Nantes: A droite, les voix des battus auront leur importance

MUNICIPALES La candidate UMP Laurence Garnier cherche à gonfler son score au second tour...

A Nantes, Frederic Brenon

— 

Sophie Van Goethem (divers droite) appelle à voter Laurence Garnier. Christian Bouchet (FN), lui, ne prend pas position.
Sophie Van Goethem (divers droite) appelle à voter Laurence Garnier. Christian Bouchet (FN), lui, ne prend pas position. — F. Elsner / 20 Minutes

A droite, une victoire de Laurence Garnier (UMP) dimanche prochain passe en grande partie par le report des voix des candidats nantais battus de la droite et du centre. Avec ses 5 376 électeurs (5, 59 %), Sophie Van Goethem, candidate indépendante, est la première concernée.

«Je soutiens sans réserve Laurence Garnier, tranche-t-elle. Même si je n'apprécie pas le système mis en place localement par l'UMP, j'ai toujours dit que j'étais de droite et je ne renie pas mes valeurs. L'objectif majeur, c'est de libérer Nantes du PS. Pour le moment, le bloc de gauche a de l'avance, mais il peut toujours y avoir un sursaut.» D'autres suffrages pourraient se reporter sur Laurence Garnier, comme les 4, 30 % de Pierre Gobet (divers droite) ou les 2, 10 % de Xavier Bruckert (MoDem).

«Je laisse chacun libre de ses convictions pour le second tour. Les Nantais qui nous ont fait confiance le comprendront», prévient Pierre Gobet. Le candidat FN, Christian Bouchet (8, 16 %), ne donnera, lui non plus, aucune consigne. «L'UMP méprise nos électeurs en disant qu'il n'y aura aucun accord possible avec le FN. Et bien moi je demande à mes électeurs de mépriser l'UMP. On ne peut pas cracher sur des gens et espérer obtenir leurs faveurs.»