avec le parti frontistes



16h10: Emmanuelle Cosse «très déçue» du non retrait du candidat PS à Grenoble
«Je suis très déçue», «je ne comprends pas«, a déclaré à l'AFP Emmanuelle Cosse pour qui «la réponse sera dans les urnes». «Notre candidat est déterminé à gagner cette ville», a-t-elle assuré.


15h55: Mennucci dénonce une «alliance scélérate» Gaudin-Guérini après la fusion d’une liste PRG avec l’UMP
Le candidat PS à la mairie de Marseille, Patrick Mennucci, a dénoncé «l'alliance scélérate» conclue de «longue date» entre Jean-Claude Gaudin et Jean-Noël Guérini, après l'accord de fusion conclu entre la guériniste Lisette Narducci (PRG) et l'UMP dans le 2e secteur. «Cette alliance repose sur un partage des tâches entre filous. A l'un, la mairie de Marseille, à l'autre la présidence du Conseil général et à eux deux une seule volonté, m'empêcher de débarrasser Marseille de ces réseaux qui gangrènent, m'empêcher de changer le destin de notre ville», a tempêté le socialiste, arrivé dimanche soir en troisième position (20,77%) derrière le FN (23,16%) et la liste du maire sortant (37,64%).
15h45: Paris: La divers droite Anne Lebreton rejoint la liste de Girard
Le candidat PS dans le IVe arrondissement de Paris, Christophe Girard, confronté à un duel difficile avec l'UMP Vincent Roger au second tour des municipales, a annoncé mardi un accord avec la candidate divers droite Anne Lebreton, qui rejoint sa liste en 8e position.
Ce rang sur la liste du maire sortant lui garantit, en cas de victoire, un siège de conseiller d'arrondissement.
Lebreton, candidate sous l'étiquette «Nous Citoyens», a obtenu 5,86% des voix au premier tour des élections municipales dimanche.

15h30:  Le PS Delebarre veut se maintenir contre un divers-gauche
Le maire de Dunkerque Michel Delebarre (PS), en mauvaise posture au terme du premier tour pour conserver son mandat, a annoncé mardi son intention de se maintenir au second tour des municipales, expliquant qu'il était «hors de question» d'abandonner. «Je me suis interrogé sur la liberté d'aller ou non au second tour, mais il était hors de question de baisser les bras», a déclaré Michel Delebarre, candidat à un cinquième mandat. Arrivé en deuxième position (28,86%), nettement devancé par son ancien adjoint sous l'étiquette divers-gauche, Patrice Vergriete (36,05%) et talonné par le candidat FN, Philippe Eymery (22,59%). Lors des précédentes municipales, en 2008, Michel Delebarre avait été élu au premier tour avec plus de 57% des voix. «Aujourd'hui, nos militants sont regonflés et je suis très sensible aux encouragements de ceux qui ont déjà été élus et qui m'ont apporté leur soutien», a ajouté l'ancien ministre de l'ère Mitterrand, aujourd'hui sénateur.

15h10: Emmanuelle Cosse demande au PS d'enlever son investiture au candidat socialiste de Grenoble

15h00: L'UMP retire son investiture au candidat de Villeneuve-Saint-Georges
Roger Karoutchi confirme que l'UMP retire son investiture à Philippe Gaudin, le candidat que soutenait le parti au premier tour à Villeneuve-Saint-Georges car il fusionne sa liste avec celle du FN. Il confirme par ailleurs que tout membre de l'UMP qui se maintient sur cette liste sera exclu de l'UMP.

>> Lire notre article

14h55: Le PS refuse de s'allier avec EELV, arrivé en tête, à Grenoble
Le candidat EELV Eric Piolle arrivé en tête au premier tour avec 29,41% des voix et le socialiste Jérôme Safar, deuxième avec 25,31% des voix, n'ont pas trouvé d'accord.
«Je prends aujourd'hui la responsabilité et la décision de maintenir la liste que je conduis, avec l'objectif clair de gagner pour l'avenir de notre territoire», a déclaré Jérôme Safar à son local de campagne devant des militants.

14h36: L'UDI rompt son alliance avec l'UMP locale à Villeneuve-Saint-Georges
14h33: L'UMP retire l'investiture à son candidat qui négocie une fusion des listes avec le FN à Villeneuve-Saint-Georges selon BFM TV
Et d'après leur source, tout membre de l'UMP qui se maintient sur cette liste sera exclu.



14h26: A Montpellier, ça se complique, le dissident PS ne veut pas s'allier avec le PS
La situation semble bloquée à Montpellier,
où la gauche était partie divisée au premier tour, et devrait l'être tout autant au second tour. Le dissident PS Philippe Saurel (22,94% au 1er tour), arrivé derrière le candidat PS Jean-PIerre Moure (25,27%) refuse toute fusion des listes au 2e tour.


14h15: Notre-Dame-des-Landes abandonné sur l'autel de l'union PS/EELV à Nantes?
On doit boire du petit lait à Europe-Ecologie Les Verts, farouchement opposé depuis des années au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Un projet porté par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, ce qui explique probablement pourquoi ce projet si décrié est toujours en lice. Mais, la realpolitik, ça bouge et aujourd'hui, c'est Jean-Marc Ayrault qui sort affaibli des municipales, d'autant plus que dans son ancien fief, sa successeur a un besoin impératif de l'union avec les écologistes pour conserver la ville. Du coup, l'accord entre les deux partis prévoit non pas l'abandon du projet mais qu'aucun coup de pelle ne sera donné tant que tous les recours relatifs à la loi sur l'eau et la biodiversité ne seront pas épuisés, r
apporte Presse Océan. De fait, note une négociateur, «cela renvoie le projet aux calendes grecques». Et d'ici là, Jean-Marc Ayrault aura quitté Matignon et abandonner ce projet controversé ne devrait plus poser de problèmes, espère-t-on du côté d'EELV.

14h10: L'union des écolos avec l'UMP contre la maire apparentée PCF ne passe pas
Toujours dans le Val-de-Marne, à Villejuif, les listes pour le second tour ne font pas l'unanimité. La candidate écologiste a notamment fait alliance avec l'UMP pour le second tour, contre la maire sortante apparentée communiste. A l'état-major d'EELV, c'en est trop. David Cormand, le M. élections du parti twitte:

Et Jean-Vincent Placé en rajoute une couche:
14h00: Le PCF dénonce une alliance UMP/FN à Villeneuve-Saint-Georges
A Villeneuve-Saint-Georges (94), le PCF/PS est arrivé en tête avec 38,80% des voix, emmenée par la maire sortante Sylvie Altman, suivie par l'UMP (31,8%) et le FN (26,05%). Et d'après le PCF, l'UMP et le FN fusionnent leur liste pour le second tour. «Les masques tombent»,
tance le communiqué du PCF, qui appelle «les dirigeants de la droite» à «s'expliquer». L'UMP ne confirme pas cette fusion.

13h30: A Montauban, les listes PS-FDG fusionnent pour tenter de contrer l’UMP Brigitte Barèges
A Montauban (Tarn-et-Garonne), le socialiste Roland Garrigues a annoncé un accord de fusion avec la liste du Front de gauche pour préserver les chances, minimes, de battre la sortante UMP Brigitte Barèges au second tour des municipales. Brigitte Barèges, avec 45,18% des suffrages au premier tour, est en position très favorable. Roland Garrigues, son rival de toujours, à qui elle a pris la mairie en 2001, n'a recueilli que 27,79% des voix. Le candidat Front national est arrivé troisième avec 13,56% et se maintient.
13h22: A Montreuil, un accord FDG-PS-EELV pour le second tour
Trois listes de gauche et une de droite vont s’affronter au second tour à Montreuil, en Seine-Saint-Denis. D’après Le Monde, les candidats du Front de gauche Patrice Bessac, de Europe Ecologie-Les Verts Ibrahim Dufriche-Soilihi – tous deux qualifiés à l’issue du premier tour – et du PS Razzy Hammadi (éliminé dimanche) ont trouvé un accord pour mener une liste commune. Ils s’opposeront à l’ancien maire apparenté PCF Jean-Pierre Brard arrivé en tête au premier tour (25,55%) et à la candidate divers gauche Mouna Viprey (10,96%). Manon Laporte (UMP), qui a obtenu 16,6% des voix dimanche, sera la seule liste de droite.

13h07: NKM veut un soutien «massif» à Rachida Dati dans le 7e arrondissement de Paris
Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la mairie de Paris, a appelé les électeurs du 7e arrondissement à «se mobiliser massivement» en faveur de la liste de Rachida Dati au second tour, alors qu'un dissident de droite est toujours décidé à en découdre avec l'ancienne garde des Sceaux. «Aucun autre candidat ne peut se prévaloir de mon soutien. Toute dispersion des voix à droite profiterait irrémédiablement à la gauche, en privant la droite d'un siège au Conseil de Paris», met en garde NKM dans un communiqué.

12h58: La droite à 46,44%, la gauche à 38,2%, le FN à 4,7%
Selon les chiffres officiels non définitifs, la droite a rassemblé 46,44% lors du premier tour des municipales, la gauche 38,2%, le FN 4,7%.


12h53: A Toulouse, le maire sortant dit non à Mélenchon
A Toulouse, si le maire sortant, Pierre Cohen (32,26% dimanche), a rapidement fusionné dès lundi matin avec la liste Europe écologie Les verts (EELV, 6,99%), il a signifié une fin de non recevoir à la liste mélechoniste «Toulouse Place au Peuple» qui a recueilli 5,10%.
Jean-Christophe Sellin, la tête de liste du Parti de gauche, avait demandé 6 places sur la liste fusionnée, soit «le respect stricto sensu» de son poids électoral. «Nous n’avons rien obtenu», a-t-il annoncé mardi en fin de matinée. Conséquence immédiate et inédite, le conseiller municipal sortant ne «donne pas de consigne de vote». «On ne s’essuie pas les crampons sur nous», ajoute-t-il encore.
«Nos électeurs, c’est désormais à Pierre Cohen de venir les chercher avec les dents. Et s’il se passe quelque chose de grave à Toulouse le 30 mars prochain, il lui en incombera l’entière responsabilité», prévient Myriam Martin, la n°2 de la liste. En 2008, elle était la tête de liste LCR et avait appelé «à battre la droite» au second tour. Cette fois, elle s’abstient.

12h50: A Saint-Dié, retrait de la liste soutenue par le PS, triangulaire au 2e tour
La candidate DVG à Saint-Dié (Vosges), Véronique Kher, dont la liste est soutenue par le PS, a annoncé mardi son retrait du second tour des municipales, au cours duquel ne s'affronteront plus que trois listes, UDI, DVG et FN, laissant le jeu particulièrement ouvert.
Kher était soutenue par le maire sortant, Christian Pierret (PS), ancien ministre du gouvernement Jospin, à la tête de ce bastion de gauche depuis 1989.

12h44: Paris: L'UMP s'entend avec Dominique Tiberi pour une liste commune dans le Ve
La candidate UMP-centre du Ve arrondissement de Paris, Florence Berthout, a annoncé mardi avoir conclu un accord d'union avec le dissident Dominique Tiberi, offrant à ce dernier la place de numéro deux sur une liste commune, alors que l'arrondissement pourrait basculer à gauche aux municipales.
Dans cet arrondissement où Nathalie Kosciusko-Morizet ne souhaitait pas reconduire le maire sortant Jean Tiberi, le fils de ce dernier avait décidé d'entrer en dissidence face à la candidate désignée par NKM et l'UMP.


12h43: A Poitiers, retrait du centriste, scénario plus favorable pour le sortant
Le deuxième tour, qui s'annonçait délicat à Poitiers pour le maire sortant PS, Alain Claeys, apparaît désormais plus jouable, avec le retrait du centriste Eric Duboc, qui n'est pas parvenu à un accord avec l'UMP-UDI, Jacqueline Daigre, arrivée deuxième au premier tour.
Avec le retrait d'Eric Duboc, qui avait obtenu 10,1% des voix dimanche, et surtout sa non-fusion avec la candidate de droite, Poitiers se dirige donc vers une quadrangulaire: PS, UMP-UDI, Front national et une liste Verts-Front de Gauche-NPA, dont la tête de liste écologiste, Christiane Fraysse, a annoncé le maintien.

12h40: A Caen accord de fusion PS/EELV, pas avec la liste DVG
La liste PS-PCF-PRG-MRC menée par Philippe Duron, maire PS sortant de Caen, va fusionner avec celle de son adjoint EELV mais elle n'a pas trouvé d'accord avec la liste divers gauche pour le second tour des élections municipales, ont indiqué mardi les intéressés.
La liste du député-maire sortant est en ballotage défavorable avec 26,21% des suffrages exprimés au premier tour, tandis que celle des écologistes a enregistré un score de 10,23% et celle du DVG Etienne Adam 5,81%. Une liste Lutte ouvrière a par ailleurs obtenu 1,62% des voix.


12h26: «Il n'y a pas de désaveu de la ligne politique»
La séance de brainstorming de lundi midi à Matignon pour expliquer la claque des municipales a dû être riche, si l'on en croit les éléments de langages servis par François Rebsamen ce mardi. Le patron des sénateurs PS François Rebsamen a estimé mardi que «les Français veulent de l'explication», mais qu'«il n'y a pas de désaveu de la ligne politique» de François Hollande dans les résultats du premier tour des municipales. «Il y a un désaveu de la méthode», a déclaré au Figaro François Rebsamen, en ballottage favorable à Dijon. «Les Français veulent de l'explication, de la cohérence, de la justice sociale, de l'autorité», a-t-il ajouté. Ils «ont peur d'une politique qui n'est pas bien expliquée». «Ils sont inquiets des annonces. Cinquante milliards d'économie? Ils ne savent pas pourquoi car il leur manque la grille de lecture». «Toutes ces annonces sans explication sont anxiogènes», a-t-il poursuivi.


12h24: A Marseille, une candidate guériniste fait alliance avec Gaudin
La maire sortante PRG du 2e secteur, la guériniste Lisette Narducci a annoncé une fusion de sa liste avec celle de l'UMP, mardi au cours d'une conférence de presse au côté de Jean-Claude Gaudin. «Au soir du premier tour, jai lancé un appel à un rassemblement autour de ma candidature, ne serait-ce que pour respecter l'appel national à faire barrage au FN», a déclaré la maire sortante du 2e secteur, l'ancien fief électoral du président du Conseil général, Jean-Noël Guérini, passée du PS au PRG. «Je dois dire, M. le maire, que vous avez été celui qui a répondu à cette demande en me faisant la proposition qu'aurait dû me faire la gauche à Marseille. En l'absence de réaction du PS j'ai décidé de venir vous rejoindre», a déclaré Lisette Narducci.

12h22: Fusion des listes PS/Front de gauche à Clermont-Ferrand
Un accord de fusion a été acté à Clermond-Ferrand entre les listes d'Olivier Bianchi (PS), arrivé en tête au 1er tour (31%), et du candidat Front de gauche, Alain Laffont(11,5%), ont-elles annoncé dans un communiqué. «Le score de l'extrême droite dans notre cité et le risque de voir la droite gagner notre ville avec ses conséquences désastreuses justifient le rassemblement de toute la gauche», affirment-ils dans un communiqué commun. Au 1er tour, la liste du FN d'Antoine Rechagneux a atteint 12,7%. Dans cette ville de longue tradition socialiste, qui avait voté à 65,3% pour François Hollande en 2012, le total des voix de gauche atteignait à peine les 50%.

12h20: Réélu au premier tour à Chantilly, Eric Woerth est déjà passé à autre chose viciblement

12h17: A Béziers, la liste du socialiste Du Plaa n'a plus l'investiture PS
A Béziers, la liste du socialiste Jean-Michel Du Plaa n'a désormais plus l'investiture PS, a affirmé à l'AFP le porte-parole du PS David Assouline, qui lui a redemandé de «ne pas déposer» sa liste pour le second tour. «A Béziers, où nous appelons les électeurs à faire barrage au candidat du FN, aucune liste n'a et n'aura l'investiture du PS, ni ne peut s'en prévaloir, pour le 2e tour de l'élection municipale», a-t-il averti.

12h14: L'abstention au premier tour à 36,45% (taux définitif communiqué par l'Intérieur).
11h54: Dans le 18ème, la candidate DVD Roxane Decorte appelle à voter PS
«Je sais ne pas trahir la confiance [des habitants] en décidant de voter, au second tour, dans le XVIIIe arrondissement, pour la liste conduite par Eric Lejoindre», affirme Roxane Decorte, candidate UMP dissidente, dans un communiqué. L'ex-vice-présidente du groupe UMPPA au Conseil de Paris regrette que l'UMP parisienne, «engagée dans un combat d'ego destiné à valoriser une carrière nationale» et des «logiques d'appareil», se satisfasse de «l'abstention massive dans l'Est parisien».

11h50: Pendant ce temps, Christine Boutin fait son analyse du scrutin
11h45: A Fréjus, l’UMP dépose sa liste, rejette les alliances
Sans surprise à Fréjus, l’UMP Philippe Mougin a déposé sa liste pour le second tour. Il a indiqué mardi à l'AFP ne «pas être partisan d'alliances contre nature entre les deux tours». «Ces petites combines politiciennes sont une manière d'enclencher une machine à perdre. Je reste sur mes valeurs avec mon équipe», a commenté celui qui a obtenu 18,85% des voix.

Le candidat a appelé l'ex-maire DVD Elie Brun (arrivé 3e avec 17,61% au 1er tour) et la candidate socialiste Elsa Di Méo menant une liste sans étiquette (4e avec 15,58%) «à prendre leurs responsabilités». «La règle républicaine aurait voulu qu'ils se retirent après le 1er tour», a-t-il estimé.
11h30: Anne Hidalgo tacle la fusion des listes Tiberi/NKM dans le Vème
11h20: Guillaume Peltier a besoin de «quelques années d'acculturation» supplémentaires selon Yade
L'ancienne ministre Rama Yade a défendu le «Front républicain», expliquant que son parti retirerait ses candidats présents sur les listes UMP arrivées en troisième position et qui se maintiendraient contre le FN. «Je suis étonnée d'entendre les uns les autres nous expliquer que le front républicain est mort, il est mort si on ne veut pas l'appliquer», a-t-elle aussi lancé alors que l'UDI a demandé lundi au PS et à l'UMP de se désister en cas de risque de victoire d'un candidat FN. «Nous ne voulons avoir aucune complicité même objective avec le FN», a-t-elle lâché, taclant au passage Guillaume Peltier pour qui le FN et le PS «se valent». «Il vient du FN», peut-être a-t-il «besoin de quelques années d'acculturation» républicaine supplémentaires, a-t-elle ironisé.


11h16: A Toulouse, pas de fusion avec le PG, pas de consigne de vote du PG en faveur du PS
Partie éclatée au premier tour, la gauche ne se retrouve pas au second tour à Toulouse. Le maire sortant, Pierre Cohen, en ballotage défavorable, ne peut pas compter sur l'appui du candidat du Front de gauche, Jean-christophe Sellin, qui refuse de donner des consignes de vote pour le second tour.
«La démocratie n'étant pas respectée, nos électeurs n'étant pas respectés, il n'y aura donc aucune consigne de vote de notre part», a déclaré Jean-Christophe Sellin après le refus du maire sortant Pierre Cohen (PS) de trouver un accord de fusion avec sa liste, qui regroupe les membres non-communistes du Front de Gauche.

11h12: A Perpignan, le candidat PS se retire, duel FN-UMP au second tour
Le FN Louis Aliot était arrivé en tête (33,8%) dans la ville devant le candidat UMP Jean-Marc Pujol (29,5%). Le candidaty PS Jacques Cresta n'avait obtenu que 12,2% des votes.

11h05: A Lille, PS et EELV se reparlent
Commedia dell’arte ou vraie dernière chance entre PS et EELV à Lille? L’urgence de déposer les listes de second tour avant 18h ce mardi aide en tout cas à surmonter les coups de colère. Après le clash de lundi soir entre Martine Aubry et les négociateurs écologistes , le contact a été renoué en milieu de matinée. Depuis 10h30, EELV et PS se sont de nouveau enfermés en négociation pour une fusion en vue du second tour. Les précédentes rencontres avaient duré moins d’une heure…

11h03: Hollande parlera aux Français mais après les municipales
Bien silencieux depuis dimanche soir et les résultats calamiteux pour le PS, François Hollande devrait prouver aux Français qu'il a entendu leur message lors d'une émission de télé sur TF1,
nous apprend Europe 1. Mais le tout, après les élections municipales.

11h00: La liste Tiberi fusionne avec la liste NKM dans le Vème arrondissement de Paris
D'après une journaliste du Monde, l'UMP et le dissident Dominique Tiberi se sont mis d'accord pour conserver le Vème dans le giron de la droite
10h58: Maintien officiel de la liste de gauche à Béziers, où Robert Ménard est arrivé en tête
La liste PS deJean-Michel Du Plaa se maintient officiellement au second tour, malgré les consignes de la rue de Solfernio. Robert Ménard, non encarté FN mais soutenu par le parti de Marine Le Pen, a obtenu 44,88 % des suffrages. Il a largement devancé l'UMP Élie Aboud (30,17 %), Jean-Michel Du Plaa (18,65 %) et le FG Emile Couquet (6,30%).
10h46: A Saint-Gilles, où le candidat soutenu par le FN Gilbert Collard est arrivé en tête, le candidat socialiste, par ailleurs maire sortant, se retire
Le PS Alain Gaido était arrivé en troisième position derrière le FN et l'UMP.

10h40: A Digne-les-Bains, retrait d'un divers gauche pour faire barrage au FN
A Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence), un candidat de gauche, arrivé en 3e position a annoncé mardi qu'il se retirait au second tour pour soutenir la candidate DVG arrivée en deuxième position derrière la candidate FN. Au premier tour, le maire PS sortant ne se représentait pas et la liste DVG de Patricia Granet avait recueilli 26,08% des voix devant l'autre liste DVG de Franck Di Benedetto (20,35%).

La liste FN de Marie-Anne Baudoui-Maurel, une ex-présidente de l'«Association départementale des amis de Nicolas Sarkozy», était arrivée en tête, avec 27,69% des suffrages. «Il y a eu une tentative de négociation pour une fusion de manière à éviter les déperditions de voix. Devant le refus de Patricia Granet, j'ai pris la décision de me retirer et j'appelle à voter pour elle», a déclaré Franck Di Benedetto, soutenu par EELV et le MoDem.
10h37: Vers un maintien de la liste PS à Béziers (Hérault)
La liste PS conduite par le socialiste Jean-Michel Du Plaa s'acheminait mardi matin vers un maintien et une fusion avec celle du Front de Gauche pour le second tour des municipales à Béziers, malgré la demande de Solférino de désistement pour battre le FN et Robert Ménard arrivé premier. Au premier tour du scrutin, le journaliste-polémiste Robert Ménard, non encarté FN mais soutenu par le parti de Marine Le Pen, a obtenu 44,88 % des suffrages. Il a largement devancé l'UMP Élie Aboud (30,17 %), Jean-Michel Du Plaa (18,65 %) et le FG Emile Couquet (6,30%).

10h30: Une «claque pour la gauche» reconnaît Delanoë
«Reconnaissons que le premier tour 2014 des municipales est une claque pour la gauche en raison de la politique nationale, c'est un fait», a déclaré Bertrand Delanoë sur France Inter. «Je dis la vérité. Je soutiens ce gouvernement, je soutiens le président de la République. Mais les Françaises et les Français ne sont pas satisfaits des résultats. Je n'ai pas dit que la politique n'est pas bonne mais les résultats ne sont pas là. Il faudra sans doute juger ce quinquennat sur cinq ans et pas sur dix-huit mois. Mais un mécontentement s'exprime», a poursuivi le maire de Paris.

10h20: NKM accuse Hidalgo d'être une planquée
«Deux Parisiens sur trois ont dit non à un bilan», celui de «la vieille gauche», a attaqué NKM sur i-Télé ce mardi. «Bertrand Delanoë était à nouveau sur tous les plateaux en défense de Mme Hidalgo», a ajouté la candidate UMP arrivée en tête à Paris dimanche soir. «Quand elle est en difficulté, on envoie ses protecteurs». «Moi je ne me planque pas», conclut-elle.

10h18: Et Anne Hidalgo vante «la dynamique» en faveur de ses listes
Pour Anne Hidalgo, les Parisiens ont le choix «entre une ville attractive et dynamique ou au contraire le retour en arrière avec l'équipe des barons autour de Mme Kosciusko-Morizet, qui étaient aux manettes avant 2001. On voit dans quel état ils avaient mis Paris, y compris sur le plan de la morale». Et, ajoute-t-elle: «Le total gauche à Paris au soir du 1er tour est de 50,3%, nous avons une dynamique qui est là, qu'on va amplifier».

 
10h15: Accord entre PS et EELV à Nantes
A Nantes, les négociations pour une alliance au second tour entre le PS et les Verts ont débouché cette nuit sur un accord. La liste socialiste de Johanna Rolland, arrivée en tête dimanche avec 34,50% des voix, et la liste écologiste de Pascale Chiron, troisième dimanche avec 14,54%, annoncent leur fusion. Des points de désaccord importants, notamment sur  les investissements futurs en faveur du tramway et le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, compliquaient pourtant les discussions.  «Il s’agit d’envoyer un signal fort aux Nantaises et aux Nantais, celui d’une métropole qui réinvente son modèle démocratique, de gouvernance et écologique, pour engager un développement porteur de justice et de solidarité», justifient sobrement ce matin Johanna Rolland et Pascale Chiron dans un communiqué. Une conférence de presse explicitant davantage cette union aura lieu ce midi.

10h08: Fusion des listes PS-EELV à Rennes
«Au terme d’une discussion sereine, l’esprit de responsabilité et d’union a guidé le rapprochement des deux listes autour de valeurs de gauche et écologistes», explique un communiqué de la candidate de gauche Nathalie Appéré.

9h55: Hollande doit «répondre à l'attente» selon Bové
José Bové, tête de liste Europe Écologie-Les Verts dans le Sud-Ouest pour les élections européennes, a estimé mardi que François Hollande devait «répondre à l'attente» à deux ans de «déception» traduite dans les urnes au premier tour des élections municipales, qui passe notamment par la dénonciation du projet d'accord de libre échange UE-USA, actuellement négocié par l'UE. «On veut faire tomber les barrières douanières, on veut donner aux entreprises le pouvoir d'attaquer les législations de l'Europe ou des États si elles vont contre l'intérêt de l'entreprise, c'est incroyable. On veut mettre en place des normes sanitaires environnementales du travail qui seront en fait la volonté des entreprises qui s'imposeront aux États. Il faut que la France dise très clairement qu'elle refuse cet accord», a expliqué l'écologiste.
9h50: A Marseille, Gaudin propose un accord avec une guériniste
Le maire UMP sortant de Marseille, Jean-Claude Gaudin, arrivé en tête du premier tour des municipales
, a proposé mardi un accord avec la candidate guériniste dans le 2e secteur qui lui permettrait de viser une victoire dans sept des huit secteurs de la ville.

La candidate Lisette Narducci, vice-présidente du conseil général dirigé par Jean-Noël Guérini, mis en examen dans plusieurs affaires et en voie d'exclusion du PS, «est une femme de grande qualité avec laquelle tout le monde travaille», a dit le maire sortant de Marseille, qui veut «rassembler au-delà de (son) camp».
9h45: «Il faut tout changer, d'équipe gouvernementale, de politique. Tout», assène Batho
Sans surprise, l’ex-ministre Delphine Batho estime que «changer de Premier ministre est indispensable», après le revers subit par la Gauche au premier tour des élections municipales. «Oui. Ca me paraît indispensable et même le minimum. Ca fait longtemps qu'il y a un problème de gouvernance», dit-elle dans un entretien au Parisien. Et d'exhorter «ceux qui dirigent le pays aujourd'hui» de «ne pas attendre», de «prendre leurs responsabilités.» «Il faut tout changer, d'équipe gouvernementale, de politique. Tout», assène l'ancienne ministre, limogée en juillet 2013 par François Hollande pour avoir contesté publiquement les coupes budgétaires que subissait son ministère.


9h39: A Lille, Martine Aubry crispe les négociations
A Lille, l’onde de choc créée par les résultats de dimanche n’en finit pas d’éloigner le PS de ses partenaires à gauche. Le contraste avec Paris, où un accord PS-EELV a été trouvé dès lundi midi, est évident. Martine Aubry, fâchée à la fois par son score relativement faible (34,86% dimanche contre 46% en 2008), par celui du FN (17,15%) et par le taux d’abstention (52,6%), ne décolère pas contre les écologistes (11,08%) et le Front de Gauche (6,17%). Au point de franchir la ligne jaune, selon ses partenaires. D’après nos informations, EELV a claqué la porte des négociations en vue d’une fusion au 2nd tour, tard lundi soir, après un nouvel échange tendu avec la maire sortante. 

Contre toute attente, Martine Aubry pourrait ainsi faire émerger une alliance rouge-Verte « à la Grenobloise»: EELV a prévu de se prononcer ce matin sur une fusion avec le Front de Gauche, lui aussi en rupture de ban avec la liste socialiste. «On en parle», commente laconiquement Hugo Vandamme, tête de liste Front de Gauche.

9h35: Sapin pense qu'il faudra «changer» pour tenir compte de «la colère»
Le ministre du Travail, Michel Sapin, a admis mardi qu'«il faudra changer» pour tenir compte de «la colère» exprimée contre le gouvernement au premier tour des municipales, et ce avec le «Premier ministre que le président choisira». Et d''expliquer sur RTL: «les électeurs sont restés chez eux beaucoup plus que d'habitude, ils ont exprimé par le silence ce qu'ils ressentent comme une colère. Il y a deux manières d'exprimer le mécontentement: la première, c'est 'je reste chez moi' et la deuxième manière c'est le vote Front national.»

9h30: Jacob ne veut pas «aider la gauche à sauver ses sièges»
Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, a dit mardi ne pas vouloir «aider la gauche à sauver ses sièges» et q donc réaffirmé la stratégie de l'UMP de maintenir ses listes au second tour des municipale, quelle que soit la position du FN. «Nous sommes en face d'une gauche qui passe son temps à nous insulter, à nous traiter de tous les noms, et aujourd'hui ils crient au secours en disant venez nous aider à sauver nos sièges ? On n'est pas là pour sauver leurs sièges mais pour présenter une alternative politique crédible et pour gagner des sièges. Donc il est hors de question de laisser la chaise vide dans les collectivités et on se maintiendra partout», a insisté le maire de Provins (Seine-et-Marne), réélu dimanche au premier tour.



Ce mardi, les accords et fusions entre listes devront être actés et présentés en préfecture au plus tard à 18 heures. Pendant ce temps, la pression monte sur François Hollande, revenu lundi soir de La Haye où il participait au G7. Les Français, comme beaucoup de parlementaires, lui réclament un remaniement.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.